Découvertes des ancêtres du Hobbit connus comme l’Homme de Florès

Nous avons finalement découvert les ancêtres des mystérieux Hommes de Florès qu’on a surnommé comme le Hobbit. De nouveaux fossiles nous éclairent sur l’évolution sur ces petits homininis.


On a découvert des fossiles appartenant aux ancêtres de l'Homme de Florès alias le Hobbit, mais on ignore encore l'origine de ces premiers humains sur l'île de Florès.

Le mesurait 1 mètre et le seul crâne qu’on a trouvé n’était pas plus grand que celui d’un chimpanzé. Sur le site où on a découvert les Hobbits, un abri sous la roche appelé Liang Bua, cette espèce a vécu de 190 000 à 50 000 ans auparavant. Mais leur origine reste un mystère.

La première idée est que l’Homme de Florès a évolué à partir d’une espèce primitive d’hominini tel que l’Homo Habilis ou encore les australopithèques dont les fossiles sont uniquement présents en Afrique. La seconde possibilité est qu’un groupe d’humains plus grands, l’Homo Erectus, a atteint l’île de Florès il y a 1 million d’années et ils ont rétréci à cause du manque de prédateurs et de ressources et c’est un processus qu’on connait comme l’évolution insulaire.

Mais la troisième option, promue par un petit groupe de chercheurs, est que le Hobbit est un nouveau petit membre de notre espèce et le petit crâne est le résultat d’une maladie. Les nouveaux fossiles qui ont découverts, 6 dents, un fragment de mâchoire et un petit crâne, ne résolvent pas le problème. Mais Yousuke Kaifu du National Museum of Nature and Science à Tokyo et ses collègues estiment que la théorie de l’Homo Erectus est très plausible (Papier complet via Sci-Hub).

Les fossiles, datant de 700 000 ans, ont été trouvés au site Mata Menge dans le So’a Basin sur Florès. À cette époque, cette région ressemblait à la savane africaine. Et les similarités avec les Hobbits sont impressionnantes selon Kaifu. En particulier, la mâchoire dont les chercheurs pensent qu’elle appartenait à un adulte et la dent de sagesse, complètement développée, est aussi minuscule que celle des Hobbits.

Si ces fossiles appartiennent à d’anciens membres de la petite lignée des Hobbits, alors Florès semble avoir été leur maison pendant des centaines de milliers d’années. Cela signifie que le Hobbit possède une histoire de l’évolution beaucoup plus profonde qu’on le pensait auparavant selon Bernard Wood de l’université de George Washington.

Les outils qu’on a trouvés à côté des nouveaux ossements sont aussi très similaires à ceux qu’on a trouvés dans la première cache des Hobbits à Liang Bua. Cela suggère que ces Homininis se sont comportés de manière similaire pendant des milliers d’années même s’il y a quelques différences selon Adam Brumm de la Griffith University en Australie. En particulier, les Hobbits de Liang Bua utilisaient des outils pour abattre des animaux, mais on n’a pas trouvé une pratique de boucherie similaire dans le So’a Basin. Peut-être que ces Hobbits vivaient principalement des plantes et qu’ils utilisaient les outils en pierre pour créer des bâtons fouisseurs pour déterrer les tubercules souterrains.

On a découvert des fossiles appartenant aux ancêtres de l'Homme de Florès alias le Hobbit, mais on ignore encore l'origine de ces premiers humains sur l'île de Florès.

Mais quelle est l’origine des Hobbits ? L’équipe de Kaifu estime que la nouvelle mâchoire possède la caractéristique fine et verticale de l’Homo Erectus opposé à la forme épaisse et légèrement courbe des mâchoires de l’Homo Habilis. Les preuves pointent définitivement vers une parenté vers l’Homo Erectus d’origine javanaise selon Gerrit Van den Bergh, membre de l’équipe à l’université de Wollongong en Australie. De plus, on n’a aucune preuve que l’Homo Habilis n?ait jamais quitté l’Afrique.

Mais tout le monde n’est pas convaincu. En supposant que les Homininis de So’a avaient déjà la taille des Hobbits il y a 70 000 ans et que l’Homo Erectus ne soit pas arrivé sur l’île jusqu’à une période datant de 1,2 million d’années, les Homininis ont raccourci de 70 centimètres et le volume de leur cerveau a diminué de moitié en l’espace de 100 000 ans. On n’a aucun fossile qui prouve une évolution aussi drastique. Il n’y a aucune séquence dans les fossiles qui démontrent une réduction de l’organisme provenant d’un ancêtre Homo Erectus selon Peter Brown de l’université de New England en Australie qui avait mené les premières recherches à Liang Bua.

Mais une réduction aussi dramatique et rapide du corps et du cerveau aurait pu se produire en principe selon Stephen Montgomery de l’université de Cambridge qui a étudié l’évolution insulaire chez d’autres primates. Et des preuves dans les fossiles d’hippopotames montrent que des réductions considérables dans la taille du cerveau sont possibles chez les mammifères.

Un autre argument contre l’évolution insulaire de l’Homo Erectus est que les autres parties du squelette du Hobbit sont remarquablement similaires à l’Homo Habilis. Dans un commentaire sur les nouveaux papiers, Aida Gomez-Robles de l’université George Washington suppose que quelques individus Homo Erectus, qui ont atteint Florès, avaient des squelettes inhabituellement primitifs à la base. Nous ne devons pas écarter la possibilité que les ancêtres directs de l’ n’étaient pas les représentants de leur espèce.

Mais d’autres sont plus sceptiques sur ces découvertes. Robert Martin du Field Museum à Chicago pense qu’on a besoin de découvrir un second crâne avant d’accepter la possibilité que le Hobbit était une espèce distincte. Comme on le voit, l’Homme de Florès et ses ancêtres Hobbits sont encore entourés d’un voile épais de mystère avec de nombreuses possibilités. Je prédis qu’on va trouver d’autres fossiles d’hominini datant de 1 million d’années qui seront très petits et plus primitifs que l’Homo Erectus selon William Jungers de l’université Stony Brook à New York. Si c’est le cas, alors l’idée de l’Homo Erectus va s’effondrer et il faudra envisager la possibilité qu’une autre migration d’humains, encore inconnue, a quitté l’Afrique il y a 2 millions d’années.

 

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *