vendredi , 15 décembre 2017

J’étais une climatologue financée par ExxonMobil

Un article qui montre les nuances et les difficultés de la recherche scientifique financée par l’industrie. Le cas d’une climatologue dont une partie des recherches a été financée par ExxonMobil.


J’étais une climatologue financée par ExxonMobil
Crédit : cleantechnica.com
On connait les tentatives délibérées d’ExxonMobil pour jeter le doute sur la réalité et l’urgence du changement climatique et son financement sur des groupes pour disséminer de fausses informations sur ce phénomène.1 2 Des enquêtes en 2015 avaient révélé qu’Exxon avait ses propres scientifiques qui faisaient des recherches sur le changement climatique dès les années 1970 et les modèles n’étaient pas seulement précis, mais ils étaient utilisés pour le futur de l’entreprise.3 4

Désormais, une étude récente confirme que les discussions internes chez Exxon étaient très différentes de ce que l’entreprise disait en public.1 Plus précisément, les chercheurs Geoffrey Supran et Naomi Oreskes ont découvert que 80 % des documents internes et études évaluées par les pairs allant de 1977 à 2014 étaient pertinentes avec l’état de l’art. Ainsi, ces documents et études montraient que le changement climatique est réel et il est provoqué par les activités humaines. Les chercheurs d’Exxon avaient également identifié certaines “incertitudes raisonnables” qui disparaitraient au fil du temps. Mais dans le même temps, 80 % des articles et des éditoriaux financés par Exxon dans la presse jetaient le doute selon l’étude. Ce contraste est suffisant pour avoir la migraine. La majorité des scientifiques d’Exxon s’accordaient sur le réchauffement climatique tandis que les relations publiques le niaient. Qu’est-ce qui se passait chez Exxon ? Et je peux fournir une perspective unique, car j’étais l’une de ces scientifiques.

De 1995 à 1997, Exxon a financé partiellement ma thèse de Master qui se concentrait sur la chimie et les émissions de méthane. En tant qu’interne, j’ai passé plusieurs semaines en 1996 dans leur laboratoire de recherche Annandale au New Jersey et des années à travailler sur des recherches collaboratives qui ont produit 3 études qui sont citées par la nouvelle analyse de Supran et Oreskes.5

La recherche sur le climat chez Exxon

Un scientifique reste un scientifique indépendamment de son lieu de travail et mes collèges chez Exxon ne faisaient pas exception à la règle. Ces scientifiques étaient d’accord avec le consensus sur le changement climatique et ce sont des qualités dignes de n’importe quel bon scientifique.

Lee Raymond, ancien CEO d'Exxon qui a dirigé l'entreprise de 1993 à 2005, une période où l'entreprise est connu pour avoir jeté des doutes sur le changement climatique - Crédit : Yuri Gripas/Reuters

Lee Raymond, ancien CEO d’Exxon qui a dirigé l’entreprise de 1993 à 2005, une période où l’entreprise est connu pour avoir jeté des doutes sur le changement climatique – Crédit : Yuri Gripas/Reuters

Est-ce qu’Exxon avait des objectifs pour notre recherche ? Bien sûr, ce n’est pas de la charité. Leur recherche et leur développement étaient ciblés et dans mon cas, le financement était ciblé sur une chose qui n’allait pas déclencher une alerte rouge parmi les cercles des climatologues qui étaient la quantification des bienfaits de la réduction de méthane.

Le méthane est un déchet produit par le minage du charbon, des fuites de gaz naturel, des centres de traitement des eaux usés, des pets de vaches, des moutons et tout animal qui mastique ses aliments. Le méthane est également produit par la décomposition des déchets dans les voiries, les termitières géantes en Afrique et même chez certains membres de votre famille qui sont intolérants au lactose.

Si on se base sur une approche molécule par molécule, le méthane absorbe 35 fois plus de chaleur de la terre que le dioxyde de carbone. Le méthane possède une durée de vie plus courte que le gaz de dioxyde de carbone et nous en produisons beaucoup moins que le carbone. Mais si notre principale inquiétude est de limiter le réchauffement climatique, alors nous ferions d’énormes progrès en réduisant nos émissions de méthane aussi rapidement que possible tout en nous détournant des énergies fossiles sur le long terme.

Pour l’industrie du gaz et du pétrole, la réduction des émissions de méthane implique une économie d’énergie. Et donc, il n’est pas surprenant que pendant ma recherche chez Exxon, je n’ai jamais eu de “téléguidage” ou d’interférence avec mes résultats. Personne n’a demandé à évaluer mon code ou “adapter” mes résultats. La seule exigence que pour une étude avec un co-auteur d’Exxon, il fallait qu’elle passe une évaluation interne avant d’être publié et c’est une politique similaire à de nombreuses agences fédérales. Est-ce que je savais ce qui se passait pendant ce temps dans la sphère publique ? Je ne pouvais même pas l’imaginer. J’ignorais qu’il y avait des personnes qui n’acceptaient pas la science du changement climatique et j’ignorais même que j’étais mariée à l’un d’entre eux.6 Et donc, j’ignorais totalement qu’Exxon finançait des campagnes de désinformation tout en finançant ma recherche pour réduire l’impact des activités humaines sur le changement climatique.

Peut-être que les choix d’Exxon ont contribué directement à la situation irréaliste dans laquelle nous sommes aujourd’hui. Une situation où de nombreux parlementaires élus sont contre le changement climatique tandis que la Chine a surpassé les États-Unis dans l’énergie solaire et éolienne tout en boostant ses investissements économiques sur l’énergie propre.7 8 9 La Chine possède même une politique nationale similaire à la loi Waxman-Markey de 2009 (des quotas d’émission et une bourse du carbone).10

Des décisions personnelles

Cette étude souligne le fait que de nombreuses personnes accusent Exxon d’avoir trompé sciemment le public sur un problème aussi important.11 Mais pour les scientifiques, c’est un autre débat moral. Est-ce que nous devons accepter un financement contre une concession sur la conscience publique ? Le concept de payer pour ses péchés n’a rien de nouveau. Allant des indulgences du Moyen-Age jusqu’aux critiques concernant le prix du carbone, nous pensons toujours que nous pouvons atténuer les conséquences de nos actions et soulager notre conscience avec de bonnes actions, notamment sur le plan financier. Et aujourd’hui, de nombreux groupes industriels utilisent cette approche. Ils soutiennent la science avec la main gauche et ils la nient avec la main droite.

Un article qui montre les nuances et les difficultés de la recherche scientifique financée par l'industrie. Le cas d'une climatologue dont une partie des recherches a été financée par ExxonMobil.

Crédit : Gabe Chmielewski for Mays Communications, CC BY-NC-ND

Le Global Climate and Energy Project de l’université de Stanford mène des recherches fondamentales sur des technologies propres et efficaces… et Exxon est son sponsor fondateur.12 David Koch, philanthrope et donateur politique, a donné 35 millions de dollars au Smithsonian National Museum of Natural History en 2015, mais 3 douzaines de scientifiques ont demandé au musée de couper les liens avec Koch parce que ce dernier finançait des groupes de lobbying qui nient le changement climatique.13 L’entreprise Shell a participé au programme “Atmosphere” du London Science Museum et il a utilisé ses leviers pour jeter le trouble sur ce que les scientifiques connaissent du changement climatique.14 Il est facile de pointer le doigt sur d’autres, mais quand cela vous arrive, le choix n’est jamais aussi clair. Quel est le plus important ? Le bienfait de la recherche ou le refus de financements potentiellement douteux ?

La bonne réponse sur une offre morale controversée est une ancienne question. Même dans la Bible, Paul tente de répondre sur ce qu’on doit faire avec la nourriture qui a été offerte aux idoles ? Est-ce qu’on doit la manger ou la rejeter ? Et sa réponse démontre la complexité du problème.15 La nourriture reste la nourriture et on pourrait dire que l’argent reste de l’argent. La nourriture et l’argent impliquent une alliance et l’acceptation. Et si cela affecte les autres, alors on a besoin d’une réponse plus claire.

En tant que scientifiques, qu’est-ce que nous pouvons faire ? Dans ce monde transparent et ouvert de la publication, la déclaration des supports financiers est importante et nécessaire. Certains vont arguer qu’un sponsor peut jeter le doute sur les résultats. Et d’autres vont répondre que les fonds sont utilisés pour améliorer la connaissance. Qui va peser le plus sur la balance ?

Après 2 décennies dans les tranchées de la science du climat, je ne suis plus aussi naive qu’à l’époque. Je connais ceux qui refusent le changement climatique en le considérant comme un “hoax de libéral”. Chaque jour, ils m’attaquent sur Twitter, Facebook et ils m’envoient même des lettres manuscrites. Mais si Exxon m’appelle, quelle doit être ma réponse ?

Il n’y aucune bonne réponse à cette question. Pour ma part, je demanderais à Exxon de donner ces fonds à des politiciens qui acceptent le changement climatique et de couper les fonds des climato-sceptiques. Ou on peut admirer la réponse pratique d’un collègue qui est d’utiliser des honoraires financés par Koch pour acheter un abonnement à vie au Sierra Club (une association écologiste américaine).

En dépit du fait qu’il n’y a pas de réponse facile, c’est une question qu’on nous pose de plus en plus et nous ne pouvons plus ménager la chèvre et le chou en même temps. En tant que scientifiques, nous devons faire des choix et c’est en comprenant les implications plus larges de ces choix que nous pouvons prendre des décisions avec les yeux grands ouverts plutôt qu’en regardant le problème d’un seul oeil.

Traduction d’un article de The Conversation par Katharine Hayhoe, professeure et directive du Climate Science Center à l’université du Texas.

Sources

1.
Supran G, Oreskes N. Assessing ExxonMobil’s climate change communications (1977–2014). Environmental Research Letters. 2017;12(8):084019. doi: 10.1088/1748-9326/aa815f
2.
ExxonMobil Report: Smoke Mirrors & Hot Air (2007). Union of Concerned Scientists. http://www.ucsusa.org/global_warming/solutions/fight-misinformation/exxonmobil-report-smoke.html#.WZ8syZOGM6h. Consulté le août 25, 2017.
3.
What Exxon knew about  the Earth’s melting Arctic. graphics.latimes.com. http://graphics.latimes.com/exxon-arctic/. Consulté le août 25, 2017.
4.
Exxon: The Road Not Taken. insideclimatenews.org. https://insideclimatenews.org/content/Exxon-The-Road-Not-Taken. Consulté le août 25, 2017.
5.
hayhoe kheshgi. scholar.google.com. https://scholar.google.com/scholar?q=hayhoe+kheshgi. Consulté le août 25, 2017. [Source]
6.
Christians Who Believe in Climate Change – Health & Science – CBN News – Christian News 24-7 – CBN.com . cbn.com. http://www.cbn.com/cbnnews/healthscience/2015/July/Christians-Who-Believe-in-Climate-Change/. Consulté le août 25, 2017.
8.
Global Status Report – REN21. REN21. http://www.ren21.net/status-of-renewables/global-status-report/. Consulté le août 25, 2017.
9.
Editorial R. China to plow $361 billion into renewable fuel by 2020. U.S. http://www.reuters.com/article/us-china-energy-renewables-idUSKBN14P06P. Published 5 janvier 2017. Consulté le août 25, 2017.
10.
With cap and trade plan, China adopts emissions policy that couldn’t get through U.S. Congress. washingtonpost.com. http://www.washingtonpost.com/news/energy-environment/wp/2015/09/28/with-cap-and-trade-plan-china-adopts-emissions-policy-that-couldnt-get-through-u-s-congress/.
11.
Hold Corporations Accountable for Climate Deception. Union of Concerned Scientists. http://www.ucsusa.org/global-warming/fight-misinformation/decades-deception-must-stop. Consulté le août 25, 2017.
12.
About Us – GCEP. gcep.stanford.edu. http://gcep.stanford.edu/about/. Consulté le août 25, 2017.
13.
15.
Bible Gateway passage: 1 Corinthians 8 – New International Version. Bible Gateway. https://www.biblegateway.com/passage/?search=1+Corinthians+8. Consulté le août 25, 2017. [Source]
N'oubliez pas de voter :
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne : 4,50 sur 5)
Loading...

Faites un don sur notre page Patreon

Quelle est la fiabilité de cette information ou étude ?

Aucun avis particulier

A propos de Jacqueline Charpentier

mm

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d’emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l’actualité scientifique et celle de la santé.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Timber by EMSIEN 3 Ltd BG