Vous avez été écoeuré moralement par une chose ? Prenez une pilule de gingembre

Est-ce qu’on peut changer un écœurement moral face à certaines pratiques qu’on considère comme dégoûtantes ? Pour des choses totalement inacceptables, on ne peut rien faire. Mais pour des pratiques dans des zones grises, du gingembre pourrait vous aider.


Est-ce qu'on peut changer un écoeurement moral face à certaines pratiques qu'on considère comme dégoutantes ? Pour des choses totalement inacceptables, on ne peut rien faire. Mais pour des pratiques dans des zones grises, du gingembre pourrait vous aider.
Détail de Old Drunk (Velho bêbado) par Adriaen Brouwer c1625 - Crédit : Musée national d'art ancien, Lisbonne/Wikimedia

Si je devais dire que je pense à avoir des relations sexuelles avec mon demi-frère, je suppose que vous me diriez de réfléchir à nouveau: avoir des relations sexuelles avec un frère ou même un demi-frère est tout simplement mal, ce n’est pas une action moralement acceptable.

L’inceste est-il moralement écoeurant ?

La raison pour laquelle je pose cette proposition hypothétique est qu’il vaut la peine de se demander pourquoi nous trouvons ce genre de comportement si mauvais. Ce jugement est-il basé sur un principe rationnellement dérivé de maximiser le bien et de minimiser le mal ? Il est certain que des relations sexuelles avec mon frère nuiraient à notre relation, sans parler du reste de la relation de notre famille avec chacun de nous. Ou le jugement moral ici est-il basé simplement sur le fait que le sexe des frères et soeurs nous rend plus qu’un peu mal à l’aise ? En d’autres termes, nos croyances morales sont-elles simplement des sentiments intestinaux, découlant littéralement de la tendance de notre corps à être repoussé par certains comportements humains ?

Il existe, après tout, des pratiques que beaucoup d’entre nous jugent moralement mauvaises et dégoûtantes, notamment les relations sexuelles avec un parent proche, mais aussi le fait de toucher un cadavre ou de manger un animal récemment décédé. Et plus nous nous dégoûtons de ces comportements, plus ils semblent mauvais (le sexe des frères et soeurs est évidemment pire que le sexe du cousin germain, qui est pire que le sexe du cousin au deuxième degré, etc.).

Cette association pose la question: nos jugements moraux pourraient-ils provenir de la manière éoeurante que les comportements moralement incorrects nous font ressentir ? Et si les nausées provoquent nos croyances morales, cela pourrait-il expliquer pourquoi certaines pratiques objectivement irréprochables, le sans-abrisme, sont considérées par beaucoup comme moralement tabou ?

Contrôler la nausée liée à l’écoeurement moral

Jusqu’à récemment, aucune étude de recherche n’avait été en mesure de déterminer si le dégoût ressenti en rencontrant une situation moralement troublante est ce qui nous fait décider que la situation est mauvaise. En fait, aucune étude n’avait même déterminé si ce sentiment est réel, si, lorsque nous disons que nous sommes dégoûtés par un événement moralement répréhensible, nous le pensons littéralement: nous nous sentons nauséeux.

Cette lacune dans les connaissances scientifiques a conduit mon ancien étudiant diplômé Conor Steckler à proposer une idée brillante. Comme le savent ceux qui sont sujets au mal des transports, la racine de peut réduire les nausées. Steckler a suggéré de nourrir les gens avec des pilules de gingembre, puis de leur demander de peser sur des scénarios moralement discutables, des comportements tels que faire pipi dans une piscine publique, ou acheter une poupée sexuelle qui ressemble à la réceptionniste.

Si les croyances morales des gens sont enveloppées dans leurs sensations corporelles, leur donner une pilule qui réduit certaines de ces sensations pourrait réduire le dégout moral face à ces comportements.

Des pilules de gingembre

Dans mon laboratoire de de l’Université de la Colombie-Britannique, nous avons rempli des capsules de gel avec de la poudre de gingembre ou de sucre (pour les participants témoins assignés au hasard); dans une conception en double aveugle, ni les participants ni les chercheurs exécutant l’étude ne savaient qui recevait quelle pilule.

Après avoir avalé leurs pilules et avoir attendu 40 minutes pour qu’elles se métabolisent, les participants ont été invités à lire des scénarios décrivant un éventail d’infractions morales possibles, et à nous dire le niveau d’écoeurement moral qu’ils avaient ressentis. Effectivement, comme nous l’avons signalé dans un papier du Journal of Personality and Social Psychology en 2019, nous avons trouvé la différence prévue. Ceux qui ont ingéré du gingembre ont décidé que certaines de ces violations, comme quelqu’un qui fait pipi dans votre piscine, n’étaient pas si mal après tout.

Bloquer leurs nausées a changé les croyances morales de nos participants.

Surtout, ces effets n’ont pas émergé pour tous les dilemmes moraux que nous avons présentés. Avant de mener la recherche, nous avions classé les situations morales hypothétiques comme étant très graves ou modérément problématiques, sur la base des jugements de tort des assistants de recherche. Avoir des relations sexuelles avec un frère et une soeur et manger son chien mort étaient considérés comme très graves, mais toucher le globe oculaire d’un cadavre, manger des excréments complètement désinfectés et acheter une poupée sexuelle gonflable qui ressemble à la réceptionniste étaient considérés comme plus modérés.

Aucun effet sur les infractions très graves

Dans nos études, le gingembre n’a eu aucun effet sur les réponses des participants aux infractions très graves. Apparemment, la plupart des gens pensent qu’il est si manifestement mal de manger son propre chien ou de dormir avec un parent proche que le dégoût qu’ils pourraient ressentir face à ces comportements n’a eu aucun impact sur leurs croyances.

En revanche, pour les infractions les plus ambiguës, comme acheter cette poupée sexuelle ou manger des excréments (totalement propres !), les jugements moraux des gens étaient en partie façonnés par leurs sentiments de dégoût. Dans de tels cas, lorsque le dégoût est suscité mais que le mal est incertain, les gens semblent s’appuyer sur leurs émotions intestinales pour porter des jugements moraux. Si ces sentiments sont inhibés, afin que les gens puissent penser à la possibilité de manger des excréments propres sans vouloir vomir, les comportements répréhensibles deviennent moins moralement problématiques.

Le maintien de la pureté de notre corps

Nous avons également constaté que le gingembre n’avait aucun effet sur les croyances des gens concernant d’autres types de violations morales: celles qui impliquaient des dommages à autrui, comme l’alcool au volant, ou celles qui impliquaient l’équité, comme le fait de ne pas donner un pourboire à un serveur. Les violations qui ont été affectées par le gingembre, en revanche, ont porté sur le maintien de la pureté de son propre corps.

Ces transgressions sont celles qui, historiquement, ont entraîné une forte probabilité de transmission de maladies. En conséquence, il est adaptatif sur le plan évolutif pour nous de nous sentir dégoûtés et, par conséquent, d’éviter les contacts étroits avec des cadavres, des excréments humains et certaines pratiques sexuelles à risque. Tout au long de l’histoire de l’évolution humaine, la moralisation de ces comportements, ainsi que d’autres qui protègent la sainteté du corps, aurait pu être un moyen utile pour les sociétés de protéger leurs membres des germes dangereux dont ils n’avaient aucune conscience cognitive.

Selon le psychologue Jonathan Haidt et ses collègues, dans de nombreuses cultures, cette tendance probablement adaptative s’est transformée en une éthique plus large qui utilise des concepts tels que la pureté, la sainteté et le péché pour décourager les comportements perçus comme provoquant une certaine forme de dégradation corporelle. Dans de nombreuses cultures, ces règles s’étendent bien au-delà de leurs objectifs adaptatifs d’origine; aujourd’hui, à travers le monde, les sociétés réglementent les comportements liés à la pureté des individus en invoquant la d’une manière qui, parfois, mais tout aussi souvent, ne mène pas à de réels avantages sanitaires ou sociaux.

Eviter de moraliser des réponses émotionnelles de longue date

En fait, une grande partie de la moralisation de la sainteté socialement proscrite qui se produit actuellement est, en soi, fausse. Il est approprié et utile que les gens se sentent dégoûtés par les aliments gâtés, les excréments, les cadavres et les relations sexuelles entre frères et soeurs. Mais cela ne signifie pas que nous devons moraliser ces réponses émotionnelles. Nous n’avons pas à étendre nos croyances sur le bien et le mal aux comportements qui ne nuisent pas réellement aux autres, même si nous les trouvons dégoûtants. La tendance à le faire est un vestige évolutionnaire ancien et, avec l’aide de l’assainissement moderne et des pratiques sexuelles sûres, c’est celle que nous pouvons nous permettre de mettre de côté.

Pourtant, ce type de moralisation se manifeste fréquemment en réponse à un certain nombre de comportements qui, pour certains, semblent ternir la pureté présumée du corps humain. La croyance, détenue par 51 % des personnes aux États-Unis, selon laquelle il est mal de se livrer à des relations homosexuelles est façonnée par la moralisation de la sainteté. Certaines personnes peuvent ressentir du dégoût en réponse à certains comportements sexuels (de la même manière que la plupart des enfants le font pour tous les comportements sexuels) mais, pour les adultes, cette réaction émotionnelle est fausse.

Evitons de vomir pour un rien

Leur dégoût n’est pas un signal valable de danger. Et nos recherches montrent que les croyances morales fondées sur des préoccupations de sainteté représentent une catégorie de moralité différente de celles fondées sur le tort et l’équité. Nous avons pu changer les croyances de sainteté des gens simplement en leur donnant du gingembre. Une vision morale qui change en fonction de la nausée que nous ressentons n’est probablement pas celle à laquelle nous voulons mettre beaucoup d’importance.

Au lieu de cela, beaucoup d’entre nous préféreraient se conformer à un ensemble de normes morales qui découlent d’une philosophie cohérente et rationnellement dérivée sur le renforcement de la justice et l’atténuation des préjudices. Certains comportements humains nous rendent malades. Mais nous n’avons pas besoin de nous fonder sur ces sentiments comme base de nos principes moraux ou pour juger les autres de ce que nous ressentons comme immoral.

Avant de décider que quelque chose ne va pas, on peut se demander, est-ce que mon dégout est justifié ? Ou, lorsque nous rencontrons ce qui semble être un dilemme moral, nous pourrions jouer la sécurité et chercher une bière au gingembre.

Traduction d’un article sur Aeon par Jessica Tracy, professeure de psychologie à l’université de Colombie-Britannique à Vancouver. Elle est l’auteure d’un livre intitulé Take Pride: Why the Deadliest Sin Holds the Secret to Human Success.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *