Perdu ou éteint ? Une étude révèle que l’existence de plus de 500 espèces animales reste incertaine


  • FrançaisFrançais



  • Une étude internationale fournit la première évaluation mondiale de toutes les espèces de vertébrés terrestres qui n’ont pas été déclarées éteintes et identifie plus de 500 espèces considérées comme « perdues » – celles qui n’ont été vues par personne depuis plus de 50 ans.

    Les chercheurs ont examiné les informations sur 32 802 espèces de la Liste rouge des espèces menacées de l’Union internationale pour la conservation de la nature (Liste rouge de l’UICN) et ont identifié 562 espèces perdues. Leurs conclusions paraissent dans la revue Conservation des animaux.

    La Liste rouge de l’UICN définit éteint comme « lorsqu’il n’y a aucun doute raisonnable que le dernier individu d’une espèce est mort », ce qui peut être difficile à vérifier. Selon Arne Mooers, professeur de biodiversité à l’Université Simon Fraser et co-auteur de l’étude, la Liste rouge classe 75 de ces 562 espèces perdues comme « probablement éteintes ». Les chercheurs notent que l’existence de nombreuses espèces dont l’état de conservation est incertain peut devenir de plus en plus problématique à mesure que la crise d’extinction s’aggrave et que davantage d’espèces disparaissent.

    Au total, 311 espèces de vertébrés terrestres ont été déclarées éteintes depuis 1500, ce qui signifie que 80 % d’espèces de plus sont considérées comme perdues que celles qui ont été déclarées éteintes.

    Les reptiles ont ouvert la voie avec 257 espèces considérées comme perdues, suivies de 137 espèces d’amphibiens, 130 espèces de mammifères et 38 espèces d’oiseaux. La plupart de ces animaux perdus ont été vus pour la dernière fois dans des pays mégadivers tels que l’Indonésie (69 espèces), le Mexique (33 espèces) et le Brésil (29 espèces).

    Sans surprise, cette concentration est importante, selon les chercheurs. « Le fait que la plupart de ces espèces perdues se trouvent dans des pays tropicaux mégadivers est inquiétant, étant donné que ces pays devraient connaître le plus grand nombre d’extinctions au cours des prochaines décennies », déclare l’auteur principal de l’étude, Tom Martin, du zoo de Paignton au Royaume-Uni.

    Mooers, qui a ancré l’étude, déclare: « Bien que les estimations théoriques des » taux d’extinction « en cours soient bonnes et bonnes, il semble préférable de rechercher attentivement les espèces réelles. »

    Gareth Bennett, un étudiant de premier cycle de la SFU qui a fait une grande partie du peignage des données, ajoute : « Nous espérons que cette étude simple aidera à faire de ces espèces perdues une priorité dans les recherches futures. »

    Les auteurs suggèrent que les futurs efforts d’enquête se concentrent sur les «points chauds» identifiés où l’existence de nombreuses espèces particulières reste incertaine. Davantage de financement serait nécessaire pour soutenir ces travaux de terrain ciblés sur les points chauds, soit pour redécouvrir les espèces perdues, soit pour lever le doute raisonnable qu’une espèce perdue particulière existe toujours.

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par Université Simon Fraser. Original écrit par Melissa Shaw. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.