Les Néandertal européens étaient cannibales

Une nouvelle analyse montre que les Néandertal européens ont pratiqué le cannibalisme.


Une nouvelle analyse d'ossements dans une grotte belge montre que les Néandertal européens étaient cannibales

Les Néandertal se mangeaient entre eux. C’est le résultat d’une nouvelle analyse d’ossements trouvés dans une grotte belge. Les restes ont été déterrés à côté de Goyet au début du 19e siècle et ils sont désormais étudiés dans les musées de Bruxelles. À l’époque, il était impossible de reconstruire les modes de vie de ces à cause des techniques d’excavation obsolètes.

Mais quand les chercheurs ont examiné les ossements, il était limpide de voir ce qui leur était arrivé après leurs morts. De nombreux ossements étaient couverts avec des marques de découpe et des bosses à cause d’un martelage. Cela indique que la viande et la moelle ont été enlevées. Les chercheurs ont aussi détecté des marques de dents sur les doigts. Les marques étaient identiques à celles qu’on avait trouvées sur des rennes et des chevaux sur le même site. Cela suggère que ces espèces étaient préparées et consommées selon la conclusion des chercheurs dans Scientific Report. Quelques ossements de Néandertal avaient aussi des traces d’usure et d’éraflures suggérant qu’on les avait utilisés comme d’outils.

Les ossements datent de 40 500 à 45 500 ans qui se situent avant l’arrivée des Homo Sapiens dans la région. Et donc, les seuls coupables possibles étaient les Néandertal. Les scientifiques savaient déjà que les Néandertal avaient pratiqué le cannibalisme en Croatie, mais c’est la première preuve dans le nord de l’Europe. On ignore si le néandertalien était un rituel, réservé pour des occasions sociales et revêtant un sens particulier ou simplement parce qu’ils étaient vraiment, mais vraiment affamés.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 3,00 out of 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *