Identification d’une zone du cerveau chez les patients atteints de schizophrénie qui « entendent des voix »

Dans un essai contrôlé, les chercheurs rapportent l’identification d’une zone du cerveau associé au symptôme « d’entendre des voix » dans la schizophrénie ainsi qu’un possible traitement en utilisant la stimulation magnétique transcrânienne. Mais le chemin est long avant qu’on puisse déterminer si c’est le meilleur traitement pour réduire ce symptôme.


Dans un essai contrôlé, les chercheurs rapportent l'identification d'une zone du cerveau associé au symptôme "d'entendre des voix" dans la schizophrénie ainsi qu'un possible traitement en utilisant la stimulation magnétique transcrânienne. Mais le chemin est long avant qu'on puisse déterminer si c'est le meilleur traitement pour réduire ce symptôme.
Crédit : Université de Caen

Pour la première fois, les scientifiques ont précisément identifié et ciblé une zone du qui est impliquée chez les personnes atteintes de schizophrénie qui entendent des voix. Ils ont pu montrer dans un essai contrôlé que le ciblage de cette zone avec des impulsions magnétiques peut améliorer l’état chez certains patients. Ce premier travail clinique est présenté lors de la conférence ECNP à Paris avec une publication qui est prévue dans le Bulletin.

C’est le premier essai contrôlé pour déterminer précisément une zone du cerveau anatomiquement définie où les impulsions magnétiques à haute fréquence peuvent améliorer l’audition des voix chez les schizophrènes selon la Professeur Sonia Dollfus de l’Université de Caen.

La est un problème de à long terme. Les personnes atteintes de schizophrénie subissent une variété de symptômes qui peuvent inclure des illusions, des pensées confuses et des hallucinations. L’un des symptômes les plus connus est le fait d’entendre des voix qu’on connait également comme une auditive verbale (HAV) qui touche environ 70 % des personnes souffrant de schizophrénie à un moment donné. Ces voix peuvent être « entendues » comme ayant une variété de caractéristiques différentes. Ainsi, ces voix peuvent être internes ou externes, amicales ou menaçantes et elles peuvent être présentes de façon occasionnelle ou non.

La stimulation magnétique transcrânienne (TMS) a été suggérée comme un moyen possible de traiter l’audition des voix dans la schizophrénie. La TMS utilise des impulsions magnétiques dans le cerveau et elle s’est révélée efficace dans plusieurs conditions psychiatriques. Cependant, il existait un manque d’essais contrôlés pour démontrer que la TMS fonctionne efficacement avec les personnes souffrant d’HAV.

Dans un essai contrôlé, les chercheurs rapportent l'identification d'une zone du cerveau associé au symptôme "d'entendre des voix" dans la schizophrénie ainsi qu'un possible traitement en utilisant la stimulation magnétique transcrânienne. Mais le chemin est long avant qu'on puisse déterminer si c'est le meilleur traitement pour réduire ce symptôme.

Crédit : Université de Caen

L’équipe de recherche française a travaillé avec 26 patients qui ont reçu un traitement TMS actif et 33 patients comme un groupe témoin qui a reçu un traitement par placebo. Les chercheurs ont interrogé les patients en utilisant un protocole standard qui est l’échelle d’évaluation des hallucinations auditives pour déterminer les caractéristiques des voix qu’ils entendaient. Les patients traités ont reçu une série d’impulsions magnétiques à haute fréquence de 20 Hz sur 2 séances par jour pendant 2 jours. En utilisant l’ (IRM), les impulsions ont été ciblées sur une zone cérébrale spécifique dans le lobe temporal qui est associée à la langue (la zone exacte est le croisement de la projection de la branche ascendante du sillon latéral gauche et le sillon temporel supérieur gauche).

Après 2 semaines, les patients ont été réévalués. Les chercheurs ont constaté que 34,6 % des patients traités par la TMS ont montré une réponse significative alors que seuls 9,1 % des patients du groupe témoin ont réagi (Une réponse significative était définie comme une diminution de plus de 30 % de l’échelle d’évaluation des hallucinations auditives).

C'est une stimulation magnétique (appareil bleu) qu'on applique sur une zone localisée du cerveau en temps réel avec l'IRM du patient - Crédit : Université de Caen

C’est une stimulation magnétique (appareil bleu) qu’on applique sur une zone localisée du cerveau en temps réel avec l’IRM du patient – Crédit : Université de Caen

La professeure Sonia Dollfus a déclaré : Les hallucinations verbales auditives ou les voix auditives peuvent être un symptôme perturbateur de la schizophrénie tant pour les patients que chez ceux qui sont proches des personnes atteintes. Il s’agit du premier essai contrôlé qui montre une amélioration de ces patients en ciblant une zone spécifique du cerveau en utilisant la TMS à haute fréquence. Cela signifie deux choses : D’une part, il semble que nous pouvons désormais dire avec certitude que nous avons découvert une zone anatomique spécifique du cerveau associée à des hallucinations verbales auditives dans la schizophrénie. Deuxièmement, nous avons montré que le traitement avec la TMS à haute fréquence fait une différence chez certaines personnes souffrant de schizophrénie même si le chemin est long pour déterminer si TMS est le meilleur traitement sur le long terme.

Dans un commentaire, le professeur Andreas Meyer-Lindenberg de Central Institute of Mental Health, Mannheim et membre du comité exécutif de la ECNP, a déclaré : Ces travaux s’appuient sur des études antérieures qui ont montré un rôle critique de l’activité excessive des sous-régions du lobe temporal dans la génération des hallucinations vocales dans la schizophrénie. Pour en faire un traitement, un essai contrôlé tel que celui de Dollfus et des collègues est important. Même si les taux de réponse ont été modérés, la TMS est une arme de plus au répertoire thérapeutique, notamment pour les patients qui ne répondent pas aux médicaments.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *