Une nouvelle espèce d'humain a peut-être partagé nos grottes et nos lits

Des ossements retrouvés dans le sud-ouest de la Chine pourraient appartenir à une nouvelle espèce d’humain. Si la découverte se confirme, alors cela pourrait bouleverser l’évolution humaine. Mais de nombreux chercheurs ont des doutes sur la découverte.


Une nouvelle espèce d'humain a peut-être partagé nos grottes et nos lits

Un feu illuminait l’arrière de la cave. Un groupe de personnes mangeait du chevreuil, du porc-épic et de la loutre. Ensuite, un homme a pris un os qui brulait dans le feu, l’a brisé en deux et il en a sucé la moelle. Il a ensuite peint minutieusement l’os brisé avec de l’argile rouge et il l’a enterré dans la grotte. Il a pratiqué ce rituel parce que l’os brisé appartenait à une autre espèce d’humain. Il a partagé ses forêts, ses grottes et même son lit avec cette nouvelle espèce.

Un fémur très étrange

C’est un scénario possible quand on voit les découvertes controversées provenant de 2 grottes dans le sud-ouest de la Chine. Si cela se confirme, alors cela bouleverserait la compréhension de l’espèce humaine dans son ensemble. Parmi les découvertes, on a une espèce d’humain primitif qui ressemble à l’Homo Habilis et l’Homo Erectus. Ces 2 espèces ont vécu il y a 2 millions d’années, mais les ossements dans cette grotte datent seulement de 14 000 ans selon Darren Curnoe de l’université de New South Wales à Sydney. Il dirige les équipes qui ont fait les découvertes. Cette découverte concernerait les plus récentes espèces d’humains qui se sont éteintes. Le travail préliminaire est déjà excellent, mais de nombreux scientifiques doutent de la découverte.

L’une des pièces les plus excitantes est un fémur hominien trouvé dans la grotte Muladong dans le sud-ouest de la Chine avec d’autres humains et des ossements d’animaux. On a prouvé que cet os a été brulé dans un feu qu’on utilisait pour cuire de la nourriture et il possède des marques correspondant à la boucherie pour la consommation. Il a aussi été brisé de sorte qu’on puisse accéder à sa moelle.

Et de manière inhabituelle, il a été peint avec de l’argile rouge appelée ocre qui est souvent associée aux rites d’enterrement. Même si on a trouvé beaucoup d’os qui ont été mangés dans la cave, seul l’os humain a été peint. Il est difficile de dire si l’os a été cannibalisé par l’Homo Sapiens dont on a aussi trouvé les restes dans la grotte selon Curnoe, mais toutes les preuves pointent vers cette conclusion.

Une nouvelle espèce d’humain proche des premiers Homo

Mais les choses sont devenues intéressantes lorsqu’on a tenté d’identifier l’os. Nos résultats montrent clairement que le fémur ressemble à celui des humains archaïques selon Curnoe. Mais le sédiment de l’os date juste de 14 000 ans. L’axe de l’os est très aigu et il a une couche externe mince, mais les plaques sont épaisses dans la couche supérieure. On a aussi une entaille où le muscle s’est joint à l’os et cette entaille est plus grande que celle des humains modernes (Voir la photo ci-dessous).

Un fémur qui pourrait appartenir à une nouvelle espèce d'humain

Ces caractéristiques suggèrent que cette espèce d’humain marchait différemment selon Curnoe. Et en se basant sur la taille de l’os, Curnoe estime que cet humain adulte a pesé aux environs de 50 kg et c’est bien inférieur aux hommes de l’ère glaciaire. Quand vous mettez toutes les preuves ensemble, alors vous avez affaire aux premiers membres de l’Homo selon Curnoe. Et si on peut confirmer la découverte, alors cela va révolutionner toute l’évolution humaine.

À part l’homme de Florès qui a été confiné dans une île indonésienne il y a 18 000 ans, les autres humains archaïques sont les Dénisoviens et les Neandertal. Ces derniers se sont éteints après que les Homo Sapiens ont marché sur leurs terres il y a 40 000 ans. C’est un vrai casse-tête selon Curnoe. Son jeune âge montre que cet humain primitif a pu partager les terres avec les humains modernes pendant le développement de l’agriculture chinoise. Mais certains ont des doutes sur ces humains archaïques.

Ce n’est pas un ancien humain selon Erik Trinkaus de la Washington University à St Louis. Trinkaus estime que la différence de l’os s’explique par une variation naturelle dans une population et non une nouvelle espèce. Henry McHenry de l’université de Californie est plus ambivalent. Le fémur semble très étrange, mais il a des similarités avec les anciens humains.

La seconde grotte

De meilleures preuves pourraient sortir de la grotte Loglin qui est situé à quelques centaines de kilomètres. On a découvert un autre tas d’os incluant un crâne complet dans les années 1979. Curnoe et Ji Xueping du Yunnan Institute of Cultural Relics and Archaeology en Chine ont réanalysé ces os en 2012.

Curnoe et ses collègues ont analysé les os faciaux et ceux du crâne et ils estiment qu’ils appartiennent à un hybride composé de notre espèce et d’une autre qui est plus ancienne. Cette dernière pourrait être la créature avec le fémur qui a été peint. Ces os de la seconde grotte datent de 10 500 ans. D’autres ossements, trouvés dans la grotte Maludong, ont été taillés et possèdent des trous sur la partie supérieure. Cela suggère qu’ils ont été utilisés comme un récipient pour transporter et boire du liquide.

Pour Curnoe et ses collègues, ces indices montrent que l’Homo Sapiens a couché avec un humain archaïque, qu’il a pratiqué du cannibalisme sur lui et qu’il a utilisé les os provenant de la descendance comme des ustensiles. Mais pour être sûr, il faut de l’ADN, mais pour le moment, les chercheurs n’ont encore rien trouvé dans ce domaine. Les os brulés et le climat tropical ont dégradé l’ADN, mais les chercheurs continuent toujours en espérant utiliser de nouvelles technologies. Si on suppose que c’est une nouvelle espèce d’humaine, alors est-ce qu’il s’agit d’un Dénisovien dont la seule trace qu’on ait est un doigt et une dent trouvés dans une cave en Sibérie ? Ou est-ce vraiment une nouvelle espèce d’humain qui a existé en Asie à cette époque ? Et cela signifie que nous avons les gènes de cette nouvelle espèce d’humain. Cela changera radicalement le concept même d’humains. On sait que l’homme moderne s’est accouplé avec les Neandertal et les Denisoviens, on ne peut plus se considérer comme une lignée unique qui a émergé en Afrique.

Nous avons des notions précises de notre évolution. Nous pensions que nous avions évolué dans notre coin en Afrique et que nous avions remplacé toutes les autres espèces parce que nous croyions être supérieurs. Et que nous les avons remplacés sans aucune interaction biologique selon Curnoe. Mais les découvertes récentes sur l’hybridation ont détruit totalement cette théorie.

Source : Revue PLOS One

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne : 3,00 sur 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *