Homo naledi montre que la taille du cerveau ne compte pas

Les caractéristiques humaines du petit cerveau de l’espèce Homo Naledi surprennent par leurs découvertes et soulèvent des questions sur l’évolution et l’histoire des hominidés.


Les crânes d'Homo naledi possède des traces de leurs cerveaux. Malgré que ce cerveau possède une taille qui est seulement le tiers du cerveau humain, il possède des caractéristiques humaines - Crédit : John Hawks
Les crânes d'Homo naledi possède des traces de leurs cerveaux. Malgré que ce cerveau possède une taille qui est seulement le tiers du cerveau humain, il possède des caractéristiques humaines - Crédit : John Hawks

L‘espèce récemment découverte Homo naledi a peut-être eu un cerveau de petite taille, mais ce cerveau intrigue pas mal les scientifiques. De nouvelles recherches menées par Ralph Holloway et ses collègues publiés dans la revue PNAS ont examiné les empreintes du cerveau, appelées endocasts, sur les crânes de cette espèce. La recherche met en évidence la forme humaine du petit cerveau de naledi. Ces résultats remettent en question l’hypothèse de longue date que l’évolution humaine était une marche inévitable vers des cerveaux plus grands et plus complexes.

La découverte d’Homo naledi

La découverte d’Homo naledi par le professeur Lee Berger de Wits University et son équipe dans les grottes de Rising Star dans le Cradle of Human Kind en 2013 fut l’une des plus grandes découvertes d’hominidés jamais réalisées et considérés comme l’une des plus importantes découvertes d’hominidés du 21e Siècle. Berger et le professeur John Hawkes, qui faisait également partie de l’équipe Rising Star qui a fait la découverte de naledi ainsi que le professeur Heather Garvin de l’université Des Moines aux États-Unis, se sont associés à l’Institut des études évolutives (ESI) de Wits University. Ils sont tous co-auteurs de la présente étude.

L'endocast d'Homo naledi (en haut) avec une carte de courbure (en bas) souligne le sulci qui est visible. L'avant du cerveau de naledi ressemble à celui des humains malgré sa petite taille - Crédit : Heather Garvin

L’endocast d’Homo naledi (en haut) avec une carte de courbure (en bas) souligne le sulci qui est visible. L’avant du cerveau de naledi ressemble à celui des humains malgré sa petite taille – Crédit : Heather Garvin

En 2017, les géologues ont démontré que cette espèce existait en Afrique australe il y a entre 236 000 et 335 000 ans, potentiellement à la même époque que lorsque l’homme moderne a émergé en Afrique. Et c’est un casse-tête pour les scientifiques, qui ont longtemps soutenu qu’il n’y avait qu’une seule espèce en Afrique à cette période tardive avec l’Homo sapiens. Comment cette espèce a-t-elle existé aux côtés d’autres avec des cerveaux qui faisaient trois fois sa taille ? La nouvelle étude suggère que le comportement de Naledi a pu refléter la forme et la structure du cerveau plus que sa taille.

Des crânes parfaitement préservés d’Homo naledi

Les chercheurs ont reconstitué des traces de la forme cérébrale d’Homo naledi à partir d’une collection extraordinaire de fragments de crâne et de crânes partiels d’au moins cinq individus adultes. L’un d’eux portait une empreinte très nette des circonvolutions à la surface du lobe frontal gauche du cerveau. C’est le crâne que vous espérez trouver une fois dans votre carrière selon l’auteur principal Ralph Holloway de l’Université de Columbia.

L’anatomie du lobe frontal de Naledi était similaire à celle des humains et très différente des grands singes. Et Naledi n’est pas seul avec cette caractéristique. D’autres membres de notre genre, d’Homo erectus à Homo habilis jusqu’à Homo floresiensis, partagent également des caractéristiques du lobe frontal avec les humains modernes. Mais les parents humains antérieurs, comme l’Australopithecus africanus, avaient une forme beaucoup plus semblable à l’apex dans cette partie du cerveau en suggérant que des changements fonctionnels dans cette région du cerveau ont émergé avec Homo. Il est trop tôt pour spéculer sur le langage ou la communication chez Homo naledi selon le co-auteur Shawn Hurst, mais aujourd’hui le langage humain se base sur cette région du cerveau.

Malgré un petit cerveau, Homo naledi possédait des caractéristiques complexes

L’arrière du cerveau a également montré des changements semblables à ceux de l’humain moderne chez les naledi par rapport aux hominidés plus primitifs comme les australopithèques. Les cerveaux humains sont généralement asymétriques avec le cerveau gauche qui est déplacé vers l’avant par rapport à la droite. L’équipe a trouvé des signes de cette asymétrie dans l’un des fragments de crâne de naledi les plus complets. Ils ont également trouvé des indices que la zone visuelle du cerveau, à l’arrière du cortex, était relativement plus petite chez les naledi que chez les chimpanzés, un autre trait humain de plus.

Les petits cerveaux d’Homo naledi soulèvent de nouvelles questions sur l’évolution de la taille du cerveau humain. Les grands cerveaux étaient couteux sur le plan évolutif pour les ancêtres humains et certaines espèces ont peut-être payé ces coûts avec des régimes alimentaires plus riches, la chasse et la cueillette et une enfance plus longue. Mais ce scénario ne semble pas bien fonctionner pour Homo naledi, qui avait des mains bien adapté à la fabrication d’outils, de longues jambes, des pieds humains et des dents suggérant une alimentation de haute qualité. Selon John Hawks, coauteur de l’étude, le cerveau de Naledi semble être celui que l’on pourrait prédire pour l’Homo habilis, il y a deux millions d’années, mais Habilis n’avait pas un si petit cerveau.

Une organisation cérébrale d’apparence humaine pourrait signifier que Naledi a partagé certains comportements avec les humains malgré une taille de cerveau beaucoup plus petite. Lee Berger, un co-auteur de l’article, suggère que la reconnaissance du cerveau petit, mais complexe de naledi aura également un impact significatif sur l’étude de l’archéologie africaine. Les archéologues ont été trop prompts à supposer que les industries modernes de l’outillage en pierre aient été fabriquées par des humains modernes. En se basant sur le fait que naledi se trouve en Afrique australe, au même moment où l’industrie de l’âge moyen de la pierre a émergé, nous avons peut-être mal compris une grande partie de l’histoire des hominidés.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *