Comment les visiteurs ont-ils vécu l’espace domestique à Pompéi ? —


  • FrançaisFrançais



  • Des chercheurs de l’Université de Lund en Suède ont utilisé la réalité virtuelle et la technologie de suivi oculaire 3D pour examiner ce qui attirait l’attention des visiteurs lorsqu’ils pénétraient dans l’environnement magnifique d’une ancienne maison romaine. L’équipe a recréé la Maison des épigrammes grecques en 3D et a suivi le regard des participants à l’étude alors qu’ils voyaient la maison.

    Contrairement à aujourd’hui, les maisons romaines n’étaient pas un lieu de refuge contre le travail. Le travail et les activités quotidiennes s’entremêlaient pendant la journée. Les maisons ont été conçues pour communiquer le pouvoir personnel et le statut du propriétaire et de sa famille. L’impression visuelle était si importante que les architectes ont déplacé des éléments architecturaux tels que des colonnes pour encadrer des vues, ajouté des fontaines comme points focaux ou simplement décoré l’espace en imitant ces éléments lorsqu’il n’était pas possible de les construire.

    « En suivant la façon dont les gens perçoivent la maison, nous pouvons nous rapprocher de ce qui était dans l’esprit de ceux qui l’ont conçue. Quels messages sont transmis, même dans les moindres détails ? Nous avons trouvé de nombreuses façons dont le propriétaire transmettait un sentiment de pouvoir et de richesse pour les visiteurs », explique Giacomo Landeschi, chercheur au Département d’archéologie et d’histoire ancienne de l’Université de Lund.

    La maison des épigrammes grecques a été détruite lors de l’éruption du Vésuve en 79 après JC. Elle avait une salle entièrement recouverte de peintures murales accompagnées d’inscriptions grecques qui ont donné son nom à la maison.

    La maison a été minutieusement conçue et comportait des peintures murales partiellement visibles de l’extérieur, mais avec des détails que seuls les visiteurs proches pouvaient voir, par exemple. Il y avait aussi l’art érotique où la lumière naturelle illuminait l’œuvre principalement aux moments appropriés. Certains éléments visuels et architecturaux font écho à une tension entre les cultures grecque et romaine de l’époque.

    Une étude de suivi analysera les résultats plus en détail.

    Les chercheurs disent que la nature unique de la recherche pourrait être encore améliorée en ajoutant d’autres expériences sensorielles, telles que l’implication auditive, à l’avenir.

    « Cette étude montre que nous pouvons désormais non seulement recréer l’espace physique, mais aussi comprendre l’expérience réelle des gens à l’époque. Il s’agit d’un domaine de recherche entièrement nouveau pour l’archéologie, qui ouvre de nouvelles possibilités », conclut Danilo Marco Campanaro, Doctorante au Département d’archéologie et d’histoire ancienne, Université de Lund.

    À propos de l’étude

    L’étude marque une avancée significative dans l’utilisation de la réalité virtuelle en archéologie, où son potentiel heuristique est utilisé pour effectuer des analyses spatiales plus avancées. Il visait à établir une méthodologie pour enregistrer avec précision les informations sur le regard et l’attention des participants et les analyser. Pour ce faire, les chercheurs ont utilisé un eye-tracker 3D, un moteur de jeu et des systèmes d’information géographique.

    Vidéo: https://youtu.be/sNcAkkNR-qU

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par Université de Lund. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.