Les oiseaux mangent du plastique à cause de l’odeur

De nombreux oiseaux mangent du plastique qui pollue les océans. Et les chercheurs suggèrent que c’est principalement lié à l’odeur qui confond le plastique et la nourriture habituelle des oiseaux.


De nombreux oiseaux mangent du plastique qui pollue les océans. Et les chercheurs suggèrent que c'est principalement lié à l'odeur qui confond le plastique et la nourriture habituelle des oiseaux.
Crédit : J.J. Harrison

On sait que de nombreux mangent du , mais on ignorait la raison de ce comportement. Une nouvelle étude suggère que le dans les océans émet une odeur d’un composant sulfureux que certains de mer utilisent depuis des milliers d’années pour localiser la nourriture. Cet avantage olfactif est désormais un inconvénient puisque ces confondent le plastique marin avec la nourriture. L’étude publiée dans la revue Science Advances explique pourquoi l’ingestion de plastique est plus importante chez certaines espèces d’oiseaux.1 Certains oiseaux comme les pétrels et les albatros ont un sens de l’odorat très développé qui les aide à chasser. Et ce sont également les oiseaux les plus touchés par la consommation du plastique.

Le point de vue des oiseaux

Il est important de considérer le point de vue de l’organisme sur un tel sujet selon Matthew Savoca, principal auteur de l’étude. Les animaux ont toujours une raison pour justifier leurs décisions. Si nous voulons comprendre pourquoi les animaux mangent du , alors nous devons réfléchir à la manière dont ils trouvent la nourriture.

Le parfum des déchets de plastique

Pour connaitre l’odeur exacte du plastique marin, les scientifiques ont mis des billes des 3 plastiques les plus fréquents dans les océans, le polyéthylène à haute densité, celui à faible densité et le poly-propylène dans l’océan de Monterey Bay et de Bodega Bay dans la cote californienne. Pour éviter d’aggraver le problème du plastique marin, les scientifiques ont placé ces billes dans des sacs qu’ils ont attachés à des balises avant de les récupérer 3 semaines plus tard.

Ensuite, ils ont amené ces sacs à un institut qui s’occupe rarement de déchets. Le Robert Mondavi Institute for Wine and Food Science s’occupe davantage de la chimie des parfums dans les vins plutôt que les ordures. En utilisant un analyseur chimique, l’équipe a confirmé que le plastique produit un composant sulfureux connu comme le sulfure de diméthyle (DMS). Cette substance est un signal chimique produit par les algues qui enveloppe le plastique qui flotte dans les océans.

Nevitt qui est un co-auteur de cette étude avait établi précédemment que le DMS est un parfum qui déclenche la chasse chez certains oiseaux de mer. 2 Le DMS est émis lorsque l’algue est mangée par des animaux comme le krill qui sont l’un des aliments préférés des oiseaux. Donc, l’algue ne sent pas comme de la nourriture, mais comme un aliment qui a été consommé et cela déclenche la cloche du diner chez les oiseaux. L’étude remarque que les oiseaux, qui se basent sur le DMS pour chasser leur nourriture, sont également les plus enclins à manger du plastique. Cette étude montre que les espèces, qui ne sont pas suffisamment étudiées, sont les plus vulnérables à l’ingestion du plastique selon Nevitt. Et ces espèces vivent dans des niches souterraines qu’il est difficile d’étudier.

Sources

1.
Savoca MS, Wohlfeil ME, Ebeler SE, Nevitt GA. Marine plastic debris emits a keystone infochemical for olfactory foraging seabirds. Science Advances. 2016;2(11). http://advances.sciencemag.org/content/2/11/e1600395.abstract.
2.
Nevitt GA, Veit RR, Kareiva P. Dimethyl sulphide as a foraging cue for Antarctic Procellariiform seabirds. Nature. 1995;376(6542):680-682. doi: 10.1038/376680ao
N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *