vendredi , 15 décembre 2017

Les pigeons peuvent différencier l’espace et le temps

Mot-clés: , ,

Dans des expériences, les pigeons ont montré qu’ils pouvaient différencier l’espace et le temps. Cela montre que des animaux d’ordre inférieur sont capables d’avoir des traitements abstraits de l’information. De plus, la zone du cerveau, qui permet aux humains de faire la même chose, est très peu développée chez les pigeons indiquant que ce type de traitement n’est pas focalisé sur une seule zone cérébrale.


Les pigeons peuvent différencier l’espace et le temps
Une nouvelle recherche à l’Université de l’Iowa montre que les pigeons peuvent différencier les concepts abstraits de l’espace et du temps et ils semblent utiliser une région différente du cerveau que les humains et les primates pour le faire. Dans des expériences, les pigeons ont observé une ligne horizontale statique sur un écran et ils ont dû juger sa longueur ou la quantité de temps qui était visible. Les pigeons ont jugé que les lignes plus longues avaient également une durée plus longue et que les lignes, jugées longues dans le temps, étaient également longues dans l’espace.

Les concepts abstraits de l’espace et du temps

Selon Edward Wasserman, professeur de psychologie expérimentale au département des sciences psychologiques et cérébrales de l’UI, les pigeons utilisent une zone commune du cerveau pour juger de l’espace et du temps suggérant que ces concepts abstraits ne sont pas traités séparément. Des résultats similaires ont été trouvés avec des humains et d’autres primates.

La découverte ajoute à la connaissance croissante que les espèces animales d’ordre inférieur telles que les oiseaux, les reptiles et les poissons sont capables de prendre des décisions abstraites de haut niveau. En effet, la prouesse cognitive des oiseaux est désormais considérée comme étant plus proche de celle des primates humains et non humains selon Wasserman. Ces systèmes nerveux aviaires sont capables de faire des tâches beaucoup plus complexes.

Les humains sont capables de percevoir l’espace et le temps même sans l’aide d’une montre ou d’une règle. La région du cerveau, qui aide les humains à rendre ces concepts abstraits plus tangibles, est le cortex pariétal qui est une partie du cortex cérébral et la couche la plus externe du cerveau. Le cortex cérébral est connu pour être un processus de pensée supérieure incluant la parole et la prise de décision et les 4 lobes qui le composent incluant le cortex pariétal traitent différents types d’informations sensorielles.

Le pigeon peut différencier l’espace et le temps malgré un cortex pariétal peu développé

Mais le cerveau du pigeon n’a pas de cortex pariétal ou plutôt il n’est pas assez développé. Ainsi, les oiseaux doivent utiliser une autre zone du cerveau pour différencier l’espace et le temps ou peut-être y a-t-il un mécanisme d’évolution commun dans le système nerveux central partagé par les primates primitifs et les oiseaux.

Pour le déterminer, les chercheurs ont mis les pigeons à travers une série de tâches appelées le test de magnitude commune. En d’autres termes, les oiseaux ont observé une ligne horizontale de 6 cm ou 24 cm de long pendant 2 secondes ou 8 secondes sur un écran d’ordinateur. S’ils ont correctement signalé (en cochant l’un des quatre symboles visuels) la longueur ou la durée de la ligne, alors ils recevaient de la nourriture.

Le test est ensuite devenu plus nuancé. Les chercheurs ont introduit des longueurs de ligne supplémentaire ajoutant ainsi une plus grande variabilité pour juger si une ligne était courte ou longue et ils ont également présenté la ligne aux pigeons pour une durée plus courte ou plus longue. La tâche obligeait les pigeons à traiter le temps et l’espace simultanément, car ils ne pouvaient pas savoir sur quelle dimension ils allaient être testés selon Wasserman.

Les chercheurs ont constaté que la longueur de la ligne affectait la différenciation des pigeons quant à la durée de la ligne et que la durée de la ligne affectait la discrimination de la longueur des lignes par les pigeons. Cette interaction de l’espace et du temps est parallèle à la recherche faite avec les humains et les singes et elle a révélé le codage neuronal commun de ces 2 dimensions physiques. Les chercheurs pensaient que le cortex pariétal était la zone de cette interaction. Mais comme les pigeons n’ont pas de cortex pariétal apparent, alors les résultats de Wasserman suggèrent que ce n’est pas toujours le cas.

Benjamin De Corte, étudiant en troisième année à l’Iowa Neuroscience Institute et au département de neurologie explique que les pigeons traitent l’espace et le temps de manière similaire aux humains et aux autres primates. Le cortex n’est pas unique pour juger de l’espace et du temps selon De Corte, premier auteur de l’article. Les pigeons ont d’autres systèmes cérébraux qui leur permettent de percevoir ces dimensions.

N'oubliez pas de voter :
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Faites un don sur notre page Patreon

Quelle est la fiabilité de cette information ou étude ?

Aucun avis particulier

A propos de Jacqueline Charpentier

mm

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d’emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l’actualité scientifique et celle de la santé.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Timber by EMSIEN 3 Ltd BG