Les cerveaux des élèves se synchronisent dans une classe

Les chercheurs estiment que les cerveaux des élèves dans une salle de classe se synchronisent si la concentration est optimale.


Les chercheurs estiment que les cerveaux des élèves dans une salle de classe se synchronisent si la concentration est optimale.

 

 

Quand les personnes d’un groupe sont plus concentrées les uns avec les autres et avec le monde qui les entoure, alors leurs ondes cérébrales présentent des modèles remarquablement similaires. C’est la conclusion de chercheurs qui ont utilisé une électroencéphalographie (EEG) portable pour enregistrer simultanément l’activité cérébrale d’une classe d’élèves du secondaire au cours d’un semestre complet pendant qu’ils étudiaient normalement en classe. Les résultats publiés dans Current Biology soulignent le potentiel des neurosciences concernant les interactions de groupe dans des contextes réels.

Nous avons constaté que les ondes cérébrales des étudiants étaient plus en phase avec les autres lorsqu’elles étaient plus concentré pendant la classe selon Suzanne Dikker de l’Université de New York et co-responsable de l’étude. La synchronisation de à a également reflété le nombre d’étudiants qui appréciaient leur enseignant et leur classe en général. La synchronisation du cerveau a également été affectée par l’interaction sociale en face à face et les personnalités des étudiants. Nous pensons que tous ces effets peuvent être expliqués par des mécanismes de concentration partagés qui se produisent pendant les interactions dynamiques de groupes.

Les chercheurs, dirigés par David Poeppel de l’Université de New York et l’Institut Max Planck, ont utilisé un EEG portatif pour enregistrer simultanément l’activité cérébrale des élèves. Les chercheurs Lu Wan et Mingzhou Ding de l’Université de Floride ont ensuite utilisé de nouvelles techniques d’analyse pour évaluer dans quelle mesure cette activité cérébrale était synchronisée entre les étudiants et la manière dont le niveau de synchronisation variait selon la concentration pendant la classe et la dynamique sociale.

Les chercheurs pensent que le niveau de synchronisation provient d’un phénomène qu’on connait comme la . Vos ondes cérébrales se chevauchent avec les ondes sonores ou les patterns de lumière du monde extérieur. Et plus vous vous concentrez sur ces modèles temporels et plus votre cerveau va se verrouiller sur ces modèles selon Dikker. Donc, si vous et les personnes qui vous entourent êtes plus concentrés, alors vos ondes cérébrales seront plus similaires parce qu’elles se verrouillent sur la même information.

La est également nécessaire pour un comportement synchronisé lors de l’interaction humaine. Par exemple, une synchronisation est requise pour 2 personnes ou plus pour avoir une bonne conversation, pour marcher dans la rue, pour danser ou porter un meuble très lourd. Les résultats suggèrent que la dynamique sociale est importante même lorsque les personnes regardent la même vidéo ou assistent à une conférence.

Ces chercheurs envisagent désormais des projets à grande échelle dans lesquels ils pourront enregistrer l’activité cérébrale et d’autres données biométriques sur 45 personnes en même temps dans un auditorium. Ils espèrent répondre à des questions telles que : Quelles sont les conditions optimales pour qu’un public puisse bien apprécier un spectacle ou un film ? Existe-t-il une taille idéale pour un groupe ? Est-ce que l’interaction conjointe, avant une performance ou une tâche, améliore l’expérience ? Comment l’audience peut-elle affecter celui qui se produit sur scène ?

La vidéo de cette salle de classe avec l’enregistrement de l’activité cérébrale :

 

Source : Current Biology (http://dx.doi.org/10.1016/j.cub.2017.04.002)

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *