Quand le marketing des thérapies de cellules souches flirte avec la pseudoscience

Le potentiel des thérapies des cellules souches, notamment des cellules souches pluripotentes, est considérable dans le domaine médical. Mais des cliniques, peu scrupuleuses, utilisent un marketing agressif, sans aucune base scientifique pour promouvoir ces thérapies à tort et à travers sur internet au pour attirer des patients désespérés.


Le potentiel des thérapies des cellules souches, notamment des cellules souches pluripotentes, est considérable dans le domaine médical. Mais des cliniques, peu scrupuleuses, utilisent un marketing agressif, sans aucune base scientifique pour promouvoir ces thérapies à tort et à travers sur internet au risque d'attirer des patients désespérés.
Crédit : LEWIS HOUGHTON/SCIENCE PHOTO LIBRARY

En 2014, Kim Kardashian avait vanté les régimes à base de cellules souches pour soigner son visage.1 La beauté du traitement a été promue sur les réseaux sociaux avec la prétention que cette thérapie de cellules souches permettait de rajeunir le visage et les médias ont surnommé cette thérapie comme le lifting du vampire puisqu’il parait qu’on ne peut pas vieillir comme un vampire grâce aux cellules souches. Cette semaine, un éditorial du Lancet revient sur le marketing mensonger de la thérapie des cellules souches en exploitant des lacunes de législation qui permettent à des cliniques, notamment en Inde, en Chine et aux États-Unis de promouvoir des traitements à base de cellules souches qui relèvent plus de la pseudoscience dans l’état actuel des connaissances.2

Le potentiel des thérapies de cellules souches

Kim Kardashian avait publié cette photo montrant une thérapie de cellules souches pour améliorer son visage. Sauf qu'on avait simplement tripaturé son propre sang pour le plaquer sur son visage... Son praticien a réussi à lui vendre un masque sanguin en le faisant passer pour une thérapie de cellules souches - Crédit : ipscell.com

Kim Kardashian avait publié cette photo montrant une thérapie de cellules souches pour améliorer son visage. Sauf qu’on avait simplement tripaturé son propre sang pour le plaquer sur son visage… Son praticien a réussi à lui vendre un masque sanguin en le faisant passer pour une thérapie de cellules souches – Crédit : ipscell.com

Si ce n’est pas une star comme Kardashian, alors ça va être un sportif qui va dire à ses fans de réseaux sociaux et les média que sa blessure sera guérie plus rapidement grâce aux cellules souches.3 Mais derrière ces déclarations fracassantes, qui n’ont aucune base scientifique, il y a un vrai marché de cliniques douteuses de thérapies de cellules souches qui prolifère en mettant en danger les patients et en promettant une guérison qui ne viendra jamais.

Ce ne sont pas seulement quelques cliniques qui sont concernées par ces escroqueries. Ce sont des centaines de cliniques dans le monde entier, principalement en Inde et en Chine qui prétend vous rajeunir votre visage, accélérer la cicatrisation de vos blessures, soigner vos douleurs lombaires et même guérir votre sclérose en plaques. Une thérapie de cellules souches peut couter jusqu’à 100 000 dollars par patient ce qui en fait un marché très lucratif et très porteur.

Un vide juridique aux États-Unis

En Inde et en Chine, les régulations et leur renforcement sont lacunaires ce qui explique l’augmentation de centres de soin et de cliniques. En Europe, la thérapie des cellules souches est régulée de la même manière qu’un médicament ce qui réduit considérablement les risques d’abus et de publicité mensongère. Mais aux États-Unis, il existe un vide juridique de la FDA qui estime que si une clinique utilise des cellules autologues, alors elle n’a pas besoin d’avoir l’autorisation de la FDA. Une cellule autologue est une cellule qui appartient à la personne qui reçoit la thérapie (ce sont ses propres cellules qu’on injecte dans son corps) et c’est exactement la définition de la thérapie des cellules souches.

Le genre de publicité des cliniques vantant la thérapie des cellules souches

Le genre de publicité des cliniques vantant la thérapie des cellules souches

Cela permet à des cliniques américaines de prélever du tissu adipeux (de la graisse) chez les patients, d’en faire des cellules souches pluripotentes et de les injecter de nouveau. Les patients, qui font appel à ces thérapies, peuvent souffrir de la Maladie de Parkison ou la maladie pulmonaire obstructive chronique. Heureusement, la FDA comprend désormais le problème et elle a sanctionné une clinique qui pratiquait cette thérapie en envoyant un message fort en disant que la récréation lucrative est terminée.

La thérapie des cellules couches promue comme une « balle magique »

Même si la thérapie des cellules souches est fortement régulée en Europe, il y a une clause d’exception pour le dernier recours. Dans le cas où un patient n’a plus aucun choix de traitement, alors il peut passer par une thérapie de cellules souches en passant devant un comité scientifique. Cette clause se fait cas par cas et on peut lui assigner un niveau de confiance raisonnable. Cependant, des cliniques, en dehors de l’Europe, peuvent prétendre qu’elles respectent également cette clause, alors que ce n’est pas le cas, pour vendre leur thérapie à des patients. Le principal problème de ces cliniques est qu’elles promeuvent la thérapie des cellules souches comme une « balle magique ». On vous prélève des cellules de votre peau ou de votre graisse, on en fait des cellules souches et on les injecte dans votre corps en espérant qu’elles trouveront les zones endommagées par magie pour les réparer. Malheureusement, cette thérapie n’atteindra jamais ce niveau de magie même si elle est prometteuse.

Une publicité indienne vous promettant de soigner la perte de vos cheveux via les cellules souches

Une publicité indienne vous promettant de soigner la perte de vos cheveux via les cellules souches

Cependant, les partisans des cellules souches avertissent que des régulations trop fortes vont freiner les recherches. C’est pourquoi, il faut trouver un équilibre pour booster la recherche, en respectant toutes les régulations et sanctionner les cliniques qui font n’importe quoi.

Le danger du marketing direct

Paul Knoepfler est l’une des références sur les dérives des thérapies de cellules souches. Il possède un blog, The Niche, où il publie régulièrement les dernières régulations de la FDA ou pour se moquer gentiment des stars qui disent n’importe quoi sur la magie des cellules souches.4 Ce chercheur et d’autres spécialistes de cellules souches estiment que le vrai problème vient du marketing direct sur internet.5 La plupart des gens entendent parler de la thérapie des cellules souches sur les réseaux sociaux ou directement sur les sites des cliniques. Attirés par les promesses merveilleuses, ils ne s’informent pas assez auprès des organes de régulation et ils se font avoir par les boniments de certains praticiens. Depuis quelques années, on a également l’émergence de ce qu’on appelle le tourisme des cellules souches.6

La thérapie par cellules souches pour soigner l'autisme ? Ben voyons !: Et pour traiter l'escroquerie, ça marche aussi ?

La pour soigner l’autisme ? Ben voyons ! Et pour traiter l’escroquerie, ça marche aussi ?

Comme les voyages médicaux, ce tourisme de cellules souches implique que les patients voyagent en Amérique latine, en Chine, aux Caraibes pour trouver des praticiens peu scrupuleux. On a mentionné le cout du traitement et on estime que cette tendance va augmenter dans les prochaines années si on n’adopte pas des normes standards internationales sur la thérapie. Mais comme chaque institut de régulation possède sa propre définition de ces standards, cela va être assez compliqué de s’asseoir autour d’une table pour s’entendre sur des normes acceptées à l’unanimité.

Comprendre les risques en comprenant la thérapie des cellules souches

Les cellules souches sont un domaine complexe, mais on vous fait un petit résumé. Les cellules souches sont les briques élémentaires de notre organisme. Elles peuvent former des organes en étant spécialisées. On a les cellules souches adultes d’une région particulière qui ne peuvent devenir que des cellules souches de cette région. Par exemple, des cellules souches adultes de la peau peuvent former uniquement des cellules souches de la peau.

Ensuite, on a les cellules embryonnaires qu’on peut prélever dans un embryon âgé de quelques jours. L’éthique de certains mouvements concerne principalement les cellules souches embryonnaires, car les détracteurs estiment que ces cellules peuvent former un individu et donc, c’est contre l’éthique. Les cellules souches embryonnaires peuvent former n’importe quelle cellule du corps. Jusqu’en 2006, on ne pouvait pas imaginer que des cellules souches adultes peuvent devenir des équivalents des cellules souches embryonnaires. Pourtant, c’est ce qu’a réussi Shinya Yamanaka en utilisant l’expression génique de la . Après plusieurs expériences, les chercheurs ont réussi à créer ce qu’on appelle les cellules souches pluripotentes induites. Ce sont des cellules souches adultes « reprogrammées » qui possèdent des propriétés similaires aux cellules souches embryonnaires. Elles peuvent se diviser et former théoriquement n’importe quelle cellule. Le potentiel médical venait de naitre et on estime que ces cellules souches pluripotentes sont la plus grande découverte en biologie moléculaire. L’un des principaux avantages est qu’il n’y a aucune objection éthique puisqu’on n’a plus besoin d’utiliser des embryons pour obtenir des cellules qui ont une puissance thérapeutique incomparable… sauf que.

Sauf que

Parce qu’il y a toujours un Sauf que. Quelques papiers incluant un par Knoepfler ont montré que les cellules souches pluripotentes avaient des similarités avec des cellules tumorales.7 On peut dire que c’était une douche froide. Des cellules souches, ayant le potentiel de révolutionner de nombreux domaines, pouvaient favoriser le risque de cancer, sauf que…. Les expériences ont montré que si la reprogrammation des cellules est minutieuse, alors le risque de cancer est largement diminué. Malheureusement, les cliniques douteuses sont loin de respecter ces pratiques. Notons qu’aujourd’hui, il existe des essais cliniques tout à fait légitimes sur les thérapies de cellules souches, mais elles sont encore expérimentales et il faudra des années pour qu’elles démontrent leur efficacité au niveau clinique.

Des cellules souches anti-vieillesse. Dès qu'on parle d'arnaque, vous pouvez être sûr que les cosmétiques sont dans le coup

Des cellules souches anti-vieillesse. Dès qu’on parle d’arnaque, vous pouvez être sûr que les cosmétiques sont dans le coup

On a déjà des cas, assez négatifs, de personnes qui ont suivi des thérapies de cellules souches non homologuées. Ainsi, on a Jim Gass, qui avait souffert d’un AVC en 2009 et qui était parti en Argentine pour subir une thérapie de cellules souches (dans son cas, on avait utilisé des cellules souches provenant de tissu foetal). Les choses se sont légèrement mal passées, car on a découvert une sorte de masse fibreuse qui se développait dans sa colonne vertébrale qui ressemblait à un gliome malin, mais qui était trop particulier pour le classer comme un cancer.8 9 Et en mars 2017, on rapportait le cas de 3 femmes, qui souffraient de dégénérescence maculaire, qui sont devenus aveugles à cause d’une thérapie de cellules souches non conformes. Concernant le risque sur le cancer, il est assez limité, mais des chercheurs comme Knoepfler estiment que c’est un risque suffisant pour utiliser des législations strictes.

Un besoin d’informer le public et des législations plus strictes

Toutefois, on revient avec le même problème des législations internationales. Jim Gass est parti en Argentine parce qu’il savait qu’il ne pourrait pas le faire aux USA ou en Europe. Même si on adopte des lois strictes, le manque de normalisation internationale permettra à des pays d’exploiter le tourisme de cellules souches avec les risques que cela encourt. Pour remédier à ces problèmes, il faut des initiatives pour informer les patients sur la réalité scientifique des cellules souches, mais également des organismes nationaux qui sanctionnent sévèrement les cliniques douteuses sinon le potentiel considérable de ces thérapies sera plombé par de l’escroquerie pure et simple en sapant davantage la confiance du public.

1.
Kim Kardashian vampire facelift: stem cells in there? – The Niche. The Niche. https://ipscell.com/2013/05/kim-kardashian-vampire-facelifts-stem-cells-in-there/. Published 4 mai 2013. Consulté le octobre 20, 2017.
2.
Mohammadi D. The dangers of unregulated stem-cell marketing. The Lancet. 2017;390(10105):1823-1824. doi: 10.1016/s0140-6736(17)32358-9 [Source]
3.
Stem Cell Treatment: Out from the Shadows, Onto the Cutting Edge. SI.com. https://www.si.com/2014/07/30/stem-cell-treatment-nfl-sports-medicine. Consulté le octobre 20, 2017.
4.
The Niche – Knoepfler lab stem cell blog. The Niche. https://ipscell.com/. Consulté le octobre 20, 2017.
5.
The rise of unproven stem cell therapies turned this obscure scientist into an industry watchdog. Science | AAAS. http://www.sciencemag.org/news/2017/08/rise-unproven-stem-cell-therapies-turned-obscure-scientist-industry-watchdog. Published 2 août 2017. Consulté le octobre 20, 2017.
6.
Stem cell tourism. hsci.harvard.edu. https://hsci.harvard.edu/stem-cell-tourism. Consulté le octobre 20, 2017.
7.
Riggs J, Barrilleaux B, Varlakhanova N, Bush K, Chan V, Knoepfler P. Induced pluripotency and oncogenic transformation are related processes. Stem Cells Dev. 2013;22(1):37-50. [PubMed]
8.
Regalado A. Hope turns to sticky mass in the spine of a stem cell tourist. MIT Technology Review. https://www.technologyreview.com/s/601765/stem-cell-tourist-ends-up-with-sticky-mass-in-his-spine/. Consulté le octobre 20, 2017.
9.
Berkowitz AL, Miller MB, Mir SA, et al. Glioproliferative Lesion of the Spinal Cord as a Complication of « Stem-Cell Tourism ». New England Journal of Medicine. 2016;375(2):196-198. doi: 10.1056/nejmc1600188

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, average: 4,50 out of 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *