Des plantes psychotropes dans une poche rituelle antique

Selon une équipe internationale d’anthropologues, il y a mille ans, les Amérindiens d’Amérique du Sud utilisaient plusieurs plantes psychotropes, peut-être simultanément, pour induire des hallucinations et une altération de la conscience.


Selon une équipe internationale d'anthropologues, il y a mille ans, les Amérindiens d'Amérique du Sud utilisaient plusieurs plantes psychotropes, peut-être simultanément, pour induire des hallucinations et une altération de la conscience.
La grotte Cueva del Chileno en Bolivie - Jose Capriles, Penn State

Nous savions déjà que les psychoropes étaient importants dans les activités spirituelles et religieuses des sociétés des Andes du centre-sud, mais nous ne savions pas que ces personnes utilisaient autant de composés différents et les combinaient éventuellement selon Jose Capriles, professeur associé d’ à Penn State. Il s’agit du plus grand nombre de substances psychoactives jamais trouvées dans un seul assemblage archéologique d’.

L’utilisation de plantes psychotropes

Les chercheurs étaient à la recherche d’anciens métiers dans les abris de roche sèche de la vallée de la rivière Sora, aujourd’hui asséchée, dans le sud-ouest de la Bolivie, lorsqu’ils ont trouvé un fagot rituel dans le cadre d’une sépulture humaine. Le paquet, enfermé dans un sac en cuir, contenait entre autres deux comprimés de tabac à priser (utilisés pour pulvériser les plantes psychotropes en tabac à priser), un tube de tabac à priser (pour fumer des plantes hallucinogènes) et une poche composée de trois museaux de renard.

Selon une équipe internationale d'anthropologues, il y a mille ans, les Amérindiens d'Amérique du Sud utilisaient plusieurs plantes psychotropes, peut-être simultanément, pour induire des hallucinations et une altération de la conscience.

L’équipe a découvert des composés psychoactifs dans une poche en peau de bête composée de trois museaux de renard cousus ensemble – Crédit : Jose Capriles, Penn State

L’équipe a eu recours à la datation au radiocarbone par spectrométrie de masse pour déterminer l’âge du sac en cuir externe et a découvert qu’il avait environ 1 000 ans. Cette période à cet endroit est associée à la désintégration de l’état de Tiwanaku et à l’émergence de politiques régionales selon Capriles. En outre, l’équipe a utilisé un scalpel pour obtenir un très léger frottement à l’intérieur de la poche du museau de renard et a analysé le matériau par chromatographie en phase liquide en la combinant avec la spectrométrie de masse.

Plusieurs composés incluant de la

Cette méthode est très sensible et très efficace pour détecter la présence de quantités infimes de composés spécifiques dans de très petits échantillons selon Melanie Miller, stagiaire postdoctorale à l’Université d’Otago, en Nouvelle-Zélande et chercheuse associée à l’Université de Californie à Berkeley, qui était responsable de l’analyse des échantillons.

Les chercheurs ont identifié la présence de multiples composés psychoactifs. De la cocaïne, de labenzoylecgonine (le principal métabolite de la cocaïne), de la , de la , (DMT) et éventuellement de la (un composé présent dans certains champignons), provenant d’au moins trois espèces différentes (probablement Erythroxylum coca, une espèce d’Anadenanthera et de Banistesteriopsis caani).

Des plantes psychotropes utilisées par un

Selon Capriles, la poche en museau de renard aurait probablement appartenu à un chaman. Les chamanes étaient des spécialistes rituels qui connaissaient les plantes et comment les utiliser comme des mécanismes permettant de dialoguer avec des êtres surnaturels, y compris des ancêtres vénérés, qui existeraient vraisemblablement dans d’autres royaumes selon Capriles. Il est possible que le chaman qui possédait cette bourse ait consommé plusieurs plantes différentes simultanément pour produire différents effets ou prolonger ses hallucinations.

Plantes psychotropes - Selon une équipe internationale d'anthropologues, il y a mille ans, les Amérindiens d'Amérique du Sud utilisaient plusieurs plantes psychotropes, peut-être simultanément, pour induire des hallucinations et une altération de la conscience.

Le paquet rituel comprenait deux tablettes à priser en bois sculptées et décorées qui auraient servi de plate-forme pour pulvériser des plantes psychotropes – Crédit : Jose Capriles, Penn State

Capriles a noté que la présence simultanée d’harmine et de DMT, qui sont les ingrédients principaux de l’ayahuasca, une boisson qui induirait des hallucinations et une altération de la conscience, suggère que l’utilisation de cette boisson soit l’une des drogues présentes dans le kit du chaman. Certains spécialistes pensent que l’ayahuasca a des origines relativement récentes tandis que d’autres affirment qu’il est possible qu’elle soit utilisée depuis des siècles, voire des millénaires selon Capriles.

Une utilisation ancienne de l’ayahuasca

Etant donné la présence d’harmine et de DMT dans la poche que nous avons trouvée, il est probable que ce chaman les ait ingérés simultanément pour atteindre un état hallucinogène, soit par une boisson telle que l’ayahuasca, soit par un tabac à priser composite contenant ces plantes dans un mélange unique. Cette découverte suggère que l’ayahuasca aurait pu être utilisé il y a 1 000 ans.

Non seulement la présence de nombreux composés suggère l’utilisation simultanée de drogues et l’utilisation antérieure d’ayahuasca, en particulier, mais elle indique également des connaissances botaniques complexes du propriétaire de la pochette et un effort pour acquérir des plantes hallucinogènes, car les plantes provenaient de différentes régions, essentiellement de l’Amérique du Sud tropicale.

La présence de ces composés indique que le propriétaire de ce kit avait accès à au moins trois plantes contenant des composés psychoactifs, mais potentiellement même à quatre ou cinq selon Miller. Aucun des composés psychoactifs que nous avons trouvés ne provient de plantes qui poussent dans cette région des Andes, ce qui indique la présence de réseaux d’échange élaborés ou le mouvement de cet individu à travers divers environnements pour se procurer ces plantes spéciales. Cette découverte nous rappelle que le passé possédait une connaissance approfondie de ces plantes puissantes et de leurs utilisations potentielles et ils les recherchaient pour leurs propriétés médicinales et psychoactives.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *