Où ont été extraites les baignoires royales en albâtre d’Hérode le Grand ? Une étude fournit des preuves définitives de l’origine de l’albâtre dont la qualité répondait aux normes somptueuses d’Hérode


  • FrançaisFrançais



  • À partir de l’âge du bronze moyen, l’Égypte a joué un rôle crucial dans l’apparition d’artefacts de calcite et d’albâtre en Israël et dans le développement de l’industrie locale du gypse et de l’albâtre. L’absence d’anciennes carrières de calcite-albâtre dans le sud du Levant (aujourd’hui Israël et Palestine) a conduit à l’hypothèse que tous les navires de calcite-albâtre trouvés dans le Levant provenaient d’Égypte, tandis que les navires de qualité inférieure en gypse étaient des produits locaux.

    Jusqu’à présent, cette hypothèse de longue date n’a jamais été scientifiquement testée. Mais l’identification récente d’une carrière de calcite-albâtre dans la grotte de Te’omim, située sur le versant ouest des collines de Jérusalem (près de l’actuel Beit Shemesh, Israël), remet cette hypothèse en question. Une nouvelle étude, récemment publiée dans la revue Nature Rapports scientifiques, réfute scientifiquement l’hypothèse et, pour la première fois, permet de distinguer la calcite-albâtre originaire d’Israël de celle originaire d’Egypte. En outre, cela confirme que des objets en calcite et albâtre, tels que les baignoires en albâtre d’Hérode le Grand, ont été extraits en Israël plutôt qu’en Égypte.

    La recherche a été menée dans le cadre de la thèse de maîtrise d’Ayala Amir au département Martin (Szusz) d’études et d’archéologie de la Terre d’Israël à l’Université Bar-Ilan en Israël, supervisée par le professeur Boaz Zissu et le professeur Aren M. Maeir, de Bar- Ilan University, et le professeur Amos Frumkin, de l’Université hébraïque de Jérusalem.

    Les données analytiques ont d’abord été recueillies à partir d’échantillons de deux sources bien définies, l’Égypte et l’Israël moderne. Les sources égyptiennes comprenaient des échantillons de calcite-albâtre anciens et modernes. Les échantillons anciens ont été obtenus avec l’aimable autorisation du Kunsthistorisches Museum de Vienne, en Autriche. Ces restes de vaisseaux anciens ont été collectés par l’expédition archéologique autrichienne à Gizeh au XIXe siècle de notre ère. L’artefact égyptien moderne, fait d’albâtre de calcite d’origine géologique, a été acheté sur un marché du Caire, en Égypte, en 2013. L’albâtre de calcite d’Israël comprenait des matières premières de la carrière de la grotte de Te’omim, des copeaux (débitage minier) trouvés dans la grotte près de la carrière, et des copeaux et un bloc de pierre (matière première taillée dans un cube, mais pas encore utilisée pour fabriquer un récipient) d’Umm el-‘Umdan – un site archéologique près de la grotte de Te’omim. Des échantillons supplémentaires ont été prélevés dans un spéléothème de la grotte de Natuf située à Wadi en-Natuf dans l’ouest de la Samarie.

    Ensuite, grâce à une approche multidisciplinaire, les échantillons de calcite-albâtre d’Israël et d’Égypte ont été analysés avec l’aide du professeur Gil Goobes et du professeur Amnon Albeck, du département de chimie de l’Université Bar-Ilan en utilisant quatre méthodes analytiques, dont la plupart n’ont pas été utilisés auparavant, pour déterminer leur origine : analyse par plasma à couplage inductif (ICP), spectroscopie infrarouge (IR) de routine, 1Main 31Expériences de P- RMN à l’état solide (ssNMR) et analyse des rapports isotopiques stables C et O pour déterminer leur composition et leur structure cristalline.

    « Les quatre méthodes analytiques appliquées dans l’étude ont fourni des résultats cohérents, distinguant clairement pour la première fois l’albâtre calcite israélien de l’albâtre égyptien », a déclaré le professeur Albeck à propos des résultats.

    Les mêmes méthodes ont ensuite été appliquées à deux des baignoires royales d’Hérode le Grand, qui étaient faites d’albâtre calcite finement travaillé et trouvées dans la forteresse de Kypros et le palais d’Hérodium, situés juste au sud de Jérusalem. Les résultats ont indiqué sans équivoque que les baignoires étaient extraites en Israël et non en Égypte, la principale source de calcite-albâtre dans les périodes anciennes.

    « Le fait que les deux baignoires aient été extraites sans équivoque en Israël et non en Égypte, comme on aurait pu s’y attendre en raison de la haute qualité de la pierre, a été une surprise particulière car cela signifie qu’Hérode le Grand utilisait des produits locaux, et que la calcite- L’industrie de l’albâtre en Judée dans la seconde moitié du premier siècle av. J.-C. était suffisamment développée et d’une qualité suffisamment élevée pour répondre aux normes luxueuses d’Hérode, l’un des meilleurs constructeurs parmi les rois de cette période », a déclaré le professeur Aren Maeir.

    La source des artefacts de calcite-albâtre ne peut être déterminée par les méthodes archéologiques traditionnelles. De plus, l’analyse pétrographique, la principale méthode utilisée pour déterminer la source de calcite-albâtre d’Israël, montre une grande variabilité de texture, en fonction de son environnement de dépôt. Par conséquent, cette méthode n’a pas pu être utilisée pour identifier la source des baignoires.

    « L’approche multidisciplinaire adoptée dans cette étude fournit des informations concernant à la fois la composition et la structure cristalline de la calcite-albâtre et est importante pour comprendre et interpréter les découvertes archéologiques », a déclaré le chercheur Ayala Amir. « Combiner des méthodes analytiques avec des études archéologiques peut fournir des informations nouvelles et fascinantes qui ne pourraient pas être obtenues par des techniques archéologiques traditionnelles et nous permettre de déterminer l’origine d’autres artefacts de calcite-albâtre avec beaucoup plus de confiance », a-t-elle ajouté.

    Cette étude a été soutenue par des subventions de la Fondation des sciences d’Israël et du ministère israélien des Sciences et de la Technologie. Il s’agit d’une excroissance du projet de recherche « Ancient Quarry of Calcite Cave Deposit (‘Bahat’) in the Jerusalem Hills: Archaeological and Environmental Significances » financé par la Fondation des sciences d’Israël et dirigé par le professeur Boaz Zissu, de l’Université Bar-Ilan, et le professeur Amos Frumkin, de l’Université hébraïque de Jérusalem.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.