Le CRISPR-Cas9 provoque des centaines de mutations génétiques

[box type= »warning » align= »aligncenter » ]

Le contenu de cet article n’est plus pertinent, car l’étude associée a été rétractée par la revue à cause d’erreurs méthodologiques par les auteurs.

https://retractionwatch.com/2018/03/30/nature-journal-retracts-controversial-crispr-paper-after-authors-admit-results-may-be-wrong/

https://www.nature.com/nmeth/journal/v14/n6/full/nmeth.4293.html

[/box]

Le CRISPR-Cas9 pourrait révolutionner les thérapies géniques, mais cette technologie peut provoquer des centaines de mutations sur le séquençage entier du génome.


Le CRISPR-Cas9 pourrait révolutionner les thérapies géniques, mais cette technologie peut provoquer des centaines de mutations sur le séquençage entier du génome.
Crédit : pharmaceuticalintelligence.com

La technologie de modification génétique CRISPR-Cas9 commence à passer à des essais cliniques, mais une nouvelle étude qui sera publiée dans Nature Methods a révélé que cette technologie peut introduire des centaines de mutations non intentionnelles dans le génome.

Nous estimons qu’il est essentiel que la communauté scientifique considère les dangers potentiels de toutes les mutations hors cible provoquée par CRISPR- incluant des mutations de nucléotides et celles dans des régions non codantes du génome selon le co-auteur Stephen Tsang, MD, Ph.D. et le professeur d’ophtalmologie Laszlo T. Bito au Centre médical de l’Université Columbia.

La technologie , grâce à sa rapidité et à sa précision sans précédent, a été une aubaine pour les scientifiques pour tenter de comprendre le rôle des gènes dans les maladies. La technique a également suscité l’espoir pour des thérapies géniques plus puissantes qui peuvent supprimer ou réparer des gènes défectueux et non juste le fait d’ajouter uniquement de nouveaux gènes.

Le premier essai clinique pour utiliser le CRISPR-Cas9 est en cours en Chine et un essai américain devrait démarrer l’année prochaine. Mais même si CRISPR-Cas9 peut cibler des brins ADN précis, il peut affecter parfois d’autres parties du génome. La plupart des études qui recherchent ces mutations hors cible utilisent des algorithmes informatiques pour identifier les zones les plus susceptibles d’être affectées pour les examiner pour les suppressions et les insertions.

Ces algorithmes prédictifs semblent performants quand le CRISPR-Cas9 est réalisé dans des cellules ou une boite de pétri, mais le séquençage complet du génome n’a pas été utilisé pour rechercher tous les effets hors cible chez les animaux vivants selon le co-auteur Alexander Bassuk, MD, Ph.D., professeur de pédiatrie à l’Université de l’Iowa.

Dans la nouvelle étude, les chercheurs ont séquencé l’intégralité du génome de souris qui ont subi une modification génétique par le CRISPR-Cas9 et ils ont recherché toutes les mutations incluant celles qui ont modifié un seul nucléotide.

Les chercheurs ont déterminé que CRISPR avait réussi à corriger un gène qui provoque la cécité, mais Kellie Schaefer, étudiante en doctorat au laboratoire de Vinit Mahajan et professeure d’ophtalmologie à l’Université de Stanford et co-auteur de l’étude, a constaté que les génomes de 2 receveurs indépendants de thérapie génique avaient subi plus de 1 500 mutations à un seul nucléotide et plus de 100 suppressions et insertions. Aucune de ces mutations de l’ADN n’a été prédite par des algorithmes informatiques largement utilisés par les chercheurs pour rechercher des effets hors cible.

Les chercheurs, qui n’utilisent pas le séquençage complet du génome pour trouver des effets hors cible, peuvent manquer des mutations potentiellement importantes selon le Dr Tsang. Et un seul changement de nucléotide peut avoir un énorme impact.

Le Dr Bassuk estime que les chercheurs n’ont pas remarqué quelque chose de manifestement erroné chez leurs animaux. Nous sommes toujours optimistes sur la technologie CRISPR-Cas9 selon le Dr Mahajan. Nous sommes des médecins et nous savons que chaque nouvelle thérapie a des effets secondaires potentiels, mais nous devons être conscients de ces effets.

Les chercheurs travaillent actuellement à améliorer les composants du système CRISPR, son enzyme de réduction de gènes et l’ARN qui guide l’enzyme vers le bon gène, pour augmenter l’efficacité de l’édition. Nous espérons que nos résultats encourageront les autres à utiliser le séquençage entier du génome comme une méthode pour déterminer tous les effets hors cible de leurs techniques CRISPR pour étudier différentes versions afin d’avoir une modification sûre et précise.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *