Il y a maintenant suffisamment de fossiles pour créer une reconstruction squelettique presque parfaite de cette créature inhabituelle ressemblant à un dragon


  • FrançaisFrançais



  • Les chercheurs ont parcouru des fossiles presque parfaits du premier reptile planeur au monde avec un peigne à dents fines et des facettes démêlées jusqu’alors inconnues pour découvrir qu’il s’agissait d’un changement dans la canopée des arbres qui a probablement facilité un tel vol chez ces créatures.

    Depuis les premiers fossiles de Coelurosauravus elivensis ont été découverts en 1907, il y a eu un débat animé sur la façon dont l’animal a réellement vécu à la fin du Permien – il y a entre 260 et 252 millions d’années – et sur la façon dont ses parties uniques du corps s’emboîtent.

    En rassemblant suffisamment de fossiles pour créer une reconstruction squelettique presque parfaite, de nouvelles recherches fournissent de nouvelles informations sur la morphologie et les habitudes du tétrapode. et établit de manière cruciale comment il est devenu le premier reptile connu à planer.

    La réponse à cette dernière question découle de la canopée de la forêt dans laquelle vivait cette créature inhabituelle – suggèrent des experts du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris (ou Muséum national d’Histoire naturelle) et du Staatliches Museum für Naturkunde Karlsruhe , en Allemagne.

    Expliquer leurs conclusions, aujourd’hui, dans le rapport évalué par des pairs Journal de paléontologie des vertébrésauteur principal Valentin Buffa, du Centre de Recherche en Paléontologie – Paris au Muséum français d’histoire naturelle, déclare : « Les forêts de Pennsylvanie, bien que taxonomiquement et verticalement hétérogènes, avaient des strates de canopée plutôt ouvertes avec des taxons arborescents séparés dans l’espace, ce qui entraîne un faible chevauchement de la cime En revanche, les forêts cisulaires montrent des preuves de communautés plus denses suggérant des strates de canopée plus continues. Un tel changement dans la structure forestière pourrait expliquer pourquoi aucun planeur n’a été signalé avant les weigeltisauridés, bien que plusieurs amniotes arboricoles ou scansoriaux aient été décrits dans les dépôts pennsylvaniens et cisulaires.

    « Ces dragons n’ont pas été forgés dans le feu mythologique – ils avaient simplement besoin de se déplacer d’un endroit à l’autre. Il s’est avéré que le vol à voile était le mode de transport le plus efficace et ici, dans cette nouvelle étude, nous voyons comment leur morphologie a permis cela. . »

    L’équipe a examiné trois fossiles connus de C. elivensis, ainsi qu’un certain nombre de spécimens apparentés – tous appartenant à la famille des Weigeltisauridae. Leurs recherches se sont concentrées sur la partie post-crânienne – le corps, y compris le torse, les membres et le remarquable appareil de glisse, connu sous le nom de patagium. Ce dernier est le lambeau membraneux couvrant les membres antérieurs et postérieurs, également présent chez des animaux vivants tels que les écureuils volants, les planeurs à sucre et les colugos.

    L’analyse précédente du reptile avait supposé que son patagium était soutenu par des os qui s’étendaient des côtes, comme ils le font dans le monde moderne. Draco espèce d’Asie du Sud-Est – qui, à ce jour, étonne les observateurs avec ses vols planés entre les arbres de la forêt tropicale qu’elle habite.

    Cependant, ce nouvel examen approfondi suggère que le patagium de C. elivensis soit s’étendait des gastralia – un arrangement d’os dans la peau qui recouvre le ventre de certains reptiles, y compris les crocodiliens et les dinosaures – soit de la musculature du tronc. Cela signifierait que l’appareil de glisse était assis plus bas sur l’abdomen que chez les lézards planeurs modernes.

    En combinant cette découverte avec d’autres dérivées de la structure osseuse observée dans les fossiles, les chercheurs ont proposé une vision plus raffinée de la façon dont cette créature agile se déplaçait dans son habitat arboricole.

    « Les griffes acérées et incurvées et la forme du corps comprimée soutiennent l’idée qui était parfaitement adaptée au déplacement vertical vers le haut des troncs d’arbres. La similitude de longueur des membres antérieurs et des membres postérieurs indique en outre qu’il s’agissait d’un grimpeur expert – leur longueur proportionnelle l’aidait à rester proche. à la surface de l’arbre, l’empêchant de tanguer et de perdre son équilibre. Son corps long et maigre et sa queue en forme de fouet, également observés chez les reptiles arboricoles contemporains, renforcent encore cette interprétation », ajoute Valentin Buffa.

    Et quant à sa ressemblance avec Draco?

    « C. elivensis a une ressemblance frappante avec le genre contemporain Draco », dit Valentin Buffa. « Bien que ses habitudes soient probablement similaires à celles de son homologue moderne, nous voyons cependant des différences subtiles.

    « Comme Draco lézards, Coelurosauravus a pu saisir son patagium avec ses griffes avant, le stabiliser pendant le vol, et même l’ajuster, permettant une plus grande maniabilité. Une articulation supplémentaire dans un doigt, cependant, peut avoir amélioré cette capacité. Cela a peut-être été une compensation nécessaire pour le positionnement inférieur du patagium, qui l’a probablement rendu plus instable. »

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.