Un panda datant de 22 000 ans appartient à une lignée distincte

Les chercheurs ont analysé de l’ADN mitochondrial (mt) d’un panda de 22 000 ans découvert dans la grotte de Cizhutuo dans la province de Guangxi en Chine. Cette région n’abrite plus aucun panda aujourd’hui et la recherche a révélé une nouvelle lignée de panda géant.



Le papier, publié dans Current Biology, montre que l’ancien panda s’est séparé des pandas actuels il y a 144 000 à 227 000 ans, suggérant qu’il appartenait à un groupe distinct que l’on ne trouve pas aujourd’hui. Le génome mitochondrial nouvellement séquencé représente la plus ancienne preuve d’ADN des pandas.1

Une lignée distincte de pandas

En utilisant une seule séquence complète d’ADNmt, nous avons trouvé une lignée mitochondriale distincte, suggérant que le panda Cizhutuo, bien que génétiquement plus proche des pandas d’aujourd’hui que d’autres ours, a une histoire profonde et séparée de l’ancêtre commun des pandas d’aujourd’hui selon Qiaomei Fu de l’Académie des Sciences de Chine. Cela souligne vraiment que nous devons séquencer plus d’ADN des anciens pandas pour comprendre comment leur diversité génétique a changé au fil du temps et comment cela se rapporte à leur habitat actuel, beaucoup plus restreint et fragmenté.

Le fossile de Cizhutuo - Crédit : Yingqi Zhang and Yong Xu

Le fossile de Cizhutuo – Crédit : Yingqi Zhang and Yong Xu

On sait très peu de choses sur le passé des pandas, notamment dans les régions situées en dehors de leur aire de répartition actuelle dans la province du Shaanxi ou dans les provinces du Gansu et du Sichuan. Les preuves suggèrent que les pandas dans le passé étaient beaucoup plus répandus, mais on ignore comment ces pandas étaient liés aux pandas modernes.

Dans la nouvelle étude, les chercheurs ont utilisé des méthodes pour collecter l’ADN mitochondrial de l’ancien spécimen de la grotte. C’est un défi particulier parce que le spécimen provient d’un environnement subtropical ce qui augmente la difficulté de la préservation et de la récupération de l’ADN difficile. Les chercheurs ont séquencé avec succès près de 150 000 fragments d’ADN et les ont alignés sur la séquence de référence du génome mitochondrial du panda géant afin de récupérer le génome mitochondrial complet du panda de Cizhutuo. Ils ont ensuite utilisé le nouveau génome avec les génomes mitochondriaux de 138 ours actuels et 32 ours anciens pour construire un arbre généalogique.

Une séparation remontant à 183 000 ans

Leur analyse montre que la scission entre le panda Cizhutuo et l’ancêtre des pandas actuels remonte à environ 183 000 ans. Le panda Cizhutuo possède également 18 mutations qui modifieraient la structure des protéines à travers 6 gènes mitochondriaux. Les chercheurs estiment que ces changements d’acides aminés peuvent être liés à l’habitat distinct de l’ancien panda dans le Guangxi ou peut-être des différences climatiques au cours du dernier maximum glaciaire.

La grotte de Cizhutuo - Crédit : Yingqi Zhang

La grotte de Cizhutuo – Crédit : Yingqi Zhang

Les résultats suggèrent que la lignée maternelle de l’ancien panda avait une histoire longue et unique qui différait des lignées maternelles menant aux populations actuelles de pandas. Les chercheurs estiment qu’ils pourraient avoir la même réussite dans l’analyse de l’ADN du génome nucléaire de l’ancien spécimen. La comparaison de l’ADN nucléaire du panda de Cizhutuo aux données actuelles sur le génome entier permettrait une analyse plus approfondie de l’histoire évolutive du spécimen de Cizhutuo ainsi que de son histoire commune avec les pandas actuels selon Fu.

Sources

1.
Mitochondrial genome of a 22,000-year-old giant panda from southern China reveals a new panda lineage. Current Biology. 10.1016/j.cub.2018.05.008″ target=”_blank” rel=”noopener noreferrer”>http://dx.doi.org/10.1016/j.cub.2018.05.008. Published June 17, 2018. Accessed June 17, 2018.
N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *