Cellules souches : Prolifération des cliniques douteuses aux États-Unis

Actuellement, vous pouvez trouver près de 570 sites web qui vous promettent de guérir différents troubles avec les cellules souches aux États-Unis. Malheureusement, il n’y a aucune preuve que ces traitements fonctionnent malgré le fait qu’ils soient vendus à des prix exorbitants. Il arrive que ces cliniques fassent du marketing directement au consommateur alors que les traitements à base de cellules souches restent encore très récents.


Des cliniques douteuses exploitent les cellules souches pour vendre tout et n'importe quoi

Les patients, qui souffrent de douleurs aux articulations ou aux épaules, n’ont plus besoin de partir au Mexique ou en Chine. Il y a environ 550 cliniques aux États-Unis qui proposent des interventions non prouvées à base de cellules souches. Plutôt que de promouvoir les cellules souches, on a l’impression que c’est du marketing digne d’un sirop guérit tout en vous promettant que les cellules souches vont guérir vos blessures liées au sport, l’autisme, plusieurs types de sclérose et même l’Alzheimer pendant qu’on y est. Dans des villes telles que Beverly Hills ou New York, un patient peut chercher seulement pendant 20 à 30 minutes dans la rue pour trouver de tels traitements.

Le marché des cellules souches a explosé ces dernières années, notamment pour les applications orthopédiques telles que le traitement d’une douleur des articulations ou d’autres procédures cosmétiques. Dans une publicité, un patient peut recevoir des cellules souches qui sont collectées de son propre tissu graisseux et qui est injecté dans la zone de la blessure ce qui accélérerait la guérison. Des athlètes professionnels tels que les stars de football américain Peyton Manning ou Chris Johnson ont utilisé des injections de cellules souches pour revenir en pleine forme sur le terrain.

Mais il y a un côté sombre aux promesses de ces traitements. Il y a très peu ou pas du tout de données concernant les effets positifs ou négatifs sur le long terme et aucune preuve scientifique que ces traitements fonctionnent. De nombreuses de ces thérapies à base de cellules souches ne proposent aucune guérison, mais elles pourraient augmenter considérablement le risque de complications telles que des caillots sanguins ou des réactions immunitaires dangereuses selon Paul Knoepfler, un chercheur en cellules souches de l’université de Californie. C’est ce chercheur qui a publié une nouvelle analyse sur les traitements de cellules souches dans Cell Stem Cell.

Le genre de publicité qu'on peut voir sur les cellules souches

Le genre de publicité qu’on peut voir sur les cellules souches

Un patient américain a voyagé en Chine, au Mexique et en Argentine pour des thérapies de cellules souches suivant un AVC. Le résultat est que ce patient a développé une masse considérable sur la partie inférieure de sa colonne vertébrale selon un rapport dans The New England Journal of Medicine. On lui avait injecté des cellules souches appartenant à quelqu’un d’autre. Sans une preuve claire que ces procédures sont efficaces et sans danger, alors il est nécessaire que les patients les évitent par tous les moyens. Il faut également vérifier les cellules souches qu’elles utilisent. Cependant, on a des thérapies de cellules souches pour la moelle osseuse qu’on utilise pour les traitements contre le cancer et les troubles sanguins et ce sont des procédures médicales tout à fait conformes.

Armés avec les nouvelles données sur la prolifération des cliniques de cellules souches, Knoepfler et Leigh Turner, bioéthicien de l’université du Minnesota, veulent corriger la croyance répandue que ces procédures se produisent seulement à l’étranger. Ce tourisme de cellules souches se répand de plus en plus aux États-Unis avec un patient qui peut trouver une telle clinique en quelques minutes. Ces cliniques exploitent une brèche de la FDA. La FDA autorise le traitement des cellules souches du moment que la manipulation est minimale. Ainsi, on collecte des cellules souches de la graisse et on l’injecte dans des blessures sans modifier considérablement les cellules. Mais ces cliniques ne proposent pas uniquement des traitements minimaux, mais elles le promeuvent comme une solution miracle.

La carte des cliniques de cellules souches aux Etats-Unis

La carte des cliniques de cellules souches aux Etats-Unis

À cause de cette explosion de cliniques de cellules souches, la FDA a récemment publié des directives préliminaires qui clarifieront et renforcera la régulation dans ce secteur. La FDA s’inquiète de l’espoir des patients dans les cellules souches alors que les traitements ne sont pas validés. Le risque est que des cliniques sans scrupules vendent ces traitements de cellules souches pour tout et n’importe quoi selon une déclaration de la FDA. Si ces directives préliminaires deviennent des législations, alors de nombreuses de ces cliniques seraient obligé de respecter les mêmes normes que les médicaments biologiques. Et l’intérêt public est indéniable. La FDA avait organisé une audience en avril 2016 et il y a eu des milliers de personnes qui se sont inscrites pour avoir plus d’informations. La FDA a dû reporter l’audience pour cet automne.

Ces traitements doivent être encore en phase de recherche selon Peter Rubin, un chercheur en cellules souches qui siège au département de la chirurgie plastique à l’université de Pittsburgh. Il a lancé un essai clinique pour tester l’utilisation des cellules souches pour guérir des blessures faciales sévères et des blessures aux jambes chez les soldats. Actuellement, 61 % des cliniques de cellules souches aux Etats-unis utilisent des cellules souches provenant de la graisse. Pour la procédure, la clinique va effectuer une liposuccion au patient et ensuite, elle va séparer chimiquement les cellules souches de la graisse avant de les passer sous une centrifugeuse. Enfin, elle va les injecter dans la zone de la blessure afin d’accélérer la guérison ou soulager la douleur. Le problème selon Rubin est que la graisse est un tissu structurel. Et si vous le séparez dans ses composants biologiques, alors on ignore s’il peut toujours fournir ses propriétés de rembourrage. Ce type de procédure doit passer par une législation de la FDA.

Pour avoir une idée de la propagation des cliniques de cellules souches, Knoepfler et Turner ont analysé tous les sites internet qui promouvaient les interventions à base de cellules souches. Ils ont trouvé 351 sites qui faisaient du marketing directement au consommateur. La plupart des cliniques sont concentrées en Californie, en Floride, au Texas, au Colorado, en Arizona et à New York. Mais chaque Etat possède au moins une clinique. Il y avait aussi des zones sensibles avec des villes qui avaient des dizaines de cliniques telles qu’à Beverly Hills, San Antonio, Los Angeles ou New York. Les auteurs n’ont pas pu vérifier si ces cliniques offraient vraiment les traitements promus dans leur publicité, la source de leurs cellules souches ainsi que leurs interactions avec la FDA.

Cette publicité nous dit que le traitement à base de cellules souches peut traiter l'autisme. Un piège redoutable pour des parents désespérés.

Cette publicité nous dit que le traitement à base de cellules souches peut traiter l’autisme. Un piège redoutable pour des parents désespérés.

Mais la vérification a révélé des résultats très inquiétants, car certaines publicités ciblent des conditions qui affectent des populations vulnérables incluant les enfants. 9 cliniques promeuvent des traitements de cellules souches contre l’autisme et la paralysie cérébrale et 33 promeuvent des thérapies contre la dystrophie musculaire, une maladie qui affecte particulièrement les enfants. 27 cliniques offraient même des traitements de cellules souches contre l’Alzheimer. L’abime est colossal entre la promesse de ces publicités et les réalités des traitements à base de cellules souches selon Turner. En fait, les patients, qui se font avoir par ces cliniques, sont juste des cobayes sans le savoir.

 

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de vote)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *