Catégorie : CRISPR

La technologie de modification génétique CRISPR (Clustered Regularly Interspaced Short Palindromic Repeats) ou Courtes répétitions palindromiques groupées et régulièrement espacées en français a révolutionné le génie génétique en quelques années. Le CRISPR et le gène porteur Cas9 qu’on connait comme CRISPR-Cas9 possède des implications importantes pour soigner les maladies, mais également pour améliorer l’agriculture et de nombreux domaines. Mais la technologie CRISPR possède également son lot de débat d’éthique et dans cette catégorie, nous proposons les actualités de CRISPR, mais également les débats de fond sur cette technologie.

Des chercheurs rapportent la découverte de CRISPR-Cpf1, un nouvel outil basé sur CRISPR, qui permet de modifier l'ADN en dehors d'une cellule dans une boite de pétri ou un tube à essai. On a des implications sur les tests personnalisé du cancer, mais également la compréhension plus fine du fonctionnement de CRISPR. 0

CRISPR : Modification de l’ADN en dehors d’une cellule

Des chercheurs rapportent la découverte de CRISPR-Cpf1, un nouvel outil basé sur CRISPR, qui permet de modifier l’ADN en dehors d’une cellule dans une boite de pétri ou un tube à essai. On a des implications sur les tests personnalisé du cancer, mais également la compréhension plus fine du fonctionnement de CRISPR.

Une variante de CRISPR-Cas9 pour traiter épigénétiquement des maladies. L'activation du système améliore la masse musculaire squelettique (en haut) et l'augmentation de la taille des fibres (en bas) dans une souris (droite) avec un groupe de contrôle (gauche) - Crédit : Salk Institute 1

Une modification de CRISPR-Cas9 pour traiter épigénétiquement le diabète, l’insuffisance rénale et la dystrophie musculaire

Une recherche rapporte la modification de la technologie CRISPR-Cas9 pour traiter des maladies comme le diabète, la dystrophie musculaire et l’insuffisance avec une approche épigénétique. Cela signifie qu’on peut influencer l’activité des gènes sans modifier la séquence de l’ADN.

Les chercheurs rapportent la création d'un magnétophone moléculaire qui peut enregistrer des événements dans une cellule grâce à la technique CRISPR-Cas. Si c'est confirmé par d'autres études, alors le potentiel est intéressant allant du diagnostic des maladies jusqu'au suivi environnemental. 0

Un magnétophone moléculaire grâce à CRISPR

Les chercheurs rapportent la création d’un magnétophone moléculaire qui peut enregistrer des événements dans une cellule grâce à la technique CRISPR-Cas. Si c’est confirmé par d’autres études, alors le potentiel est intéressant allant du diagnostic des maladies jusqu’au suivi environnemental.

Les chercheurs proposent d'utiliser des nanoparticules pour transporter la technique CRISPR-Cas9 pour modifier le génome. Le principal avantage est qu'on peut l'utiliser sans recourir à des virus. Les chercheurs démontrent la modification de cellules du foie comme une preuve à l'appui. 0

Des nanoparticules pour transporter CRISPR-Cas9

Les chercheurs proposent d’utiliser des nanoparticules pour transporter la technique CRISPR-Cas9 pour modifier le génome. Le principal avantage est qu’on peut l’utiliser sans recourir à des virus. Les chercheurs démontrent la modification de cellules du foie comme une preuve à l’appui.

Les chercheurs rapportent la mise au point d'un système appelé REPAIR qui se base sur CRISPR. Cette méthode permet de modifier l'ARN avec un potentiel thérapeutique considérable tout en ayant moins de risques que la modification du génome avec les outils précédents de CRISPR. 0

Réussite de la modification de l’ARN par CRISPR

Les chercheurs rapportent la mise au point d’un système appelé REPAIR qui se base sur CRISPR. Cette méthode permet de modifier l’ARN avec un potentiel thérapeutique considérable tout en ayant moins de risques que la modification du génome avec les outils précédents de CRISPR.