Le charbon de bois et le bétail sont en corrélation avec les extinctions de la mégafaune de Madagascar


  • FrançaisFrançais



  • La disparition du dodo incarne le bilan de l’humanité en tant que force destructrice de la vie insulaire délicate. De même, sur l’île de Madagascar, des lémuriens de la taille d’un gorille, des oiseaux éléphants de 3 mètres de haut et des hippopotames pygmées ont suivi le chemin du dodo après l’arrivée des humains au cours des derniers millénaires.

    Mais les facteurs à l’origine de la disparition de ces animaux ne sont pas aussi connus que dans le cas du dodo, et il y a un débat intense sur les causes de l’extinction de la mégafaune dans le monde entier.

    Maintenant, une nouvelle étude dans Rapports scientifiques suggère que, bien que les humains aient joué un rôle dans l’extinction de ces créatures, la chasse à elle seule n’en était pas la cause principale. Alors que des études antérieures ont signalé la boucherie d’animaux endémiques il y a au moins 2 000 ans, la présente étude corrèle la disparition de la mégafaune endémique il y a environ 1 000 ans avec une forte augmentation des espèces introduites et un changement de paysage induit par l’homme.

    Pour comprendre la disparition des grands animaux de Madagascar, Hixon et al. a fouillé trois étangs côtiers et une grotte au sud-ouest de l’île et daté au radiocarbone les restes de mégafaune éteinte, d’animaux introduits et d’autres signes d’activité humaine.

    Les chercheurs ont découvert que la mégafaune de Madagascar avait subi plusieurs périodes sèches au cours des 6 000 dernières années, se déplaçant au besoin lorsque les ressources en eau locales étaient rares. Des signes d’activité humaine, y compris des os et des coquilles modifiés, ont commencé à apparaître au cours des 2 000 dernières années.

    Cependant, il y a environ 1 000 ans, les chercheurs ont identifié une augmentation drastique du charbon de bois et des os d’espèces domestiquées, telles que les zébus et les chiens. Le moment de ces changements d’origine humaine correspond à la disparition de la mégafaune.

    « Nos résultats suggèrent que l’occupation et l’altération de l’espace, par le brûlage des forêts pour les espèces de pâturage introduites, ont entraîné l’extinction des grands animaux sur l’île, plutôt que la simple présence de chasseurs », explique Sean Hixon, auteur principal de l’article.

    Ces dernières années, le débat sur les causes des extinctions de la mégafaune s’est largement concentré sur le changement climatique passé et la chasse excessive par les arrivées humaines récentes. La nouvelle étude suggère que si ces deux facteurs ont pu être des facteurs de stress à Madagascar, ils n’étaient pas la cause ultime des extinctions de la mégafaune.

    L’article souligne que la chasse n’est pas le seul moyen, ni peut-être même le principal, par lequel les humains ont un impact sur d’autres espèces. Afin de protéger la biodiversité, il est également important de considérer comment les activités humaines affectent les habitats et la mobilité des animaux.

    Les chercheurs espèrent que de futures études exploreront les dépôts paléontologiques et archéologiques dans d’autres régions de l’île pour mieux comprendre quand les humains sont arrivés à Madagascar et comment ils ont interagi avec leur environnement.

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par Institut Max Planck de géoanthropologie. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *