Les Néandertaliens créaient des peintures rupestres avec un sens artistique similaire au notre

Les scientifiques ont découvert la première preuve majeure que ce sont les Néandertaliens, plutôt que les humains modernes, qui ont créé les peintures rupestres les plus anciennes connues au monde ce qui suggère qu’ils ont peut-être eu un sens artistique similaire au nôtre.

 


Le Panel 3 dans la grotte Maltravieso montre 3 peintures à la main (droite du centre, en haut du centre et en haut à gauche). Une peinture date de 66 000 ans et elle a été fait par un néandertalien - Crédit : H. Collado
Le Panel 3 dans la grotte Maltravieso montre 3 peintures à la main (droite du centre, en haut du centre et en haut à gauche). Une peinture date de 66 000 ans et elle a été fait par un néandertalien - Crédit : H. Collado

Une nouvelle étude menée par l’Université de Southampton et l’Institut Max Planck pour l’anthropologie évolutionniste montre que les peintures dans 3 grottes en Espagne ont été créées il y a plus de 64 000 ans à 20 000 ans avant l’arrivée des humains modernes en Europe. Cela signifie que l’art rupestre du Paléolithique (âge glaciaire) incluant des images d’animaux, de points et de signes géométriques est l’oeuvre des Néandertaliens, car ils étaient les seuls habitants humains de l’Europe à l’époque. Cela indique aussi qu’ils pensaient symboliquement comme les humains modernes.

Des peintures rupestres faussement attribuées aux humains modernes

Publiée aujourd’hui dans la revue Science, l’étude révèle comment une équipe internationale de scientifiques a utilisé une technique de pointe appelée datation par l’uranium-thorium pour estimer l’âge des peintures à plus de 64 000 ans.1 Jusqu’à présent, l’art pariétal a été entièrement attribué à l’homme moderne, car les prétentions à une éventuelle origine néandertalienne ont été entravées par des techniques de datation imprécises. Cependant, la datation uranium-thorium fournit des résultats beaucoup plus fiables que des méthodes telles que la datation au radiocarbone qui peut donner de fausses estimations d’âge.

Le Panel 78 dans La Pasiega. Le scalariforme (forme d'échelle) composé de lignes rouges verticles et horizontales date de 64 000 ans et il a été fait par un néandertalien - C.D Standish, A.W.G. Pike and D.L. Hoffmann

Le Panel 78 dans La Pasiega. Le scalariforme (forme d’échelle) composé de lignes rouges verticles et horizontales date de 64 000 ans et il a été fait par un néandertalien – C.D Standish, A.W.G. Pike and D.L. Hoffmann

La méthode de datation par l’uranium-thorium consiste à dater de minuscules dépôts carbonatés qui se sont accumulés au-dessus des peintures rupestres. Ces derniers contiennent des traces des éléments radioactifs uranium et thorium, qui indiquent la date de formation des dépôts se sont formés et fournissent donc un âge minimum pour tout ce qui se trouve en dessous de ces dépôts.

Un dessin du Panel 78 dans La Pasiega. Le scalariforme est mieux représenté, mais on ignore si les animaux et les autres symboles ont été peints plus tard - Crédit : Breuil et al

Un dessin du Panel 78 dans La Pasiega. Le scalariforme est mieux représenté, mais on ignore si les animaux et les autres symboles ont été peints plus tard – Crédit : Breuil et al

L’auteur principal, le Dr Chris Standish, archéologue à l’Université de Southampton, a déclaré : C’est une découverte incroyablement excitante qui suggère que les Néandertaliens étaient beaucoup plus sophistiqués qu’on ne le croit généralement.

Les Néandertaliens ont créé les premières peintures rupestres connues

Nos résultats montrent que les peintures que nous avons datées sont, de loin, l’art rupestre connu le plus ancien au monde et elles ont été créées au moins 20.000 ans avant que les humains modernes arrivent d’Europe en Afrique. De ce fait, ils doivent avoir été peints par des Néandertaliens. Une équipe de chercheurs britanniques, allemands, espagnols et français a analysé plus de 60 échantillons de carbonate provenant de trois sites de grottes en Espagne, La Pasiega (nord-est de l’Espagne), Maltravieso (ouest de l’Espagne) et Ardales (sud-ouest de l’Espagne).

Les 3 grottes contiennent des peintures rouges (ocres) ou noires de groupes d’animaux, des points et des signes géométriques ainsi que des pochoirs, des empreintes de mains et des gravures. Selon les chercheurs, la création de l’art doit avoir impliqué un comportement aussi sophistiqué que le choix d’un emplacement, la planification de la source lumineuse et le mélange de pigments. Alistair Pike, professeur de sciences archéologiques à l’Université de Southampton et co-directeur de l’étude, a déclaré : Peu de temps après la découverte du premier de leurs fossiles au 19e siècle, les Néandertaliens ont été dépeints comme brutaux et incultes, incapables d’art et de comportements symboliques et certains de ces préjugés persistent aujourd’hui.

Un sens artistique aussi développé que les humains modernes

La question de déterminer à quel point les Néandertaliens se comportent comme des êtres humains est une question qui fait l’objet d’un débat animé et nos conclusions apporteront une contribution significative à ce débat. L’auteur principal, Dirk Hoffmann de l’Institut Max Planck pour l’anthropologie évolutionniste, a ajouté que la culture matérielle symbolique, une collection de réalisations culturelles et intellectuelles transmises de génération en génération, n’a, jusqu’à présent, été attribuée qu’à notre espèce.

L’émergence de la culture matérielle symbolique représente un seuil fondamental dans l’évolution de l’humanité, car c’est l’un des principaux piliers de ce qui fait de nous des êtres humains selon ce chercheur. Les artefacts dont la valeur fonctionnelle ne réside pas tant dans leur pratique que dans leur utilisation symbolique sont des approximations pour les aspects fondamentaux de la cognition humaine telle que nous la connaissons.

Des artefacts symboliques anciens, datant de 70 000 ans, ont été trouvés en Afrique, mais sont associés à des humains modernes. D’autres artéfacts incluant l’art rupestre, des figures sculptées, des outils en os décorés et des bijoux ont été trouvés en Europe datant de 40 000 ans. Mais les chercheurs ont conclu que ces objets doivent avoir été créés par des humains modernes qui se sont répandus à travers l’Europe après leur arrivée d’Afrique. Il y a des preuves que les Néandertaliens en Europe utilisaient l’ornementation du corps il y a environ 40 000 à 45 000 ans, mais de nombreux chercheurs ont suggéré que c’était inspiré par les humains modernes qui venaient d’arriver en Europe.

Le co-auteur de l’étude, Paul Pettitt de l’Université de Durham, a commenté : Les Néandertaliens ont créé des symboles significatifs dans des lieux significatifs et cet art n’est pas un accident ponctuel. Nous avons des exemples dans 3 cavernes distantes de 700 km et la preuve que c’était une tradition de longue date, il est tout à fait possible que l’art rupestre similaire dans d’autres grottes d’Europe occidentale soit également d’origine néandertalienne.

Sources

1.
U-Th dating of carbonate crusts reveals Neandertal origin of Iberian cave art. Science. 10.1126/science.aap7778″ target= »_blank » rel= »noopener noreferrer »>http://dx.doi.org/10.1126/science.aap7778. Published February 21, 2018. Accessed February 21, 2018.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 3,00 out of 5)
Loading...

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

2 réponses

  1. belart dit :

    Il est possible que NEANDERTAL sculptait déjà. Voir le site
    http://nucleusenigma

  2. belart dit :

    Neandertal sculptait peut être déjà .voir le site
    http://nucleusenigma.monsite-orange.fr qui présente d’étranges artefacts de dimensions assez grandes et d’un usage inconnu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *