dimanche , 22 octobre 2017

Les premiers humains ont créé des réseaux d’accouplement pour éviter la consanguinité

Les premiers humains semblent avoir reconnu les dangers de la consanguinité il y a au moins 34 000 ans et ils ont développé des réseaux sociaux d’accouplement étonnamment sophistiqués pour l’éviter selon de nouvelles recherches.


Les premiers humains ont créé des réseaux d’accouplement pour éviter la consanguinité
Les restes d'un humain moderne dans une tombe à Sunghir en Russie - Crédit : Wikimédia Commons
L‘étude, publiée dans la revue Science, a examiné l’information génétique à partir des restes d’êtres humains anatomiquement modernes qui ont vécu pendant le paléolithique supérieur qui est une période où les humains modernes d’Afrique ont d’abord colonisé l’Eurasie occidentale. Les résultats suggèrent que les gens cherchaient délibérément des partenaires au-delà de leur famille immédiate et qu’ils étaient probablement connectés à un réseau plus large de groupes à l’intérieur desquels les partenaires ont été choisis afin d’éviter de devenir consanguins.

Cela suggère que nos ancêtres éloignés ont probablement été conscients des dangers de la consanguinité et ils l’ont évité à un stade étonnamment précoce de la préhistoire. Le symbolisme, la complexité et le temps investi dans les objets et les bijoux trouvés enterrés avec les restes suggèrent également qu’il est possible qu’ils aient élaboré des règles, des cérémonies et des rituels pour accompagner l’échange de partenaires entre les groupes ce pourrait être le précurseur des cérémonies des mariages modernes. Ces rites et ces cérémonies seraient similaires à ce qu’on peut observer chez des communautés de chasseurs-cueilleurs dans certaines parties du monde à notre époque.

Les auteurs de l’étude indiquent également que le développement précoce de systèmes d’accouplement plus complexes peut expliquer partiellement pourquoi les humains anatomiquement modernes se sont avérés efficaces alors que d’autres espèces, comme les Néandertals, ne l’ont pas fait. Cependant, des informations génomiques plus anciennes des premiers humains et des Néandertals sont nécessaires pour tester cette idée.

La recherche a été réalisée par une équipe internationale d’universitaires, dirigée par l’Université de Cambridge au Royaume-Uni et l’Université de Copenhague au Danemark. Ils ont séquencé les génomes de 4 individus de Sunghir qui est un célèbre site du Paléolithique supérieur en Russie qui aurait été habité il y a environ 34 000 ans.

Les fossiles humains enterrés à Sunghir représentent une source d’information rare et très précieuse, car pour les découvertes de cette période, les personnes enterrées là-bas semblent avoir vécu en même temps et elles ont été enterrées ensemble. Mais à la surprise des chercheurs, ces personnes n’étaient pas étroitement liées en termes génétiques et dans le meilleur des cas, ils étaient des cousins au deuxième degré. Cela reste valable même dans le cas de 2 enfants qui ont été enterrés tête-à-tête dans la même tombe.

Le professeur Eske Willerslev à Cambridge, mais également de l’Université de Copenhague, a été l’auteur principal de l’étude. Cela signifie que même les personnes du paléolithique supérieur, qui vivaient dans des groupes minuscules, ont compris l’importance d’éviter la consanguinité selon le chercheur. Les données suggèrent que cette consanguinité a été évitée de manière délibérée.

Cela signifie qu’ils ont dû développer un système pour éviter la consanguinité. Si de petits groupes de chasseurs-cueilleurs s’accouplent au hasard, alors nous verrions des signes de consanguinité beaucoup plus importants que ceux que nous avons ici. Les premiers humains et autres homininiens tels que les Néandertals semblent avoir vécu dans de petites unités familiales. La petite taille de la population augmente les risques de la consanguinité, mais chez les humains modernes, cette caractéristique a disparu rapidement, mais on ignore comment ils avaient fait.

Les petits groupes familiaux sont susceptibles de s’être connecté avec de plus grands réseaux ce qui facilite l’échange de personnes entre les groupes afin de maintenir la diversité selon le professeur Martin Sikora du Centre GeoGenetics à l’Université de Copenhague. Sunghir contient les sépultures d’un mâle adulte et de 2 individus plus jeunes accompagnés de restes incomplets symboliquement modifiés d’un autre adulte ainsi que d’un éventail spectaculaire d’ornements et d’accessoires pour la tombe. Les chercheurs ont pu séquencer les génomes complets des 4 personnes qui vivaient probablement sur le site en même temps. Ces données ont été comparées à des informations provenant d’un grand nombre de génomes humains modernes et anciens.

Ils ont constaté que les 4 personnes étudiées n’étaient génétiquement pas plus proche que les cousins secondaires alors qu’un fémur adulte rempli d’ocre rouge, découvert dans la tombe des enfants, aurait appartenu à un individu qui n’était pas plus proche que le trisaïeul des garçons. Cela va à l’encontre de nos hypothèses précédentes selon Willerslev. Je pense que de nombreux chercheurs ont supposé que les gens de Sunghir étaient étroitement liés, notamment les 2 jeunes de la même tombe.

Les gens de Sunghir ont peut-être fait partie d’un réseau similaire à celui des chasseurs-cueilleurs modernes comme les Australiens autochtones et certaines sociétés américaines natives. À l’instar de leurs ancêtres paléolithiques supérieurs, ces individus vivent dans des groupes assez petits d’environ 25 personnes, mais elles sont aussi directement liées à une plus grande communauté de peut-être 200 personnes au sein desquelles on a des règles pour lesquelles les individus peuvent former des couples.

La plupart des sociétés de primates non humains sont organisées autour de parents célibataires où l’un des sexes reste résident et l’autre migre vers un autre groupe ce qui réduit la consanguinité selon le professeur Marta Mirazón Lahr du Centre Leverhulme pour les études évolutives humaines à l’Université de Cambridge. À un moment donné, les premières sociétés humaines ont changé leur système d’accouplement en un seul dans lequel un grand nombre d’individus, qui forment de petites unités de chasseurs-cueilleurs, ne sont pas parents. Les résultats de Sunghir montrent que les groupes humains du Paléolithique supérieur pouvaient utiliser des systèmes culturels sophistiqués pour soutenir des petits groupes en les intégrant dans un large réseau social d’autres groupes.

En comparaison, le séquençage génomique d’un individu de Néandertal des montagnes de l’Altaï, qui a vécu il y a environ 50 000 ans, indique que la consanguinité n’a pas été évitée dans son cas. Cela conduit les chercheurs à spéculer qu’une approche précoce et systématique pour prévenir la consanguinité peut avoir aidé les humains anatomiquement modernes à prospérer par rapport aux autres hominiens.

Mais les chercheurs recommandent d’être prudents avec ces conclusions : Nous ne savons pas pourquoi les groupes Néandertal d’Altai étaient consanguins selon Sikora. Peut-être qu’ils étaient isolés et que c’était la seule option ou peut-être qu’ils ont vraiment échoué à développer un réseau de connexions disponible. Nous aurons besoin de plus de données génomiques sur diverses populations de Néandertal pour en être sûrs.

Willerslev met également en évidence un lien possible avec la sophistication inhabituelle des ornements et des objets culturels trouvés à Sunghir. Les expressions culturelles propres au groupe ont peut-être été utilisées pour établir des distinctions entre les groupes des premiers humains en fournissant un moyen d’identifier qui doit s’accoupler avec qui pour éviter la consanguinité.

L’ornementation est incroyable et il n’y a aucune preuve de ce genre avec les Néandertals et d’autres humains archaïques selon Willerslev. Quand vous rassemblez toutes les preuves, nous voyons émerger des questions vraiment importantes telles que la définition de ces personnes en tant qu’espèce et par extension, ce que nous sommes devenus aujourd’hui.

N'oubliez pas de voter :
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, average: 4,33 out of 5)
Loading...

Faites un don sur notre page Patreon

Quelle est la fiabilité de cette information ou étude ?

Aucun avis particulier

A propos de Jacqueline Charpentier

mm
Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Un commentaire

  1. je me demande quelle est la population minimal pour coloniser un nouveau monde.

    je n’explique pas comment nous somme partie du chiffre 2 a ce que nous somme présentement sans que notre espèces est eu recours inceste pour ce reproduire.

    a moins que l’évolution de notre race est crée plusieurs homo sapiens en même temps a plusieurs endroit.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Timber by EMSIEN 3 Ltd BG