Les cétacés primitifs se nourrissaient-ils comme les reptiles marins ? —


  • FrançaisFrançais



  • Les premiers ancêtres des baleines ont-ils repris là où les mosasaures s’étaient arrêtés il y a 66 millions d’années, après l’extinction de tous les grands reptiles marins prédateurs ? Une étude menée par Rebecca Bennion, doctorante à l’EDDyLab de l’Université de Liège (Belgique), s’est penchée sur les possibles convergences de morphologie et de comportement qui peuvent exister entre ces deux groupes de grands prédateurs marins. Cette recherche a été publiée dans la revue Paléobiologie.

    Beaucoup d’entre nous connaissent les baleines et les dauphins modernes. Cependant, les ancêtres disparus de ces mammifères marins modernes ressemblent étrangement à des formes antérieures de vie marine, notamment les mosasaures, un groupe complètement éteint étroitement lié aux serpents et aux lézards. « Des similitudes superficielles ont été notées depuis longtemps, mais l’idée que ces deux groupes pourraient être fonctionnellement similaires n’a jamais été rigoureusement testée », explique Rebecca Bennion, doctorante à l’EDDyLab de l’ULiège et première auteure de l’étude.

    La recherche, qui vient d’être publiée dans la revue Paléobiologie et a été réalisée par une équipe internationale de scientifiques basés en Europe, aux États-Unis et en Nouvelle-Zélande, a étudié le potentiel d’évolution convergente de la morphologie du crâne entre les cétacés ancestraux et les mosasaures. Pour ce faire, une gamme de caractéristiques fonctionnelles et biomécaniques ont été enregistrées à partir de scans tridimensionnels (3D) haute résolution de crânes des deux groupes. « Notre laboratoire a constitué une vaste bibliothèque de scans 3D de fossiles, nous permettant d’explorer en détail les questions sur l’évolution à grande échelle », explique le Pr Valentin Fischer, paléontologue et directeur du Laboratoire EDDy à l’ULiège.

    Alors que les cétacés et les mosasaures avaient initialement des caractéristiques écologiques assez différentes, cette étude a révélé que plusieurs espèces avaient néanmoins acquis une morphologie assez similaire et montraient ainsi une convergence évolutive. « Cette convergence entre les premiers cétacés et les mosasaures nous en dit plus sur les caractéristiques physiques nécessaires pour que les grands prédateurs marins évoluent de manière optimale », explique le Dr Jamie MacLaren, chercheur à l’EDDyLab, « De nombreux membres de ces groupes deviennent très similaires dans leurs caractéristiques écologiques, suggérant des pressions sélectives similaires. sur ces animaux bien qu’ils soient séparés par des dizaines de millions d’années. Néanmoins, des différences importantes subsistent entre les deux groupes malgré ces exemples de convergence. « Nos résultats montrent ce qu’on appelle une ‘convergence incomplète’, des différences restant dues à l’origine mammifère ou reptilienne. de chaque groupe », poursuit Rebecca Bennion.

    Les cétacés modernes sont en effet un groupe qui reste scientifiquement très intéressant à étudier, il reste à voir à quel point leur morphologie et leur écologie sont diversifiées par rapport aux autres animaux marins fossiles. Cette recherche n’est que la pointe de l’iceberg; des recherches plus approfondies sur la convergence des animaux marins à travers les archives fossiles nous aideront à comprendre les contraintes que l’évolution impose aux organismes aquatiques et comment ils les surmontent.

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par Université de Liège. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.