Kepler découvre 104 nouvelles exoplanètes

Alors qu’on le croyait mort, le satellite Kepler continue de nous émerveiller en découvrant 104 nouvelles exoplanètes.


Kepler découvre 104 nouvelles exoplanètes malgré le fait que le satellite soit endommagé

est mort, longue vie à Kepler ! Le chasseur d’exoplanète de la NASA, qui semblait irréparable il y a 3 ans, montre qu’il est toujours en course en découvrant 100 nouvelles exoplanètes en 2015. Kepler est conçu pour analyser une partie du ciel en observant la variation de luminosité des étoiles qui suggèrent l’orbite de planètes distantes. Kepler est un succès depuis son lancement en 2009. Après 4 ans de bons et loyaux services, Kepler a permis de découvrir près de 2 300 exoplanètes et des milliers d’autres de candidates potentielles.

Mais en 2012, 3 ans après le lancement, l’une de ses roues de réaction (utilisé pour pointer Kepler vers sa cible) a été endommagée. Quand une seconde roue s’est cassée en 2013, tout espoir semblait perdu. Mais les opérateurs de Kepler ont proposé une stratégie brillante pour garder Kepler en vie avec les 2 roues de réaction restantes, les propulseurs et la pression de la lumière du soleil. Kepler ne peut plus se maintenir sur sa cible d’origine, mais il se déplace lentement à travers le ciel en suivant le plan de l’orbite des planètes du système solaire. Kepler cherche désormais des exoplanètes autour d’étoiles qui sont petites, mais qui sont plus proches et brillantes.

Et une équipe internationale de chercheurs vient de publier la découverte de 104 exoplanètes dans The Astrophysical Journal. Ces exoplanètes ont été validées par des confirmations avec des télescopes terrestres. Et étant donné que ces exoplanètes concernent des étoiles proches de la Terre, les astronomes pourront les suivre en détail pour mesurer leur masse et analyser leur atmosphère pour des signes de vie.

 

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *