L’ADN des vestiges archéologiques montre que l’immigration vers la Scandinavie était exceptionnelle à l’époque viking


  • FrançaisFrançais



  • Une nouvelle étude basée sur 297 anciens génomes scandinaves analysés avec les données génomiques de 16 638 Scandinaves actuels résout les relations complexes entre la géographie, l’ascendance et le flux génétique en Scandinavie – englobant l’ère romaine, l’ère viking et les périodes ultérieures. Une augmentation surprenante de la variation au cours de la période viking indique que le flux de gènes vers la Scandinavie a été particulièrement intense au cours de cette période.

    Une étude internationale coordonnée depuis Stockholm et Reykjavik étudie le développement du pool génétique scandinave au cours des 2000 dernières années. Dans cet effort, les scientifiques se sont appuyés sur des génomes historiques et préhistoriques et sur du matériel excavé en Scandinavie. Ces génomes anciens ont été comparés aux données génomiques de 16 638 Scandinaves contemporains. Comme l’origine géographique et les datations étaient connues pour tous ces individus, il a été possible de résoudre le développement du pool génétique à un niveau jamais atteint auparavant.

    Le Dr Ricardo Rodríguez Varela du Centre de paléogénétique*, qui a analysé toutes les données et extrait une partie de l’ADN ancien utilisé dans l’étude, explique : « Avec ce niveau de résolution, nous confirmons non seulement la migration de l’ère viking. Nous sommes également en mesure de tracez-le à la région de la Baltique orientale, les îles britanniques-irlandaises et le sud de l »Europe. Mais toutes les régions de la Scandinavie n »ont pas reçu les mêmes quantités de flux génétiques de ces régions. Par exemple, alors que l »ascendance britannique-irlandaise s »est répandue en Scandinavie, la partie orientale de la Baltique l’ascendance a principalement atteint Gotland et le centre de la Suède. »

    Le pool génétique a rebondi après la période viking

    Une autre nouvelle découverte dans cette étude était ce qui est arrivé au pool génétique après la période viking. Les scientifiques ont été surpris de constater qu’il a rebondi dans la direction de ce à quoi il ressemblait avant la migration de la période viking.

    Le professeur Anders Götherström du Centre de paléogénétique, qui est un scientifique principal de l’étude, est intrigué : « Il est intéressant de noter que l’ascendance non locale culmine pendant la période viking tout en étant plus faible avant et après. La baisse des niveaux actuels d’ascendance externe suggère que les migrants de la période viking ont eu moins d’enfants, ou d’une manière ou d’une autre ont contribué proportionnellement moins au patrimoine génétique que les personnes qui étaient déjà en Scandinavie. »

    Pourtant, une nouvelle découverte a été l’histoire du pool génétique du nord de la Scandinavie. Il existe une composante génétique dans le nord de la Scandinavie qui est rare en Europe centrale et occidentale, et les scientifiques ont pu suivre cette composante dans le nord de la Scandinavie au cours des 1000 dernières années.

    Le Dr Ricardo Rodríguez Varela commente : « Nous soupçonnions qu’il y avait une chronologie dans le pool génétique du nord de la Scandinavie, et cela a effectivement prouvé qu’un afflux plus récent d’ascendance ouralienne en Scandinavie définit une grande partie du pool génétique du nord. Mais s’il est récent, c’est relativement le cas. Par exemple, nous savons que cette ascendance ouralienne était présente dans le nord de la Scandinavie dès la fin de la période viking.

    Basé sur des sites archéologiques suédois bien connus

    L’étude est basée sur un certain nombre de sites archéologiques suédois bien connus. Par exemple, il existe des génomes du 17e navire de guerre du siècle Kronan, des enterrements de bateaux de la période Viking et Vendel dans la vallée du lac Mälaren, et de la période de migration de la forteresse de l’anneau Sandby borg sur Öland.

    Anders Götherström conclut : « Nous travaillions sur un certain nombre d’études plus petites sur différents sites archéologiques. Et à un moment donné, il était logique de les combiner dans une étude plus large sur le développement du pool génétique scandinave.

    L’étude, publiée aujourd’hui dans Celluleest un effort international avec plusieurs collaborateurs, mais il a été dirigé par le Dr Ricardo Rodríguez Varela et le professeur Anders Götherstörm à l’Université de Stockholm, et le professeur Agnar Helgason et Kristján Moore à deCODE à Reykavijk.

    *Le Centre de paléogénétique (CPG) est une coentreprise entre l’Université de Stockholm et le Musée suédois d’histoire naturelle.

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par Université de Stockholm. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *