Connaitrons-nous jamais la différence entre un loup et un chien ?

La différence entre un loup et un chien est difficile à dire. Les débats continuent encore aujourd’hui. Mais l’intégration entre le chien et l’humain est vraiment particulière.


La différence entre un loup et un chien est difficile à dire. Les débats continuent encore aujourd'hui. Mais l'intégration entre le chien et l'humain est vraiment particulier.
Une louve et son louveteau au Canada. Photo de Enn Li Photography / Getty

Le fait de vivre dans les Rocheuses canadiennes me permet d’être proche de la nature. En une heure et en dehors de la ville, je peux être dans la nature, sans téléphone portable ni autre être humain. Bien entendu, une telle nature sauvage est riche en faune, y compris un certain nombre de canidés d’Amérique du Nord tels que les coyotes et les loups.

Entre et

Bien que j’aie tendance à vivre sans compagnie humaine, j’ai un compagnon canidé, position taxonomique au sein de l’espèce Canis familiaris, mais portant également un nom propre, Yuni, qui le distingue en tant qu’individu particulier de son espèce.

Située au-dessus du 42e parallèle, la neige est abondante dans ces parties des Rocheuses et commence souvent à tomber tôt en automne. Alors que Yuni et moi-même sortons beaucoup l’été, profitant de la chaleur relative de la région, nous sommes tous les deux dans notre élément pendant l’hiver. Yuni est un lapphund finlandais, une race du nord de la Scandinavie; mes ancêtres sont situés dans le sud de la Scandinavie.

Dans la nature sauvage en hiver, je peux ressentir la beauté des paysages enneigés et je m’abreuve de signaux visuels. Les signaux de Yuni sont principalement olfactifs, même s’il réagit parfois aussi visuellement aux empreintes laissées sur le sol. Parfois, nous trouvons des empreintes de chien dans la neige et parfois, des empreintes de loup. Nous ne sommes pas face à face avec ces loups, mais nous entendons parfois leurs hurlements.

La peur du loup

La plupart des représentations culturelles communes, informant mon esprit humain, me disent que nous devrions être très méfiants, même effrayés, en présence de ces canidés sauvages. Dans les domaines de la culture humaine, les loups sont souvent évoqués comme prédateurs et agressifs. Certains habitants m’annoncent même que Yuni et moi pourrions être déchiquetés à tout moment.

Mon chien n’est certainement pas effrayé dans ces situations. Après tout, son existence n’appartient pas à la plupart des jeux du langage humain. C’est aussi une variété de chiens élevés pour l’élevage de rennes, dont le travail consiste en partie à protéger le troupeau des prédateurs.

L’évolution entre l’homme et le chien

De nombreux détails de la co-évolution homme-chien, notamment son époque et son lieu, ont fait l’objet de débats. Mais ce qui est clair, c’est que les relations entre nos espèces sont longues et richement imbriquées. La preuve moléculaire n’offre guère de clarté. Les restes physiques globaux des sites archéologiques posent également des problèmes, principalement parce que les tout premiers proto-chiens n’étaient pas très différents des loups.

En fait, la distinction la plus nette entre un loup et un chien aujourd’hui témoigne de la profondeur et de la longueur de notre coexistence, de nos interactions et parfois de notre interdépendance.

S’il est vrai que, à certains égards, le chien et le loup, ainsi que le , ne sont qu’un seul et même animal, il est également clair que l’identité (ontologiquement parlant) ne se règle pas uniquement sur le plan génétique. Nous pouvons considérer ici, par analogie, les similitudes, ou les différences, entre quelques ancêtres humains proches et notre propre espèce, , qui reste le seul parmi ces nombreux hominines ancestraux.

La survie d’Homo sapiens grâce aux proto-chiens ?

Selon les preuves biologiques contemporaines, les humains et les Néandertaliens se sont croisés à un degré tel que la plupart d’entre nous portons des fragments de Néandertal dans notre corps. La distance génétique entre ces deux espèces est très petite. Pourtant, la plupart des anthropologues de l’évolution observent de nettes différences entre les deux espèces lorsque des restes squelettiques sont découverts dans des sites paléoanthropologiques s’étendant de l’Europe à l’Eurasie.

Certains chercheurs ont même prétendu que la raison pour laquelle les humains avaient prévalu pendant la période glaciaire était due au fait que nous avions développé cette relation étroite avec les proto-chiens, contrairement aux Néandertaliens.

Lorsque nous distinguons un loup et un chien, nous devons relever le défi classique qui consiste à pouvoir régler les différences de manière significative. En effet, on ne peut pas y arriver sans engager la question du sens. Avons-nous ici essentiellement le même animal ou deux espèces et êtres bien différents, aussi différents que les humains et les Néandertaliens, par exemple (ou même davantage) ?

L’arrivée de la

L’un des défis de ces questions est qu’elles n’apportent pas de réponses scientifiques ou biologiques simples. Nous avons besoin d’autres outils dans nos cadres conceptuels. Un tel cadre conceptuel vient de la biosémiotique, une approche interdisciplinaire qui reconnaît l’importance fondamentale des molécules et d’autres marqueurs biologiques dans la formation de notre existence, mais reconnaît également qu’il n’existe aucune frontière entre biologie et philosophie, biologie et culture.

Dans l’ensemble, les biosémioticiens cherchent à donner un sens aux signes présents dans l’écologie et à suivre la manière dont ces signes servent à la fois de médiation par des relations existant entre différents organismes. Les empreintes de pattes dans la neige constituent un signe de base (indice) que je réagis visuellement à une personne. Renifler de la neige ne fait pas grand sens pour nous.

La notion d’Umwelt

Bien entendu, les signes de présence antérieure ne sont jamais visibles à eux seuls mais, selon les espèces, existent également à divers niveaux sensoriels. En conséquence, l’un des concepts clés de la biosémiotique est la notion de umwelt, ou la gamme de caractéristiques significatives présentes dans un environnement pour un animal donné.

Au sein de l’umwelt du chien, les signes olfactifs sont plus significatifs dans de nombreux contextes que les signes visuels. Flairer de la neige fonctionne assez bien pour lui alors que l’inverse tend à être le cas chez l’homme. Nous sommes des espèces distinctes à la fois en raison de notre passé évolutif (phylogénétique) et de notre développement individuel (ontogenèse).

C’est ce fait que la et l’ontogenèse jouent un rôle important dans l’évolution du mode de vie et l’existence même de tout animal qui peut rendre difficile la réflexion sur les différences. Dans le cas des chiens, nous avons la troisième dimension de la sélection ou de l’élevage artificiel, qui a entraîné de nouveaux changements dans la constitution de l’espèce.

L’évolution des loups

Lorsque certains loups ont commencé leur transition vers ce que nous reconnaissons facilement aujourd’hui comme un chien, ils ont conservé leur constitution générale physiologique et mentale. Nous avons encore des êtres qui naviguent dans leur environnement en se concentrant sur les odeurs, qui mangent un régime alimentaire carnivore et qui sont extrêmement sociaux.

La socialité des loups est une caractéristique souvent ignorée des représentations culturelles humaines. Il suffit de penser à combien de fois la notion de loup solitaire est évoquée. Cependant, les loups sont en effet extrêmement sociaux, à tel point que certains éthologues suggèrent que la socialité humaine a été renforcée par nos interactions et observations avec les loups.

Tandis que les humains observaient ces loups et les aidaient à devenir des proto-chiens, l’inverse était également le cas. Dans cette histoire co-évolutionnaire, les proto-chiens ont commencé à attirer leur attention et leur socialité fondamentale, de plus en plus à l’égard des humains qui deviendront plus tard leurs compagnons principaux dans la vie.

Le chien n’est plus le même animal que le loup…selon la perspective

À travers ce changement d’attention partagée et de socialité, beaucoup de canidés que nous connaissons si intimement aujourd’hui reniflent des choses très différentes, acquièrent leur nourriture et mènent leur socialité de manière tout à fait différente de celle du loup. En conséquence, les umwelten correspondants, les esprits mêmes en question, sont distincts les uns des autres.

La manière productive de donner un sens à cette différence ne consiste pas à se concentrer sur des absolus particuliers, bien que certains aient été suggérés par des chercheurs orientés empiriquement. Le principal défi ici réside dans le fait que les organismes diffèrent à la fois par leur évolution et par leur éducation; les individus ne sont pas les mêmes que les espèces. Une perspective biosémiotique peut offrir une description plus holistique des différences. L’Umwelte humain-chien se chevauche beaucoup plus que l’Umwelte humain-loup.

Traduction d’un article sur Aeon par Katja Pettinen, anthropologue culturelle à la Mount Royal University au Canada.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, average: 3,50 out of 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *