Séparation et réunion de 2 anciennes populations aux Amériques

Une nouvelle étude génétique des individus anciens des Amériques et de leurs descendants contemporains révèle que deux populations divergeant l’une de l’autre il y a 18 000 à 15 000 ans sont restées séparées pendant des millénaires avant de se mélanger de nouveau. Cette reconvergence historique s’est produite avant ou pendant leur expansion vers le continent sud.


Les restes squelettiques d'une ancienne Islandaise pré-chrétienne (1000 avant C.E.) - Crédit : Ivar Brynjolfsson / The National Museum of Iceland
Les restes squelettiques d'une ancienne Islandaise pré-chrétienne (1000 avant C.E.) - Crédit : Ivar Brynjolfsson / The National Museum of Iceland

L’étude, publiée dans la revue Science, remet en cause des recherches antérieures suggérant que les premières populations des Amériques se divisaient en branches nord et sud et que la branche sud seule donnait naissance à toutes les populations anciennes en Amérique centrale et du Sud.1 L’étude montre pour la première fois que, au plus profond de leur histoire génétique, que de nombreux peuples autochtones du continent sud ont conservé au moins un peu d’ADN des nordistes, ancêtres directs de nombreuses communautés autochtones vivant aujourd’hui dans l’est du Canada.

Une longue séparation

On pensait auparavant que les Sud-Américains indigènes et la plupart des Amérindiens dérivaient d’une ascendance liée au peuple Clovis qui vivait il y a environ 13 000 ans selon Toomas Kivisild, professeur d’archéologie à l’Université de Cambridge. Nous constatons maintenant que toutes les populations autochtones de l’Amérique du Nord, de l’Amérique centrale et du Sud ont aussi des ancêtres génétiques d’une branche du Nord qui est la plus étroitement liée aux peuples autochtones de l’est du Canada selon Kivisild. Cela ne peut pas s’expliquer par l’activité des derniers milliers d’années, car c’est quelque chose de plus ancien. Nous commençons à voir que les modèles précédents des populations anciennes étaient irréalistes selon Malhi.

Les chercheurs ont analysé 91 génomes anciens provenant de sites en Californie et au Canada ainsi que 45 génomes mitochondriaux d’individus autochtones modernes. Les travaux ajoutent à l’évidence que 2 populations ont divergé il y a 18 000 à 15 000 ans. Cela aurait été pendant ou après leur migration à travers le pont terrestre maintenant submergé de la Sibérie le long de ce qui est maintenant la côte de l’Alaska.

Un mélange plus récent des populations

Des génomes anciens du sud-ouest de l’Ontario montrent qu’après la séparation, les ancêtres autochtones, représentant la branche nord, ont migré vers la région des Grands Lacs. Ils ont peut-être suivi le retrait des glaciers à mesure que l’âge de glace le plus récent commençait à fondre selon les chercheurs. Les populations, représentant la branche méridionale, ont probablement continué sur la côte du Pacifique en habitant les îles le long du chemin.

L’ancien enfant Anzick du Montana représente également la branche sud et il est associé à la culture Clovis qui était autrefois considérée comme ancestrale pour tous les Amérindiens selon Malhi. L’analyse des génomes des peuples anciens de l’Ontario et de la Californie nous a permis d’identifier les composantes des branches nord et sud dans les génomes contemporains d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud, probablement à la suite d’une reconvergence des deux branches.

Le mélange des lignées s’est produit soit en Amérique du Nord, avant l’expansion vers le sud, soit à mesure que les gens migraient plus profondément dans le continent sud, suivant probablement la côte ouest selon Christiana Scheib, auteure de l’étude de l’Université de Cambridge. Nous n’avons pas d’ADN ancien pour corroborer l’arrivée de cette branche ancestrale du nord.

Sources

1.
Ancient human parallel lineages within North America contributed to a coastal expansion. Science. 10.1126/science.aar6851″ target= »_blank » rel= »noopener noreferrer »>http://science.sciencemag.org/cgi/doi/10.1126/science.aar6851. Published May 31, 2018. Accessed May 31, 2018.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, average: 4,50 out of 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *