Les oiseaux peuvent catégoriser les couleurs

Avec des expériences sur un oiseau, appelé Diamant mandarin, les chercheurs démontrent que les oiseaux sont capables de catégoriser certaines couleurs comme les humains.


Avec des expériences sur un oiseau, appelé Diamant mandarin, les chercheurs démontrent que les oiseaux sont capables de catégoriser certaines couleurs comme les humains.
Crédit : Ryan Huang, TerraCommunications LLC

Pour un petit oiseau à bec rouge appelé le diamant mandarin, le sex-appeal est codé par couleur. Les mâles ont des becs allant de l’orange clair au rouge foncé. Mais du point de vue de la femelle, cette couleur peut déterminer l’attractivité ou non pour le mâle.1

La perception du rouge vers l’orange

En raison d’un phénomène appelé perception catégorique, les diamants mandarins divisent la gamme de teintes du rouge à l’orange en deux catégories distinctes, tout comme les humains selon des chercheurs dans un papier dans la revue Nature. La découverte provient d’une expérience de l’Université Duke qui a testé la capacité des oiseaux à déterminer la différence ou non des couleurs.

En utilisant différentes combinaisons par paires de 8 teintes représentant la gamme des couleurs de bec mâles, les chercheurs ont montré à 26 femelles un ensemble de disques de papier d’un quart de taille, certains à deux tons et d’autres à couleur unie. Les oiseaux apprenaient qu’à chaque fois qu’ils retournaient un disque bicolore avec leur bec, ils trouvaient des graines de mil caché en dessous. S’ils retournaient un disque de couleur unique, ils n’avaient rien. Le fait de choisir un disque particulier avant les autres était un signe qu’un oiseau a perçu qu’il avait deux couleurs plutôt qu’une.

La perception catégorique

Certains essais impliquaient des paires de couleurs plus rapprochées sur le spectre des couleurs tandis que d’autres concernaient des paires plus éloignées. Les femelles n’ont eu aucune difficulté à distinguer les paires les plus dissemblables. Ce qui était intéressant est comment elles ont traité les différentes teintes. Les résultats suggèrent l’action d’un effet de seuil, une limite perceptive forte où l’orange devient rouge.

Les oiseaux étaient plus performants pour distinguer deux couleurs des côtés opposés de la frontière que les paires du même côté même si toutes les paires étaient également éloignées sur le spectre de la couleur. Des recherches antérieures avaient montré que les femelles du diamant mandarin préfèrent les mâles à bec rouge par rapport aux becs orange, car le rouge est en corrélation avec une bonne santé.

Cette étude n’a pas testé si les oiseaux préféraient certaines teintes de disque par rapport aux autres selon Patrick Green, associé postdoctoral de Duke et co-auteur de l’étude. Mais les résultats ont mis en lumière ce qui pourrait se passer quand une femelle regarde un partenaire potentiel selon Green. Si les oiseaux mettent toutes les nuances d’un côté d’un certain seuil de rougeur dans la même catégorie, alors au moins en ce qui concerne la couleur du bec, les femelles peuvent difficilement déterminer si le partenaire est “parfait” ou “fera l’affaire”.

Une interprétation des couleurs par le cerveau

Les chercheurs ignorent encore si le seuil entre ce que les humains perçoivent comme orange et rouge est le même pour les oiseaux. Mais les résultats soutiennent l’idée que de telles étiquettes de couleur ont des racines biologiques profondes et ne sont pas simplement des divisions arbitraires façonnées par la culture humaine ou le langage. La perception catégorique des couleurs chez les diamants mandarins n’est probablement pas le résultat d’une variation dans la façon dont les cellules sensibles à la lumière dans les yeux des oiseaux distinguent différentes longueurs d’onde selon les chercheurs.

Nous ne voyons pas toujours par rapport à ce qui atteint notre rétine selon Eleanor Caves, associée postdoctorale de Duke. Les signaux de la rétine sont transmis au cerveau pour être décodés. Nous prenons ce flux d’informations et notre cerveau crée une réalité qui n’est pas réelle selon Nowicki. La perception catégorique peut être un raccourci cognitif qui aide les animaux à prendre des décisions difficiles face à des informations parasitaires, limitées ou ambiguës selon M. Nowicki.

La perception catégorique, ce que nous montrons dans les diamants mandarins, est peut-être une stratégie utilisée par le cerveau pour réduire cette ambiguïté selon Caves. Les catégories permettent de réduire l’interprétation précise d’un stimulus pour se concentrer sur la catégorie de ce stimulus.

Sources

1.
Categorical Perception of Colour Signals in a Songbird. Nature. 10.1038/s41586-018-0377-7″ target=”_blank” rel=”noopener noreferrer”>http://dx.doi.org/10.1038/s41586-018-0377-7. Published August 1, 2018. Accessed August 1, 2018.
N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne : 4,50 sur 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *