Deux trous noirs en orbite l’un autour de l’autre finiront par fusionner


  • FrançaisFrançais



  • Une équipe de chercheurs de l’Université Purdue et d’autres institutions a découvert un système binaire de trou noir supermassif, l’un des deux seuls systèmes de ce type connus. Les deux trous noirs, qui orbitent l’un autour de l’autre, pèsent probablement 100 millions de soleils chacun. L’un des trous noirs alimente un jet massif qui se déplace vers l’extérieur à une vitesse très proche de la lumière. Le système est si éloigné que la lumière visible vue aujourd’hui a été émise il y a 8,8 milliards d’années.

    Les deux ne sont distants que de 200 UA à 2 000 UA (une UA est la distance de la Terre au Soleil), au moins 10 fois plus proches que le seul autre système de trous noirs binaires supermassifs connu.

    La séparation étroite est importante car ces systèmes devraient éventuellement fusionner. Cet événement libérera une quantité massive d’énergie sous la forme d’ondes gravitationnelles, provoquant des ondulations dans l’espace dans toutes les directions (et des oscillations dans la matière) au passage des ondes.

    Trouver des systèmes comme celui-ci est également important pour comprendre les processus par lesquels les galaxies se sont formées et comment elles se sont retrouvées avec des trous noirs massifs en leur centre.

    Méthodes

    Les chercheurs ont découvert le système par hasard lorsqu’ils ont remarqué un schéma sinusoïdal répétitif dans ses variations d’émission de luminosité radio au fil du temps, sur la base de données prises après 2008. Une recherche ultérieure de données historiques a révélé que le système variait également de la même manière à la fin des années 1970 pour début des années 1980. Ce type de variation est exactement ce à quoi les chercheurs s’attendraient si l’émission projetée d’un trou noir était affectée par l’effet Doppler en raison de son mouvement orbital lorsqu’il oscille autour de l’autre trou noir.

    Matthew Lister du College of Science de l’Université Purdue et son équipe ont imagé le système de 2002 à 2012, mais le radiotélescope de l’équipe n’a pas la résolution nécessaire pour résoudre les trous noirs individuels à une si grande distance. Ses données d’imagerie prennent en charge le scénario de trou noir binaire et fournissent également l’angle d’orientation de l’écoulement projeté, qui est un élément essentiel du modèle de l’article pour les variations induites par Doppler.

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par Université Purdue. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.