La sévérité de la sécheresse pendant l’effondrement des Mayas

Une étude a mesuré la sévérité de la sécheresse pendant l’effondrement des Mayas. L’effondrement est corrélé avec la dégradation de l’environnement. Mais ce n’est pas le seul facteur qui entre en compte.


Pirámide de los Cinco Pisos (pyramide des cinq étages) de 31 m de hauteur, situé dans la Grande Place
Pirámide de los Cinco Pisos (pyramide des cinq étages) de 31 m de hauteur, situé dans la Grande Place

La sévérité des conditions de sécheresse pendant la disparition de la civilisation Maya il y a environ mille ans a été quantifiée, ce qui représente un autre élément de preuve qui pourrait résoudre le mystère de longue date de l’effondrement de l’une des grandes civilisations du monde antique.1

Des chercheurs de l’Université de Cambridge et de l’Université de Floride ont développé une méthode pour mesurer les différents isotopes de l’eau piégée dans le gypse, un minéral qui se forme pendant les périodes de sécheresse lorsque le niveau d’eau est faible dans le lac Chichancanab, dans la péninsule du Yucatán où se trouvaient les Mayas.

Une réduction des précipitations jusqu’à 70 %

Sur la base de ces mesures, les chercheurs ont constaté que les précipitations annuelles diminuaient entre 41 % et 54 % durant la période de l’effondrement de la civilisation maya, avec des périodes de réduction des précipitations allant jusqu’à 70 % pendant les périodes de sécheresse maximale et l’humidité a baissé de 2 à 7 % par rapport à aujourd’hui. Les résultats sont publiés dans la revue Science.

Pirámide de los Cinco Pisos (pyramide des cinq étages) de 31 m de hauteur, situé dans la Grande Place

Pirámide de los Cinco Pisos (pyramide des cinq étages) de 31 m de hauteur, situé dans la Grande Place

Le rôle du changement climatique dans l’effondrement de la civilisation maya classique est quelque peu controversé, en partie parce que les documents précédents se limitent à des reconstructions qualitatives, par exemple si les conditions étaient plus humides ou plus sèches selon Nick Evans, Ph.D. et le premier auteur du papier. Notre étude représente une avancée substantielle, car elle fournit des estimations statistiquement robustes des précipitations et des niveaux d’humidité pendant la chute des Mayas.

La civilisation maya est divisée en quatre périodes principales : le Préclassique (2000 AEC, – 250 EC), le Classique (250 EC, 800 EC), le Classique terminal (800 – 1000 EC) et le Postclassique (1000 EC – 1539 EC). La période classique a été marquée par la construction de l’architecture monumentale, le développement intellectuel et artistique et la croissance des grandes cités-États.

L’effondrement de la civilisation maya

Mais au cours du 9e siècle, il y a eu un effondrement politique majeur dans la région centrale de Maya : leurs célèbres villes calcaires ont été abandonnées et les dynasties ont pris fin. Et tandis que les Mayas survivaient au-delà de cette période, leur pouvoir politique et économique était épuisé. Il existe de nombreuses hypothèses sur ce qui a causé l’effondrement de la civilisation maya telles que l’invasion, la guerre, la dégradation de l’environnement et l’effondrement des routes commerciales. Mais dans les années 1990, les chercheurs ont pu reconstituer les registres climatiques pour la période de l’effondrement des Mayas et ils ont trouvé qu’ils étaient en corrélation avec une période prolongée de sécheresse extrême.

Un masque de ͚Chaac͛, dieu maya de la pluie, sur un bâtiment à Labná dans la région de Puuc dans la péninsule du nord du Yucatán. La prédominance des masques Chaac dans l'architecture de la région Maya témoigne de l'importance de la pluie pour les Mayas - Crédit : Mark Brenner

Un masque de ͚Chaac͛, dieu maya de la pluie, sur un bâtiment à Labná dans la région de Puuc dans la péninsule du nord du Yucatán. La prédominance des masques Chaac dans l’architecture de la région Maya témoigne de l’importance de la pluie pour les Mayas – Crédit : Mark Brenner

Le professeur David Hodell, directeur du Laboratoire Godwin pour la recherche paléoclimatique à Cambridge et auteur principal du papier actuel, a fourni la première preuve physique d’une corrélation entre cette période de sécheresse au lac Chichancanab et la chute de la civilisation maya classique dans un papier publié dans 1995. Désormais, Hodell et ses collègues ont appliqué une nouvelle méthode et ont estimé l’ampleur de cette sécheresse. En utilisant une nouvelle méthode géochimique pour mesurer l’eau enfermée dans le gypse de Chichancanab, les chercheurs ont construit un modèle complet de conditions hydrologiques pendant la période classique terminale lorsque les Mayas se sont effondrés.

L’analyse du gypse pendant l’époque des Mayas

Les chercheurs ont analysé les différents isotopes de l’eau piégés dans la structure cristalline du gypse pour déterminer les changements dans les précipitations et l’humidité relative pendant la chute des Mayas. Ils ont mesuré trois isotopes d’oxygène et deux isotopes d’hydrogène pour reconstituer l’histoire de l’eau du lac entre 800 et 1000 EC. Quand le gypse se forme, les molécules d’eau sont incorporées directement dans sa structure cristalline et cette eau enregistre les différents isotopes présents dans l’eau du lac au moment de sa formation. Cette méthode est très précise et c’est comme si on mesurait directement l’eau selon Evans.

Une image de la carotte de sédiments utilisée dans cette étude par rapport à la profondeur au-dessous du fond du lac. Les couches de sédiments sont constituées de couches sombres constituées de dépôts riches en matière organique et de couches claires composées de gypse minéral (sulfate de calcium dihydraté, CaSO4 · 2H2O).   Le gypse se forme lorsque le niveau du lac baisse pendant les périodes de sécheresse. L'eau d'hydratation dans le gypse a été utilisée dans cette étude pour reconstruire les changements dans les précipitations de la région. Le panneau de droite affiche l'enregistrement de densité de sédiments du noyau. Les périodes de précipitation du gypse sont indiquées par des valeurs de densité >1,1 g/cm3. L'intervalle de 165 à 125 cm s'étend de ~ 620 à ~ 1100 EC. Les couches de gypse entre 154 et 125 cm correspondent approximativement à l'époque du déclin de la civilisation maya classique - Crédit Hodell et al

Une image de la carotte de sédiments utilisée dans cette étude par rapport à la profondeur au-dessous du fond du lac. Les couches de sédiments sont constituées de couches sombres constituées de dépôts riches en matière organique et de couches claires composées de gypse minéral (sulfate de calcium dihydraté, CaSO4 · 2H2O).
Le gypse se forme lorsque le niveau du lac baisse pendant les périodes de sécheresse. L’eau d’hydratation dans le gypse a été utilisée dans cette étude pour reconstruire les changements dans les précipitations de la région. Le panneau de droite affiche l’enregistrement de densité de sédiments du noyau. Les périodes de précipitation du gypse sont indiquées par des valeurs de densité >1,1 g/cm3. L’intervalle de 165 à 125 cm s’étend de ~ 620 à ~ 1100 EC. Les couches de gypse entre 154 et 125 cm correspondent approximativement à l’époque du déclin de la civilisation maya classique – Crédit Hodell et al

En période de sécheresse, l’eau s’évapore davantage des lacs tels que Chichancanab et étant donné que les isotopes légers de l’eau s’évaporent plus vite, l’eau devient plus lourde. Une proportion plus élevée d’isotopes plus lourds, tels que l’oxygène-18 et l’hydrogène-2 (deutérium), indiquerait donc des conditions de sécheresse. En cartographiant la proportion des différents isotopes contenus dans chaque couche de gypse, les chercheurs ont pu construire un modèle pour estimer les changements passés dans les précipitations et l’humidité relative pendant la période de l’effondrement des Mayas.

Ces données climatiques quantitatives peuvent être utilisées pour mieux prédire comment ces conditions de sécheresse ont pu affecter l’agriculture, y compris les rendements des cultures de base des Mayas, comme le maïs.

Sources

1.
Science. Science. 10.1126/science.aas9871″ target=”_blank” rel=”noopener noreferrer”>http://dx.doi.org/10.1126/science.aas9871. Published August 1, 2018. Accessed August 1, 2018.
N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *