Les données des fossiles et des carcasses modernes indiquent une voie simple pour préserver la peau des dinosaures


  • FrançaisFrançais



  • Un processus de dessiccation et de déflation explique pourquoi les « momies » de dinosaures ne sont pas aussi exceptionnelles qu’on pourrait s’y attendre, selon une étude publiée le 12 octobre 2022 dans la revue en libre accès PLOS ONE par Stephanie Drumheller de l’Université du Tennessee-Knoxville et ses collègues.

    Le terme « momie » est souvent utilisé pour décrire les fossiles de dinosaures à peau fossilisée, qui sont relativement rares. Il est généralement suggéré que de tels fossiles ne se forment que dans des circonstances exceptionnelles et qu’une carcasse doit être protégée du nettoyage et de la décomposition par un enfouissement rapide et / ou une dessiccation pour que la peau se fossilise. Dans cette étude, Drumheller et ses collègues combinent des preuves fossiles avec des observations sur des carcasses d’animaux modernes pour proposer une nouvelle explication de la façon dont de telles « momies » pourraient se former.

    Les chercheurs ont examiné un fossile d’un dinosaure appelé Edmontosaurus du Dakota du Nord qui conserve de grandes plaques de peau desséchée et apparemment dégonflée sur les membres et la queue. Ils ont identifié des marques de morsures de carnivores sur la peau du dinosaure. Ce sont les premiers exemples de dommages non cicatrisés par des carnivores sur la peau d’un dinosaure fossile, et de plus, c’est la preuve que la carcasse de dinosaure n’était pas protégée des charognards, mais qu’elle est néanmoins devenue une momie.

    Les carcasses d’animaux modernes sont connues pour être souvent vidées car les charognards et les décomposeurs ciblent les tissus internes, laissant derrière eux la peau et les os. Les auteurs proposent que des dommages à la peau de ce dinosaure dus à ce nettoyage incomplet auraient exposé ses entrailles et permis à un processus similaire de se produire, après quoi la peau et les os se sont lentement desséchés et enterrés.

    Ce processus, que les auteurs appellent « dessiccation et déflation », est courant avec les carcasses modernes et explique comment les momies de dinosaures pourraient se former dans des circonstances relativement ordinaires. Les auteurs soulignent qu’il existe probablement de nombreuses voies par lesquelles une momie de dinosaure pourrait se développer. La compréhension de ces mécanismes guidera la manière dont les paléontologues collectent et interprètent ces fossiles rares et informatifs.

    Clint Boyd, paléontologue principal au North Dakota Geological Survey, ajoute : « Non seulement Dakota nous a appris que des tissus mous durables comme la peau peuvent être préservés sur des carcasses partiellement récupérées, mais ces tissus mous peuvent également fournir une source unique d’informations sur les autres des animaux qui ont interagi avec une carcasse après la mort. »

    Source de l’histoire :

    Matériel fourni par PLO. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *