Découverte d’un corps céleste très éloigné dans le système solaire

Dans la chasse de la planète X, les chercheurs rapportent la découverte de 2015 TG387, un corps céleste qui possède les caractéristiques d’une planète naine. C’est la énième pierre du Petit Poucet vers la planète X qui se trouverait aux confins du système solaire.


Crédit : Roberto Molar Candanosa et Scott Sheppard, Carnegie Institution for Science
Crédit : Roberto Molar Candanosa et Scott Sheppard, Carnegie Institution for Science

Scott Sheppard, de Carnegie, et ses collègues, Chad Trujillo, de l’Université du Nord de l’Arizona, et David Tholen, de l’Université d’Hawaï, redéfinit une fois de plus les limites de notre système solaire. Ils ont découvert un nouvel objet extrêmement éloigné, bien au-delà de Pluton, avec une orbite qui supporte la présence d’une , de type ou encore plus éloignée.

se trouve à 80 UA

Le nouvel objet, appelé 2015 TG387, sera annoncé par le Minor Planet Center de l’Union astronomique internationale. Un papier contenant tous les détails de la découverte a également été publié dans l’Astronomical Journal. 2015 TG387 a été découvert à environ 80 unités astronomiques (UA), une mesure définie comme la distance entre la Terre et le Soleil. En ce qui concerne le contexte, Pluton est à environ 34 UA, donc 2015 TG387 est environ deux fois et demi plus éloignée du Soleil que Pluto ne l’est actuellement.

Le nouvel objet est sur une orbite très allongée et ne se rapproche jamais du Soleil, un point appelé périhélie, d’environ 65 UA. Seuls et Sedna à 80 et 76 UA ont respectivement une distance plus éloignée que 2015 TG387. Même si 2015 TG387 a le troisième périhélie le plus éloigné, son demi-grand axe orbital est plus grand que celui du VP113 et de Sedna, ce qui signifie qu’il voyage beaucoup plus loin du Soleil. À son point le plus éloigné, il atteint environ 2 300 UA. 2015 TG387 est l’un des rares objets connus qui ne se rapprochent jamais suffisamment des planètes géantes du système solaire, comme Neptune et Jupiter, pour avoir des interactions gravitationnelles significatives avec elles.

Une orbite très allongée

Ces objets de la partie intérieure du Nuage d’Oort tels que 2015 TG387, 2012 VP113 et Sedna sont isolés de la majeure partie de la masse connue du système solaire, ce qui les rend extrêmement intéressants selon Sheppard. Ils peuvent être utilisés comme des sondes pour comprendre ce qui se passe au bord de notre système solaire.

L’objet avec l’orbite la plus éloignée au périhélie, 2012 VP113, a également été découvert par Sheppard et Trujillo, qui ont annoncé cette découverte en 2014. La découverte de la VP113 2012 a amené Sheppard et Trujillo à remarquer des similitudes entre les orbites de plusieurs objets extrêmement distants et ils ont proposé la présence d’une planète inconnue plusieurs fois plus grande que la Terre, parfois appelée planète X ou planète 9, en orbite autour du Soleil bien au-delà de Pluton à des centaines d’UA.

Nous pensons qu’il pourrait y avoir des milliers de petits corps comme 2015 TG387 sur les franges du système solaire, mais leur distance les rend très difficiles à observer selon Tholen. Actuellement, nous ne détecterions TG387 2015 que lorsqu’il approchera de son point le plus proche du Soleil. On ne le verra pas à 99 % du temps de son orbite de 40 000 ans.

Une découverte pendant la chasse de la planète X

L’objet, qu’on suppose être une , a été découvert dans le cadre de la chasse continue de l’équipe à la recherche de planètes naines inconnues et de la planète X. Il s’agit de l’étude la plus vaste et la plus profonde jamais réalisée sur des objets éloignés du système solaire. Ces objets éloignés sont comme des miettes de pain nous conduisant à la planète X. Plus nous en trouverons, plus nous pourrons comprendre le système solaire extérieur et la planète possible qui, selon nous, façonne leurs orbites, une découverte qui redéfinirait nos connaissances de l’évolution du système solaire selon Sheppard.

Il a fallu quelques années d’observation à l’équipe pour obtenir une bonne orbite pour 2015 TG387, car elle se déplace si lentement et possède une longue période orbitale. Ils ont d’abord observé TG387 2015 en octobre 2015 au télescope japonais Subaru de 8 mètres situé au sommet du Mauna Kea à Hawaii. Des observations de suivi au télescope de Magellan à l’observatoire Las Campanas de Carnegie au Chili et au télescope Discovery Channel en Arizona ont été obtenues en 2015, 2016, 2017 et 2018 pour déterminer l’orbite de 2015 TG387.

Possiblement une planète naine

2015 TG387 est probablement une planète naine, car elle a un diamètre de près de 300 kilomètres. L’emplacement dans le ciel où 2015 TG387 atteint son périhélie est similaire à 2012 VP113, Sedna, et à la plupart des autres objets transneptuniens connus, ce qui suggère que quelque chose les pousse dans des types d’orbites similaires.

Nathan Kaib, de l’Université d’Oklahoma et de Trujillo, a réalisé des simulations informatiques sur la manière dont différentes orbites hypothétiques de la Planet X pourraient affecter l’orbite de 2015 TG387. Les simulations incluaient une planète de masse de type super-terre à plusieurs centaines d’UA sur une orbite allongée, comme proposé par Konstantin Batygin et Michael Brown de Caltech en 2016. La plupart des simulations ont montré que l’orbite de 2015 TG387 était non seulement stable à l’âge du système solaire, mais qu’elle a été guidée par la gravité de la planète X, ce qui éloigne 2015 TG387 de la planète massive.

Cela pourrait expliquer pourquoi les objets les plus éloignés de notre système solaire ont des orbites similaires. Ces orbites les empêchent d’approcher de trop près la planète proposée, ce qui est similaire à la façon dont Pluton ne se rapproche jamais trop de Neptune même si leurs orbites se croisent. Ce qui rend ce résultat vraiment intéressant est que la planète X semble affecter 2015 TG387 de la même manière que tous les autres objets du système solaire extrêmement éloignés. Ces simulations ne prouvent pas qu’il existe une autre planète massive, mais quelque chose de grand pourrait s’y trouver conclut Trujillo.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne : 4,00 sur 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *