Les humains ont emprunté les routes migratoires du Nord pour atteindre l’Asie orientale

Un nouveau papier suggère que les climats plus humides auraient permis à Homo sapiens de s’étendre dans les déserts d’Asie centrale il y a 50-30 000 ans.


Un nouveau papier suggère que les climats plus humides auraient permis à Homo sapiens de s'étendre dans les déserts d'Asie centrale il y a 50-30 000 ans.
Les dunes de sable de Mongol Els émergent de la steppe mongole. Beaucoup de ces barrières désertiques ne sont apparues qu'après le dernier maximum glaciaire (il y a environ 20 000 ans) - Crédit : Nils Vanwezer

L’Asie du Nord et l’Asie centrale ont été négligées dans les études sur les migrations humaines précoces, les déserts et les montagnes étant considérés comme des obstacles. Cependant, une nouvelle étude réalisée par une équipe internationale affirme que les humains ont peut-être déjà traversé ces conditions extrêmes dans des conditions plus humides.

Des traces d’humains en Asie du nord

Nous devons maintenant reconsidérer où nous cherchons les traces les plus anciennes de notre espèce en Asie du Nord, ainsi que les zones d’interaction potentielle avec d’autres hominines telles que les Néandertaliens et les Denisoviens. Les archéologues et les paléoanthropologues s’intéressent de plus en plus à la découverte des environnements auxquels sont confrontés les premiers membres de notre espèce, , lorsqu’elle s’est installée dans de nouvelles régions de l’Eurasie à la fin du (il y a 125 000 à 12 000 ans).

Une grande partie de l’attention s’est concentrée sur une route méridionale autour de l’océan Indien, l’Asie du Nord et centrale ayant été quelque peu négligée. Cependant, dans un papier publié dans PLOS ONE, des scientifiques de l’Institut Max Planck d’histoire des sciences de l’homme à Iéna, en Allemagne, et des collègues de l’Institut de paléontologie des vertébrés et de à Pékin, en Chine, affirment que le changement climatique a pu une région particulièrement dynamique de dispersion, d’interaction et d’adaptation des hominins ainsi qu’un couloir crucial pour le mouvement.

En route pour le nord hors d’Afrique et vers l’Asie

Les discussions archéologiques sur les routes migratoires du Pléistocène d’Homo sapiens ont souvent porté sur une route côtière reliant l’Afrique à l’Australie, longeant l’Inde et l’Asie du Sud-Est selon le professeur Michael Petraglia de l’Institut Max Planck pour la science de l’histoire humaine, co-auteur de la nouvelle étude. Dans le contexte de l’Asie du Nord, une route en Sibérie a été privilégiée, évitant les déserts tels que celui de Gobi. Pourtant, au cours des dix dernières années, diverses preuves sont apparues qui suggèrent que les zones considérées comme inhospitalières aujourd’hui pourraient ne pas l’avoir toujours été par le passé.

Un nouveau papier suggère que les climats plus humides auraient permis à Homo sapiens de s'étendre dans les déserts d'Asie centrale il y a 50-30 000 ans.

Itinéraires de dispersion illustrés à partir des résultats de l’analyse du meilleur chemin. Les trois routes des simulations « humide » et la route unique de la simulation « sèche » sont présentées conjointement avec les étendues paléoclimatiques (glaciers et paléolakes) – Crédit : Nils Vanwezer et Hans Sell

Nos travaux précédents en Arabie saoudite et dans le désert du Thar en Inde ont permis de mettre en évidence le fait que des enquêtes dans des régions auparavant négligées peuvent donner de nouvelles informations sur les voies et les adaptations humaines selon Petraglia. En effet, si Homo sapiens pouvait traverser ce qui est maintenant les déserts arabes, alors qu’est-ce qui l’aurait empêché de traverser d’autres régions actuellement arides telles que le désert de Gobi, le bassin de Junggar et le désert de Taklamakan à différents moments dans le passé ?

De même, les montagnes de l’Altaï, le Tien Shan et le représentent une nouvelle fenêtre potentielle en haute altitude sur l’évolution humaine, compte tenu en particulier des découvertes récentes de Denisovan dans les grottes de Denisova en Russie et de Baishiya Karst en Chine.

Néanmoins, les zones de recherche traditionnelles, la densité des sites archéologiques et les hypothèses sur la persistance des extrêmes environnementaux dans le passé ont conduit à mettre l’accent sur la Sibérie, plutôt que sur le potentiel de voies de circulation intérieures à travers le nord de l’Asie.

Un Gobi Vert ?

En effet, les recherches paléoclimatiques en Asie centrale ont accumulé de plus en plus de preuves des étendues de lacs, de précipitations et de glaciers dans les régions de montagne, ce qui suggère que les environnements auraient pu varier considérablement dans cette partie du monde au cours du Pléistocène. Cependant, la datation de bon nombre de ces transitions environnementales est restée vaste et ces enregistrements n’ont pas encore été incorporés dans les discussions archéologiques sur l’arrivée humaine en Asie du Nord et en Asie centrale.

Un nouveau papier suggère que les climats plus humides auraient permis à Homo sapiens de s'étendre dans les déserts d'Asie centrale il y a 50-30 000 ans.

Le relief des anciens lacs autour de Biger Nuur, en Mongolie, témoigne de la grande taille des lacs dans le passé – Crédit : Nils Vanwezer

Nous avons pris en compte les données climatiques et les caractéristiques géographiques dans les modèles SIG pour les glaciaires (périodes au cours desquelles les calottes glaciaires étaient les plus étendues) et les interstadiaux (périodes de retrait de ces calottes glaciaires) afin de vérifier si le déplacement des humains varie en fonction de la présence de ces barrières environnementales selon Nils Vanwezer, l’un des chercheurs.

Nous avons constaté que, même si les condtions glaciaires étaient réunies, les hommes auraient probablement été contraints de traverser la Sibérie méridionale via un arc nordique, mais que dans des conditions plus humides, plusieurs voies auraient été possibles, y compris dans un désert vert de Gobi. Les comparaisons avec les registres paléoenvironnementauxs disponibles confirment que les conditions locales et régionales auraient été très différentes dans ces parties de l’Asie par le passé, ce qui fait de ces modèles de route une possibilité indéniable pour le mouvement humain.

Une présence humaine dans des régions négligées

Nous devons souligner que ces voies ne sont pas de vraies voies définitives du mouvement humain du Pléistocène. Cependant, elles suggèrent que nous devrions rechercher la présence humaine, la migration et les interactions avec d’autres hominines dans de nouvelles parties de l’Asie considérés comme des vides statiques de l’ selon le Dr Patrick Roberts, également de l’Institut Max Planck pour la science de l’histoire humaine, co-auteur de l’étude. Compte tenu de ce que nous découvrons de plus en plus sur la flexibilité de notre espèce, il ne serait pas surprenant que nous trouvions les premiers Homo sapiens au milieu de déserts modernes ou de nappes glaciaires montagneuses.

Ces modèles stimuleront de nouvelles enquêtes et travaux sur le terrain dans des régions auparavant oubliées de l’Asie septentrionale et centrale selon la professeure Nicole Boivin, directrice du département d’archéologie de l’Institut Max Planck pour la science de l’histoire humaine, et co-auteur de l’étude. Notre prochaine tâche consiste à entreprendre ce travail, ce que nous ferons dans les prochaines années dans le but de tester ces nouveaux modèles potentiels de l’arrivée humaine dans ces régions de l’Asie.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (6 votes, average: 4,17 out of 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *