Tous les chemins mènent aux grandes villes


  • FrançaisFrançais



  • L’expression « Tous les chemins mènent à Rome » résume en cinq mots l’importance des routes pour les grandes villes. Pourtant, quand on pense à ce qui a fait durer et grandir certaines villes et rétrécir et oublier d’autres, on pense souvent d’abord aux événements culturels et politiques, au climat, à la productivité des terres et à la géographie. En conséquence, la plupart des modèles scientifiques actuels de développement des villes traitent les routes comme des sous-produits ou des facteurs exogènes et ils ont besoin d’une grande quantité de données socio-économiques pour pouvoir reproduire l’agencement des villes.

    Dans un article publié dans Rapports scientifiques, Takaaki Aoki de l’Université de Kagawa, Naoya Fujiwara de l’Université de Tohoku, Toshiyuki Nakagaki de l’Université d’Hokkaido et Mark Fricker de l’Université d’Oxford ont découvert que tout ce dont ils avaient besoin pour expliquer la répartition des villes en Italie était, premièrement, un petit ensemble d’équations mathématiques qui expliquent comment la population de les lieux et les liens entre eux interagissent ; et deuxièmement, une carte contenant le relief du paysage considéré. Ils ont souligné: « Le paysage à lui seul ne suffit pas à expliquer la répartition de la population comme une forme de déterminisme géographique, mais nécessite la rétroaction dynamique interdépendante entre la population et le réseau de transport émergeant en parallèle. »

    Le modèle informatique construit par Aoki et ses collègues est basé sur une grille de cellules qui ont chacune un terrain et une pente ainsi que des populations. À chaque tour du modèle, l’ordinateur évalue la façon dont les réseaux routiers entre chaque point de la carte et tous les autres points augmentent ou diminuent en fonction de la popularité des points d’extrémité ; et vice versa, comment les populations de chaque cellule changent en raison de sa bonne connexion à toutes les autres cellules. Le paysage entre dans le calcul via les réseaux routiers à travers différents types de terrains plus ou moins attractifs. Alors que ces conditions produisent déjà à elles seules des résultats assez similaires à la distribution réelle des villes, les chercheurs pourraient encore augmenter la précision en incluant « l’histoire » dans leur modèle, en commençant leur simulation avec la distribution de la population comme à l’époque romaine antique et en augmentant la longueur des trajets typiques au fil du temps.

    Cependant, le modèle développé par les chercheurs ne permet en aucun cas de restituer de manière totalement précise la répartition des villes modernes, certaines villes étant plus grandes ou plus petites dans le modèle que dans la réalité et leurs localisations ne correspondant pas toujours parfaitement. Les chercheurs admettent qu’il existe de nombreux détails importants, tels que des caractéristiques du paysage à petite échelle ou des événements historiques, qui augmenteraient considérablement la précision de leur modèle. Mais ils soutiennent qu’il « fournit toujours un outil de référence de base pour prédire la répartition attendue de la population lorsqu’il est limité uniquement par la topographie ». Ceci est d’autant plus remarquable que dans de nombreux modèles alternatifs, le relief du paysage naturel n’est même pas explicitement pris en compte.

    Les chercheurs soutiennent qu’en utilisant leur modèle comme un « modèle nul sophistiqué », les travaux futurs pourraient quantifier l’importance des facteurs socio-économiques, environnementaux et autres qui sont responsables des écarts par rapport aux données du monde réel. Ainsi, ils espèrent être les pionniers « d’une nouvelle direction pour déconstruire les phénomènes complexes de la civilisation humaine impliquant de nombreux facteurs naturels et sociaux ».

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par Université d’Hokkaidō. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.