Premières preuves de molécules organiques complexes sur Encelade

En analysant les données de la sonde Cassini, les chercheurs rapportent des preuves de molécules organiques complexes sur Encelade, l’une des lunes de Saturne.


En analysant les données de la sonde Cassini, les chercheurs rapportent des preuves de molécules organiques complexes sur Encelade, l'une des lunes de Saturne.

En utilisant les données de spectrométrie de masse de la sonde Cassini, les scientifiques ont découvert que de grandes molécules organiques riches en carbone sont éjectées des fissures de la surface glacée de la lune Encelade de Saturne. Les scientifiques du Southwest Research Institute pensent que les réactions chimiques entre le noyau rocheux de la lune et l’eau chaude de son océan souterrain sont liées à ces molécules complexes.

Des molécules organiques complexes sur Encelade

Nous sommes encore une fois époustouflés par Encelade. Auparavant, nous n’avions identifié que des molécules organiques simples contenant quelques atomes de carbone, mais c’était déjà intrigant selon le Dr Christopher Glein, spécialiste de l’océanographie extraterrestre. Il est co-auteur d’un papier dans la revue Nature décrivant cette découverte. Désormais, nous avons trouvé des molécules organiques avec des masses supérieures à 200 unités de masse atomique, soit plus 10 dix fois plus que le méthane. Avec des molécules organiques complexes provenant de son océan liquide, cette lune est le seul corps céleste qui satisfait toutes les exigences nécessaires pour la vie telle que nous la connaissons.

Avant sa désorption en septembre 2017, Cassini a échantillonné le panache de matériau émergeant du sous-sol d’Encelade. L’analyseur de poussière cosmique (CDA) et le spectromètre de masse ionique et neutre (INMS) ont effectué des mesures à la fois dans le panache et dans l’anneau E de Saturne, formé de grains de glace qui s’échappent de la gravité d’Encelade.

Une interaction avec l’océan souterrain d’Encelade

Au cours du survol d’Encelade par Cassini le 28 octobre 2015, l’INMS a détecté de l’hydrogène moléculaire alors que l’engin spatial volait à travers le panache. Les survols antérieurs ont fourni des preuves d’un océan souterrain global situé au-dessus d’un noyau rocheux. On pense que l’hydrogène moléculaire dans le panache se forme par l’interaction géochimique entre l’eau et les roches dans les environnements hydrothermaux.

L’hydrogène fournit une source d’énergie chimique qui soutient les microbes qui vivent dans les océans de la Terre près des sources hydrothermales selon le Dr Hunter Waite, chercheur principal de l’INMS et co-auteur du nouveau papier. Une fois que vous avez identifié une source potentielle de nourriture pour les microbes, la prochaine question à poser est la nature des composés organiques complexes dans l’océan. Ce papier représente la première étape de cette compréhension et il montre une complexité de la chimie organique au-delà de nos attentes !

Les résultats du papier ont également une grande signification pour la prochaine génération d’exploration selon Glein. Un futur vaisseau spatial pourrait voler à travers le panache d’Encelade et analyser ces molécules organiques complexes à l’aide d’un spectromètre de masse à haute résolution pour nous aider à déterminer leurs origines. Nous devons être prudents, mais il est excitant de penser que cette découverte montre la possibilité de la synthèse biologique de molécules organiques sur Encelade.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *