L’ESO capture le fantôme d’une étoile géante


  • FrançaisFrançais



  • Une toile d’araignée effrayante, des dragons magiques ou des traînées vaporeuses de fantômes ? Une belle tapisserie de couleurs montre les restes fantomatiques d’une étoile gigantesque, et a été capturée ici avec des détails incroyables avec le télescope VLT Survey, hébergé sur le site Paranal de l’Observatoire européen austral (ESO) au Chili.

    La structure vaporeuse de nuages ​​roses et orange est tout ce qui reste d’une étoile massive qui a terminé sa vie dans une puissante explosion il y a environ 11 000 ans. Lorsque les étoiles les plus massives arrivent en fin de vie, elles s’éteignent souvent en trombe, dans une explosion appelée supernova. Ces explosions provoquent des ondes de choc qui traversent le gaz environnant, le compriment et créent des structures filiformes complexes. L’énergie libérée chauffe les vrilles gazeuses, les faisant briller de mille feux, comme on le voit sur cette image.

    Dans cette image de 554 millions de pixels, nous obtenons une vue extrêmement détaillée du reste de la supernova Vela, du nom de la constellation sud Vela (Les Voiles). Vous pourriez mettre neuf pleines lunes dans cette image entière, et le nuage entier est encore plus grand. À seulement 800 années-lumière de la Terre, ce vestige spectaculaire de supernova est l’un des plus proches que nous connaissions.

    Lors de son explosion, les couches les plus externes de l’étoile progénitrice ont été éjectées dans le gaz environnant, produisant les filaments spectaculaires que nous observons ici. Ce qui reste de l’étoile est une boule ultra-dense dans laquelle les protons et les électrons sont forcés ensemble en neutrons – une étoile à neutrons. L’étoile à neutrons dans le reste de Vela, placée légèrement à l’extérieur de cette image en haut à gauche, se trouve être un pulsar qui tourne sur son propre axe à une vitesse incroyable de plus de 10 fois par seconde.

    Cette image est une mosaïque d’observations prises avec la caméra grand champ OmegaCAM du VLT Survey Telescope (VST), hébergé à l’Observatoire Paranal de l’ESO au Chili. L’appareil photo de 268 millions de pixels peut prendre des images à travers plusieurs filtres qui laissent passer la lumière de différentes couleurs. Dans cette image particulière du vestige de Vela, quatre filtres différents ont été utilisés, représentés ici par une combinaison de magenta, bleu, vert et rouge.

    Le VST appartient à l’Institut national d’astrophysique d’Italie, INAF, et avec son miroir de 2,6 mètres, c’est l’un des plus grands télescopes dédiés à l’observation du ciel nocturne en lumière visible. Cette image est un exemple d’une telle enquête : le VST Photometric H? Enquête sur le plan et le renflement galactiques du sud (VPHAS +). Pendant plus de sept ans, cette enquête a cartographié une partie considérable de notre galaxie d’origine, permettant aux astronomes de mieux comprendre comment les étoiles se forment, évoluent et finissent par mourir.

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par ESO. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *