L’ADN offre un regard unique sur le moa et le changement climatique


  • FrançaisFrançais



  • L’ancien ADN moa a fourni des informations sur la façon dont les espèces réagissent au changement climatique, selon une étude de l’Université d’Otago.

    En analysant l’ancien ADN du moa oriental éteint, des chercheurs du Département de zoologie ont découvert que les oiseaux géants modifiaient leur distribution à mesure que le climat se réchauffait et se refroidissait.

    L’auteur principal, le Dr Alex Verry, explique que l’espèce s’est répandue dans l’est et le sud de l’île du Sud pendant la période plus chaude de l’Holocène, mais qu’elle était limitée au sud de l’île du Sud au plus fort de la dernière période glaciaire il y a environ 25 000 ans.

    Ceci est en comparaison avec le moa aux pieds lourds, qui s’est retiré dans les régions du sud et du nord de l’île du Sud, tandis que le moa des hautes terres habitait quatre zones différentes.

    « La réponse du moa oriental a eu des conséquences sur la taille de sa population et sa diversité génétique – la dernière période glaciaire a entraîné un goulot d’étranglement génétique prononcé, ce qui signifie qu’il s’est retrouvé avec une diversité génétique inférieure à celle des autres moa vivant dans les mêmes zones », explique le Dr Verry.

    L’étude, publiée dans Lettres de biologieest la première fois que le séquençage d’ADN à haut débit, qui séquence simultanément des millions de morceaux d’ADN, a été utilisé pour étudier le moa au niveau de la population.

    Les résultats mettent en évidence l’impact du changement climatique passé sur les espèces de différentes manières et le fait qu’un modèle « taille unique » n’est pas pratique.

    « Cela nous amène à nous demander ce qui va arriver aux espèces alors qu’elles tentent de s’adapter au changement climatique aujourd’hui et dans le futur ? Tenteront-elles également de se déplacer vers de nouvelles zones pour survivre ?

    « Pour certaines espèces, cela ne sera pas possible, certaines espèces manqueront d’espace, comme les espèces alpines qui devront se déplacer vers le haut mais ne pourront aller que jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de ‘haut' », explique-t-il.

    Le co-auteur, le Dr Nic Rawlence, directeur du laboratoire de paléogénétique d’Otago, affirme que la recherche est un exemple rare des impacts du changement climatique passé sur la mégafaune éteinte de Nouvelle-Zélande.

    Il montre également comment les restes fossiles et les collections des musées peuvent être utilisés pour répondre à de nouvelles questions sur le passé.

    « Cela apporte vraiment la puissance de la paléogénomique aux questions de recherche néo-zélandaises, alors qu’auparavant, la plupart des recherches et des intérêts se concentraient sur les espèces eurasiennes ou américaines. Nous commençons vraiment à renforcer les capacités pour cette recherche en Nouvelle-Zélande », dit-il.

    * Cette recherche a été financée par la Royal Society of New Zealand Marsden Fund et l’Université d’Otago.

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par Université d’Otago. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.