Le Fossa, le plus grand carnivore de Madagascar

Tout le monde connait les lémuriens de Madagascar. Mais il faut aussi apprendre à connaitre le Fossa, le plus grand carnivore de la Grande Île. Insaisissable, ce carnivore est très menacé par les pressions environnementales.


Un Fossa au zoo de Houston - Crédit : Josh Henderson, CC BY-SA
Un Fossa au zoo de Houston - Crédit : Josh Henderson, CC BY-SA

Mentionnez la faune sauvage à et la première chose que les personnes vont imaginer est les célèbres lémuriens. Comme beaucoup le savent, ces primates uniques ne se trouvent nulle part ailleurs et constituent le groupe de mammifères le plus menacé au monde. Mais peu de gens réalisent que le destin des lémuriens est directement lié à celui du plus grand prédateur de Madagascar, le (Cryptoprocta ferox), qui est menacée par les mêmes pressions environnementales.

Le Fossa

Les fossas sont des parents de la mangouste, de la taille d’un terrier, avec une queue aussi longue que leur corps. À l’instar d’autres grands prédateurs tels que les lions et les loups, ils jouent un rôle écologique critique en régulant les populations de leurs proies.

Comme de nombreuses espèces de la , les Fossas ne se trouvent nulle part ailleurs dans le monde. Mais les scientifiques en savent peu sur eux, y compris le nombre de Fossas. Ils sont rares, difficiles à voir dans la nature et ne présentent pas de patterns uniques qui permettent de les distinguer facilement.

J’ai travaillé avec une équipe de chercheurs des États-Unis et de Madagascar qui ont passé 7 ans à étudier la plus grande zone protégée de Madagascar, une zone de la taille du Connecticut, avec des caméras de surveillance pour déterminer le nombre de Fossas. Nous avons constaté que cette zone détient une partie importante de la population mondiale de Fossas et est probablement la dernière place forte de cette espèce unique.1 Nos recherches fournissent des informations essentielles pouvant aider à évaluer correctement le statut menacé des Fossas et à jeter les bases d’une action de conservation appropriée.2

Le plus grand carnivore de Madagascar

Les Fossas pèsent environ 10 kg et peuvent se nourrir de la plupart des autres espèces de Madagascar. Ils sont des bons chasseurs sur terre et dans les arbres, utilisant leurs queues pour s’équilibrer et tuer en mordant le crâne de leur proie. Une étude a révélé que les Fossas étaient largement responsables de la disparition de deux groupes de familles de lémuriens des forêts sur une période de deux ans.3 Les Fossas, à l’instar d’autres prédateurs supérieurs, aident à maintenir les populations de proies à un niveau que leur habitat peut supporter et à débarrasser la population d’individus malades et faibles.

Les Fossas présentent également des comportements très intéressants. Ils sont l’une des 9 espèces de mammifères dont les femelles, sexuellement immatures, traversent une période de masculinisation transitoire.4 Pendant cette phase, leurs clitoris s’agrandissent et poussent des épines pour ressembler à un pénis de Fossa masculin adulte. Les chercheurs pensent que cela aide les femelles, sexuellement immatures, à éviter les attentions agressives des mâles à la recherche de femelles avec lesquelles elles peuvent s’accoupler.

Des comportements de groupe

Dans les forêts de l’ouest de Madagascar, des scientifiques ont découvert que les Fossas mâles et femelles se rassemblaient au même endroit, année après année, pour se reproduire.5 Auparavant, on pensait que les Fossas étaient solitaires jusqu’en 2010 lorsque des chercheurs ont observé trois Fossas mâles travaillant ensemble pour tuer un lémurien.6 Depuis, des Fossas mâles se sont associées à un ou deux mâles pour chasser des proies et protéger un territoire plus vaste que les mâles solitaires.7 Et en 2015, notre étude a capturé des photos suggérant que les Fossas mâles dans les forêts tropicales de l’est seront également regroupés.

Deux fossas mâles capturées par une caméra dans le nord-est de Madagascar - Crédit : Asia Murphy

Deux fossas mâles capturés par une caméra dans le nord-est de Madagascar – Crédit : Asia Murphy

L’absence de financement et l’instabilité politique ont rendu difficile l’étude du Fossa par le gouvernement et les organisations de conservation de Madagascar. En raison de leur caractère insaisissable, il est particulièrement difficile de trouver des éléments de base tels que le nombre de Fossas dans une région. Et sans un bon nombre, les scientifiques ne peuvent pas évaluer si une espèce est menacée ou élaborer des plans pour la protéger.

Suivre le Fossa avec des caméras

Des caméras automatiques, appelées pièges photographiques, constituent un outil standard de collecte d’informations sur les espèces sauvages insaisissables dans les zones reculées. La seule chose piégée est l’image numérique de l’animal. Nos images montraient quel type d’habitat était utilisé par le Fossa, quand ils étaient actifs et comment ils coexistaient avec d’autres carnivores tels que les chiens. Les variations entre les animaux individuels telles que les cicatrices, la largeur de la queue et l’agressivité ainsi que la présence et le nombre de noeuds d’oreille, ont permis de sélectionner certaines Fossas de la population et de les suivre d’une caméra à l’autre.

Un Fossa au zoo de Houston - Crédit : Josh Henderson, CC BY-SA

Un Fossa au zoo de Houston – Crédit : Josh Henderson, CC BY-SA

L’un de nos principaux objectifs était d’évaluer le nombre de Fossas présents dans la réserve et leur proximité. La détermination de la densité est essentielle pour la conservation des espèces. Une fois que nous avons su combien de Fossas, il y avait en moyenne, dans une unité de surface telle que le kilomètre carré, nous pourrions estimer combien il y en avait dans toute la région et comparer entre les différentes zones protégées.

La valeur d’un nombre

Au cours d’une période de 7 ans, nous avons mené 15 enquêtes dans 7 sites d’étude de la réserve. Pendant des mois, nous avons installé des caméras, les avons vérifiées, téléchargé des données, puis déplacé les caméras afin d’étudier autant de zones que possible. Pendant tout ce temps, je n’ai jamais personnellement vu de Fossas, mais deux assistants de terrain locaux ont vu des Fossas dans les arbres une ou deux fois.

Viennent ensuite trois années d’analyse de photos, enregistrant les animaux qui ont des marques d’identification et la distance parcourue par les Fossas marqués au cours de leurs activités quotidiennes. Enfin, près d’une décennie après la toute première enquête à Masoala-Makira, nous avions une estimation de la population.

Flat Tail, aperçu en 2008 en tant que jeune (à gauche) et en 2013 en tant que mâle adulte (à droite). Nous avons pu suivre ce Fossa grâce à son extrémité de queue étrange et unique - Crédit : Asie Murphy & Zach Farris

Flat Tail, aperçu en 2008 en tant que jeune (à gauche) et en 2013 en tant que mâle adulte (à droite). Nous avons pu suivre ce Fossa grâce à son extrémité de queue étrange et unique – Crédit : Asie Murphy & Zach Farris

Nous avons calculé la population de Fossas à Masoala-Makira à 1 061 individus, soit environ 500 animaux. Cela donne environ 20 Fossas pour 100 kilomètres carrés. En d’autres termes, nous avions une petite ville de carnivores mangeurs de lémuriens vivant dans une région de la taille du Connecticut. Pourquoi est-ce important ‘ Parce que notre collègue Brian Gerber a réalisé une étude similaire dans le sud-est de Madagascar, avec une différence importante : il a appliqué son estimation à la superficie de toutes les forêts protégées de Madagascar. Il a estimé qu’il y avait 8 626 Fossas dans le monde entier.8

Protéger les Fossas qui restent

Seules deux zones protégées étaient suffisamment grandes pour contenir suffisamment de Fossas pour que la population puisse rester stable. Nous avons montré que Masoala-Makira est l’une de ces zones. Et comme la plus grande aire protégée de Madagascar, elle abritera des Fossas longtemps après leur disparition en raison de la chasse et de la perte d’habitat.

La prochaine priorité est d’étudier l’autre zone protégée de Madagascar suffisamment grande pour accueillir une population autonome, le complexe Zahamena-Mantadia-Vohidrazana, afin de mieux estimer la population mondiale de Fossas. Et les gouvernements locaux doivent tenter de freiner la chasse dans les zones protégées et contrôler les chiens et les chats sauvages, qui peuvent tuer des espèces indigènes et propager des maladies.

Les espèces rares et charismatiques retiennent généralement le plus d’attention en matière de conservation, notamment lors d’événements tels que la Big Cat Week de National Geographic. Mais il y a quatre fois plus de lions que de Fossas dans le monde entier. Peut-être qu’il est temps pour un Fossa Friday.

Traduction d’un article de Asia Murphy, candidat Phd à l’université de Pennsylvanie.

Sources

1.
Murphy A, Gerber BD, Farris ZJ, Karpanty S, Ratelolahy F, Kelly MJ. Making the most of sparse data to estimate density of a rare and threatened species: a case study with the fosa, a little-studied Malagasy carnivore. A. April 2018. doi:10.1111/acv.12420
2.
Cryptoprocta ferox . iucnredlist.org. http://www.iucnredlist.org/details/5760/0. Published September 21, 2018. Accessed September 21, 2018.
3.
Irwin MT, Raharison J-L, Wright PC. Spatial and temporal variability in predation on rainforest primates: do forest fragmentation and predation act synergistically? Animal Conservation. 2009;12(3):220-230. doi:10.1111/j.1469-1795.2009.00243.x
4.
Hawkins CE, Dallas JF, Fowler PA, Woodroffe R, Racey PA. Transient Masculinization in the Fossa, Cryptoprocta ferox (Carnivora, Viverridae)1. Biology of Reproduction. 2002;66(3):610-615. doi:10.1095/biolreprod66.3.610
5.
Behaviour and ecology of the fossa, Cryptoprocta ferox (Carnivora: Viverridae) in a dry deciduous forest, western Madagascar. | Request PDF. ResearchGate. https://www.researchgate.net/publication/36206939_Behaviour_and_ecology_of_the_fossa_Cryptoprocta_ferox_Carnivora_Viverridae_in_a_dry_deciduous_forest_western_Madagascar. Published February 1, 2006. Accessed September 21, 2018.
6.
Lührs M-L, Dammhahn M. An unusual case of cooperative hunting in a solitary carnivore. J. 2009;28(2):379-383. doi:10.1007/s10164-009-0190-8
7.
Lührs M-L, Dammhahn M, Kappeler P. Strength in numbers: males in a carnivore grow bigger when they associate and hunt cooperatively. Behavioral Ecology. 2012;24(1):21-28. doi:10.1093/beheco/ars150
8.
Gerber BD, Karpanty SM, Randrianantenaina J. The impact of forest logging and fragmentation on carnivore species composition, density and occupancy in Madagascar’s rainforests. O. 2012;46(03):414-422. doi:10.1017/s0030605311001116
N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (4 votes, moyenne : 4,75 sur 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *