Comment les corbeaux fabriquent-ils leurs crochets ?

Une recherche révèle la manière dont les corbeaux néo-calédoniens fabriquent leurs crochets. Ce sont les seuls animaux qui peuvent fabriquer ce type d’outil aussi sophistiqué et on peut dire qu’ils le font de la même manière qu’un artisan humain.


Une recherche révèle la manière dont les corbeaux néo-calédoniens fabriquent leurs crochets. Ce sont les seuls animaux qui peuvent fabriquer ce type d'outil aussi sophistiqué et on peut dire qu'ils le font de la même manière qu'un artisan humain.
Crédit : James St Clair

Les biologistes de l’université de St Andrews ont découvert comment les corbeaux néo-calédoniens fabriquent l’un de leurs outils les plus sophistiqués qui sont des bâtons avec une pointe crochue, soit des formes de crochet. Les corbeaux néo-calédoniens sont les seules espèces connues pour fabriquer des outils à crochets dans la nature. Ces oiseaux produisent ces outils remarquables à partir des branches latérales de certaines plantes en fabriquant avec soin un crochet semblable à celui qu’on peut utiliser pour attraper des proies d’insectes.

Le crochet est l’un des outils les plus sophistiqués

L’étude, publiée dans Current Biology, révèle comment les corbeaux parviennent à façonner des outils particulièrement efficaces avec des crochets profonds bien définis.1 Le crochet est largement considéré comme l’une des innovations les plus importantes de l’humanité. Un remodelage habile en utilisant un morceau de matière première inutile devient un outil puissant. Même si nos ancêtres ont commencé à fabriquer des outils en pierre il y a plus de 3 millions d’années, les crochets sont une avancée étonnamment récente, car les crochets les plus anciens datent seulement de 23 000 ans.

Une recherche révèle la manière dont les corbeaux néo-calédoniens fabriquent leurs crochets. Ce sont les seuls animaux qui peuvent fabriquer ce type d'outil aussi sophistiqué et on peut dire qu'ils le font de la même manière qu'un artisan humain.

Crédit : James St Clair

Le professeur Christian Rutz, de l’École de , a mené des recherches sur les corbeaux néo-calédoniens pendant plus d’une décennie. Son équipe a récemment remarqué que les outils à crochets des corbeaux varient considérablement en taille et en forme. Même si certains outils présentent seulement une petite extension au bout, d’autres ont des crochets immaculés.

Le professeur Rutz explique : Nous soupçonnions que les outils avec des crochets prononcés étaient plus efficaces et nous avons pu le confirmer lors d’expériences contrôlées avec des corbeaux capturés dans la nature. Plus le crochet était profond et plus les oiseaux pouvaient rapidement attraper leurs proies.

La matière première et la compétence, les critères pour fabriquer de bons crochets

Cette découverte a soulevé la question intrigante de ce qu’il faut pour faire des crochets aussi performants. Les chercheurs ont commencé à planifier leur étude en imaginant comment les humains pourraient aborder une tâche comparable. Quand un artisan découpe un outil à partir d’un morceau de bois, il vérifie 2 aspects fondamentaux. Une bonne matière première et de bonnes compétences selon le professeur Rutz.

Les chercheurs ont constaté que la même chose s’applique apparemment aux corbeaux néo-calédoniens. Les chercheurs ont découvert que la profondeur du crochet était influencée à la fois par les propriétés du matériel végétal et par la technique utilisée par les corbeaux pour détacher les branches. Quand les oiseaux faisaient des coupes contrôlées avec leurs becs pointus, alors les crochets, qui en résultaient, étaient significativement plus profonds que lorsqu’ils utilisaient une méthode alternative consistant simplement à retirer les branches. Une coupe soigneuse peut laisser plus de bois à l’extrémité du bâton à partir duquel on peut ensuite sculpter le crochet.

Un crochet très performant n’est pas toujours la meilleure solution

Étonnamment, les corbeaux adultes, qui devraient avoir une expérience considérable en matière de fabrication d’outils, ne produisaient pas les crochets les plus profonds et ils utilisaient régulièrement la technique de fabrication rapide et peu performante. Le professeur Rutz note que la fabrication des crochets très profonds n’est peut-être pas la meilleure stratégie dans la nature. Il faut probablement plus de temps et d’efforts pour fabriquer de tels outils et les oiseaux expérimentés peuvent essayer d’éviter ces coûts, car les crochets peuvent se casser plus facilement lorsqu’on les insère dans des trous étroits et des crevasses.

Une recherche révèle la manière dont les corbeaux néo-calédoniens fabriquent leurs crochets. Ce sont les seuls animaux qui peuvent fabriquer ce type d'outil aussi sophistiqué et on peut dire qu'ils le font de la même manière qu'un artisan humain.

Crédit : James St Clair

Le professeur Christophe Boesch, expert mondial des chimpanzés et directeur de l’Institut Max Planck d’anthropologie évolutionniste à Leipzig, en Allemagne, commente : Nous avons récemment découvert que les chimpanzés utilisent couramment des tiges avec des crochets naturels pour pêcher les algues, mais ils ne les fabriquent pas. Les corbeaux peuvent remodeler les plantes avec leurs becs pointus, qui agissent comme des pinces de précision, mais ce serait très difficile pour les chimpanzés avec leurs gros doigts.

La présente étude est la première à examiner chez un animal non humain les facteurs qui déterminent la morphologie des outils fabriqués et par conséquent, leur efficacité de recherche de nourriture. Les paléoanthropologues tentent de comprendre comment nos ancêtres ont produit des formes d’outils relativement complexes à partir de matières premières de base telles que le bois, les os ou les coquillages, mais ils sont confrontés à l’obstacle qu’on ne peut pas observer directement le processus de fabrication. Le néo-calédonien, avec sa capacité remarquable de façonner des outils à crochets à partir de plantes, offre une fenêtre fascinante sur le passé évolutionnaire des humains.

Sources

1.
Causes and consequences of tool shape variation in New Caledonian crows. Current Biology. https://doi.org/10.1016/j.cub.2017.11.028.
N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *