Oumuamua, un astéroïde provenant d’un autre système solaire

La première étude d’Oumuamua suggère que c’est un astéroïde qui provient d’un autre système solaire. Il possède un intérieur semblable à celui d’une comète et ses caractéristiques le rapprochent des petits mondes de glace qu’on trouve dans les confins de notre système solaire. Cela suggère que la formation planétaire suit le même chemin dans d’autres systèmes solaires.


Une illustration d'artiste d'Oumuamua - Crédit : ESO/M.Kornmesser
Une illustration d'artiste d'Oumuamua - Crédit : ESO/M.Kornmesser

Des scientifiques de l’Université Queen de Belfast ont mené des recherches sur un objet mystérieux qui est passé près de la Terre après être arrivé de l’espace interstellaire profond. Depuis que l’objet a été repéré en octobre, le professeur Alan Fitzsimmons et la Dre Michele Bannister de l’école de mathématiques et de physique de l’Université Queen ont dirigé une équipe internationale d’astronomes pour dresser un portrait du visiteur étrange appelé . L’équipe était composée de chercheurs au Royaume-Uni, aux États-Unis, au Canada, à Taïwan et au Chili.

Le professeur Alan Fitzsimmons a dirigé une équipe qui a mesuré la façon dont Oumuamua reflète la lumière du soleil et il a trouvé des similarités avec des objets glacés couverts d’une croûte sèche. C’est parce qu’Oumuamua a été exposé aux rayons cosmiques pendant des millions, voire des milliards d’années en créant une couche isolante riche en matière organique sur sa surface.

L'astéroïde Oumuamua observé par le télescope William Herschel - Crédit :  A. Fitzsimmons, QUB/Isaac Newton Group, La Palma

L’astéroïde Oumuamua observé par le télescope William Herschel – Crédit : A. Fitzsimmons, QUB/Isaac Newton Group, La Palma

La recherche, publiée dans Nature Astronomy, suggère que la croûte sèche d’Oumuamua aurait pu protéger son intérieur glacé contre la vaporisation même si l’objet n’était qu’à 37 millions de kilomètres de notre soleil en septembre 2017 lorsqu’il a passé à côté. Le professeur Alan Fitzsimmons a commenté : Nous avons découvert que la surface d’Oumuamua est similaire aux petits corps du système solaire recouverts de glaces riches en carbone dont la structure est modifiée par l’exposition aux rayons cosmiques.

Nous avons également découvert qu’une couche d’un demi-mètre d’épaisseur de matière organique pouvait protéger un intérieur, semblable à une comète riche en eau et en glace, contre la vaporisation lorsque l’objet était chauffé par le soleil même s’il était chauffé à plus de 300 degrés Celsius.

La Dre Michele Bannister et son équipe ont observé Oumuamua alors qu’il était encore à la portée des plus grands télescopes du monde et leurs résultats seront publiés dans Astrophysical Journal Letters. Ils ont trouvé que l’objet était de la même couleur que certaines des planètes mineures glacées qu’ils avaient étudiées à la périphérie de notre système solaire. Cela implique que différents systèmes planétaires dans notre galaxie contiennent des planètes mineures comme la nôtre.

En travaillant ensemble, les chercheurs ont pu découvrir des faits très importants sur Oumuamua. La Dre Michele Bannister a déclarée : Nous avons découvert qu’il s’agit d’un planétésimal avec une croûte bien cuite qui ressemble aux petits mondes dans les régions externes de notre système solaire. Oumuamua possède une surface grisâtre/rouge qui est très allongée.

Il est fascinant de constater que le premier objet interstellaire découvert ressemble à un petit monde de notre système solaire ce qui suggère que la manière dont nos planètes et astéroïdes se sont formés est similaire avec les systèmes autour d’autres étoiles. La chercheuse a ajouté : Nous continuons nos recherches sur Oumuamua et nous espérons que nous ferons plus de découvertes dans un avenir proche.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *