Une nouvelle étude montre que les découvertes de fossiles dans les Hautes Alpes proviennent de trois géants des mers


  • FrançaisFrançais



  • Il y a plus de 30 ans, des chercheurs de l’Université de Zurich ont découvert des vertèbres, des côtes et une dent dans les Hautes Alpes de la Suisse orientale. La forme typique indiquait qu’ils devaient provenir de grands reptiles marins connus sous le nom d’ichtyosaures, mais il y avait un manque de matériel comparatif correspondant. Une nouvelle étude menée par l’université de Bonn permet désormais une classification plus précise. Selon les découvertes, ils appartiennent à trois ichtyosaures différents d’environ 15 à environ 20 mètres de long. La dent est particulièrement inhabituelle : avec un diamètre de racine de six centimètres, elle est deux fois plus grande que la plus grande dent de dinosaure aquatique trouvée à ce jour. Les résultats viennent d’être publiés dans le Journal of Vertebrate Paleontology.

    Les premiers ichtyosaures ont traversé les océans primordiaux au début du Trias il y a environ 250 millions d’années. Ils avaient un corps allongé et une tête relativement petite. Mais peu de temps avant que la plupart d’entre eux ne disparaissent il y a environ 200 millions d’années (seules les espèces familières ressemblant à des dauphins ont survécu jusqu’à il y a 90 millions d’années), ils ont évolué vers des formes gigantesques. Avec un poids estimé à 80 tonnes et une longueur de plus de 20 mètres, ces géants préhistoriques auraient rivalisé avec un cachalot. Cependant, ils n’ont laissé que peu de restes fossiles – « pourquoi cela reste un grand mystère à ce jour », souligne le professeur Dr. Martin Sander de la section paléontologie de l’Institut des géosciences de l’Université de Bonn.

    Le plissement des Alpes a fait remonter des fossiles du fond de la mer

    Les trouvailles examinées aujourd’hui proviennent des Grisons (canton des Grisons). Le collègue de Sander, le Dr Heinz Furrer de l’Université de Zurich, les avait récupérés avec des étudiants entre 1976 et 1990 lors de la cartographie géologique de la formation de Kössen. Plus de 200 millions d’années auparavant, les couches rocheuses avec les fossiles couvraient encore le fond marin. Avec le plissement des Alpes, cependant, ils s’étaient retrouvés à 2 800 mètres d’altitude. « Peut-être qu’il y a plus de restes de créatures marines géantes cachées sous les glaciers », espère Sander.

    Le paléontologue a tenu pour la première fois les os fossilisés dans ses mains il y a trois décennies. A cette époque, il était encore doctorant à l’Université de Zurich. Entre-temps, le matériel avait été quelque peu oublié. « Récemment, cependant, d’autres restes d’ichtyosaures géants sont apparus », explique le chercheur. « Il nous a donc semblé intéressant d’analyser à nouveau plus en détail les trouvailles suisses. »

    Selon l’étude, les fossiles proviennent de trois animaux différents qui vivaient il y a environ 205 millions d’années. De l’un des ichtyosaures, une vertèbre est conservée avec dix fragments de côtes. Leurs tailles suggèrent que le reptile mesurait probablement 20 mètres de long. En revanche, seule une série de vertèbres ont été extraites d’un deuxième ichtyosaure. La comparaison avec des découvertes squelettiques mieux conservées suggère une longueur d’environ 15 mètres.

    « De notre point de vue, cependant, la dent est particulièrement excitante », explique Sander. « Parce que c’est énorme selon les normes des ichtyosaures : sa racine mesurait 60 millimètres de diamètre – le plus gros spécimen encore dans un crâne complet à ce jour mesurait 20 millimètres et provenait d’un ichtyosaure qui mesurait près de 18 mètres de long. » Son collègue Heinz Furrer se réjouit de l’appréciation tardive des restes spectaculaires des Alpes suisses : « La publication a confirmé que nos découvertes à l’époque appartenaient au plus long ichtyosaure du monde ; avec la dent la plus épaisse trouvée à ce jour et la plus grande vertèbre du tronc dans L’Europe ! »

    Cependant, il est peu probable que les animaux qui peuplaient les océans primordiaux il y a 205 millions d’années aient été beaucoup plus longs qu’on ne le pensait auparavant. « Le diamètre de la dent ne peut pas être utilisé pour déduire directement la longueur de son propriétaire », souligne le paléontologue Martin Sander de Bonn. « Pourtant, la découverte soulève naturellement des questions. »

    Les prédateurs plus gros qu’un cachalot ne sont pas vraiment possibles

    En effet, la recherche suppose que le gigantisme extrême et un mode de vie prédateur (qui nécessite des dents) sont incompatibles. Il y a une raison pour laquelle le plus grand animal de notre époque est édenté : la baleine bleue, qui peut mesurer jusqu’à 30 mètres de long et peser 150 tonnes. A côté, le cachalot à dents (20 mètres et 50 tonnes) ressemble à un adolescent. Alors que la baleine bleue filtre les minuscules créatures de l’eau, le cachalot est un chasseur parfait. Cela signifie qu’il a besoin d’une plus grande partie des calories qu’il consomme pour alimenter ses muscles. « Les prédateurs marins ne peuvent donc probablement pas devenir beaucoup plus gros qu’un cachalot », explique Sander.

    Il est donc possible que la dent ne provienne pas d’un ichtyosaure particulièrement gigantesque — mais d’un ichtyosaure aux dents particulièrement gigantesques.

    Etablissements participants :

    La section de paléontologie de l’Institut des géosciences de l’Université de Bonn, l’Institut et musée de paléontologie de l’Université de Zurich et l’Institut d’anatomie de l’Université de Bonn ont participé à l’étude.

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par Université de Bonn. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.