L’impact de l’héritage culturel dans l’alimentation de la mangouste rayée

Une étude suggère que chez les mangoustes rayées, l’héritage culturel influence considérablement leurs habitudes alimentaires. Des habitudes alimentaires, apprises pendant les premiers mois auprès d’individus qui ne sont pas leurs parents, persistent pendant toute leur vie.


Des mangoustes rayées - Crédit : Feargus Cooney
Des mangoustes rayées - Crédit : Feargus Cooney

Il n’est pas surprenant que les gens se comportent différemment selon ce qu’ils ont appris des autres, de la langue qu’ils parlent aux aliments qu’ils préfèrent. Mais désormais, les chercheurs que la même chose était valable pour les mangoustes rayées.1

L’importance de l’héritage culturel dans le monde animal

L’héritage culturel, la transmission d’informations socialement apprises à travers les générations, a une énorme influence sur le comportement humain. Nous agissons non seulement à cause de nos gènes, mais aussi à cause de ce que nous apprenons des parents, des enseignants et des modèles culturels selon Michael Cant de l’Université d’Exeter. Mais le fait est que l’héritage culturel est également une force majeure qui façonne le comportement d’un large éventail d’animaux non humains, des insectes aux singes.

Un groupe de mangoustes - Crédit : Harry Marshall

Un groupe de mangoustes – Crédit : Harry Marshall

En fait, les chercheurs ont trouvé certaines des preuves les plus claires de l’héritage culturel chez les poissons et les oiseaux. Chez ces espèces, la progéniture peut être changée entre les parents pour démêler l’influence des facteurs culturels par rapport aux facteurs génétiques. Mais ce genre d’expérience est généralement impossible chez les mammifères.

L’héritage culturel dans l’alimentation de la mangouste rayée

Dans la nouvelle étude, Cant et ses collègues ont profité d’une bizarrerie dans la société de la mangouste rayée. Les mangoustes rayées vivent dans des groupes très coopératifs où leurs descendants forment des relations de soin exclusives et individuelles avec des adultes non apparentés appelés escortes. En fait, l’équipe de Cant a récemment montré que les individus ne sont pas plus proches de leur escorte qu’ils ne le sont pour un membre du groupe au hasard de sorte que le système d’escorte représente une expérience naturelle de cross-fostering (adoption croisée).

Pour explorer l’influence des escortes sur les habitudes alimentaires, les chercheurs ont analysé chimiquement les moustaches des mangoustes individuelles. Ces études ont montré que les mangoustes héritent leurs préférences alimentaires de leurs escortes et non de leurs parents biologiques sur la base de ce que ces individus plus âgés leur enseignent tôt dans la vie. Ces comportements appris durent également pendant toute la vie.

Une habitude alimentaire qui persiste pendant toute une vie

Ce fut une grande surprise de découvrir que le comportement alimentaire, appris au cours des trois premiers mois de la vie, dure toute la vie selon Cant. Nos données montrent que même les mangoustes d’âge mûr copient encore le comportement de recherche de nourriture de l’escorte qui les a gardées pendant une courte période alors qu’elles étaient encore des petits. C’est assez remarquable puisque nous n’avons aucune preuve que les petits et les escortes restent ensemble après que les petits deviennent indépendants.

Une étude suggère que chez les mangoustes rayées, l'héritage culturel influence considérablement leurs habitudes alimentaires. Des habitudes alimentaires, apprises pendant les premiers mois auprès d'individus qui ne sont pas leurs parents, persistent pendant toute leur vie.

Crédit : Harry Marshall

Les chercheurs ont ensuite testé une prédiction classique de la théorie de l’évolution culturelle. L’héritage culturel un à un peut maintenir la diversité dans les traits culturellement transmis. Il va de soi que si tous les membres d’un groupe apprennent d’un seul enseignant, ils auront tous tendance à se comporter de la même manière. Mais théoriquement, si les individus apprennent plutôt à partir d’un seul modèle, l’héritage culturel peut fonctionner pour maintenir la diversité.

Comme prévu, les chercheurs ont découvert que les petits, ayant un seul modèle, s’inspiraient de ce qu’ils avaient appris de cet individu. En revanche, ceux qui ont des modèles multiples ont tendance à se retrouver quelque part entre les deux. Les découvertes sur les mangoustes aident donc à comprendre comment les mécanismes héréditaires génétiques et culturels se combinent pour former la diversité individuelle dans les populations animales. Ils suggèrent également que l’héritage culturel peut jouer un rôle important et inattendu chez de nombreux animaux.

L’héritage culturel est une influence potentiellement omniprésente sur le comportement même chez les animaux les plus improbables et ne nécessite certainement pas une grande complexité cérébrale ou cognitive selon Cant. En fin de compte, les chercheurs estiment qu’ils aimeraient non seulement comprendre les influences de la petite enfance sur le développement dans les organismes sociaux, mais aussi pourquoi ils ont évolué de cette manière.

Sources

1.
Decoupling of Genetic and Cultural Inheritance in a Wild Mamma. Current Biology. 10.1016/j.cub.2018.05.001″ target= »_blank » rel= »noopener noreferrer »>http://dx.doi.org/10.1016/j.cub.2018.05.001. Published May 24, 2018. Accessed May 24, 2018.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *