Un trou noir supermassif gigantesque de 20 milliards de masses solaires avec une croissance très rapide

Les astronomes de l’Australian National University (ANU) ont découvert le trou noir avec la croissance la plus rapide connue dans l’Univers. Ce trou noir supermassif possède une masse de 20 milliards de soleils et il augmente de 1 % chaque million d’années. Cette croissance est telle que c’est comme s’il dévorait une masse équivalente à notre soleil tous les deux jours.




Les astronomes ont observé à une distance de plus de 12 milliards d’années jusqu’aux premiers âges obscurs de l’Univers. Leur estimation est que ce trou noir supermassif possède une taille d’environ 20 milliards de soleils avec un taux de croissance de 1 % tous les millions d’années.1

Un trou noir d’une taille titanesque

Ce trou noir croît si rapidement qu’il est plus lumineux qu’une galaxie entière à cause de tous les gaz qu’il aspire chaque jour qui causent beaucoup de friction et de chaleur selon le Dr Wolf de l’ANU. Si nous avions ce trou noir supermassif au centre de notre galaxie de la Voie lactée, alors il brillerait 10 fois plus qu’une pleine lune et il nous apparaîtrait comme une étoile d’une clarté incroyablement brillante qui ferait éclipserait presque toutes les étoiles dans le ciel.

Le Dr Wolf a déclaré que l’énergie émise par ce trou noir supermassif récemment découvert, également connu sous le nom de quasar, était principalement de la lumière ultraviolette, mais aussi des rayons X irradiés. Encore une fois, si ce trou noir était au centre de la Voie lactée, alors il n’y aurait pas de vie possible sur Terre à cause des énormes quantités de rayons X qui en émanent.

Le télescope SkyMapper de l’observatoire de l’ANU a détecté cette lumière dans le proche infrarouge, car les ondes lumineuses sont arrivées sur Terre sur des milliards d’années-lumière. Au fur et à mesure que l’Univers se développe, l’espace se dilate et étire les ondes lumineuses qui changent de couleur selon le Dr Wolf.

Un trou noir assez rare

Ces trous noirs de grande taille et en croissance rapide sont extrêmement rares et nous les recherchons depuis plusieurs mois avec SkyMapper. Le satellite Gaia de l’Agence Spatiale européenne, qui mesure de minuscules mouvements d’objets célestes, nous a aidés à trouver ce trou noir supermassif. Le Dr Wolf a déclaré que le satellite Gaia a confirmé que l’objet qu’ils avaient trouvé était immobile ce qui signifie qu’il était très loin et que c’était un candidat pour être un très grand quasar.

La découverte du nouveau trou noir supermassif a été confirmée en utilisant le spectrographe sur le télescope ANU de 2,3 mètres pour diviser les couleurs en lignes spectrales. Nous ignorons comment celui-ci a grandi si vite dans les premiers jours de l’Univers selon le Dr Wolf. Le Dr Wolf a déclaré que la luminosité de ces types de trous noirs peut être utilisée comme des phares pour voir et étudier la formation des éléments dans les premières galaxies de l’Univers.

Les scientifiques peuvent voir les ombres des objets devant le trou noir supermassif. Les trous noirs supermassifs à croissance rapide aident également à éliminer le brouillard qui les entoure par les gaz ionisants ce qui rend l’Univers plus transparent. Le Dr Wolf conclut que les instruments sur de très grands télescopes terrestres en cours de construction, et qui seront opérationnels dans la prochaine décennie pourront mesurer directement l’expansion de l’Univers en utilisant ces trous noirs très brillants.

Sources

1.
Discovery of the most ultra-luminous QSO using Gaia, SkyMapper and WISE. arXiv. https://arxiv.org/abs/1805.04317. Published May 15, 2018. Accessed May 15, 2018.
N'oubliez pas de voter :
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Rejoignez :


Soutenez-nous financièrement.

Même 1 dollar peut nous aider !

About Jacqueline Charpentier

mm
Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *