samedi , 18 novembre 2017

La seconde alerte des scientifiques à l’humanité

Près de 15 000 scientifiques dans 15 pays proposent une mise à jour sur ces 25 dernières années de ce qu’on appelle le World Scientists Warning to Humanity. C’est un appel des scientifiques du monde entier sur les menaces qui pèsent sur l’humanité, notamment sur le plan environnemental et énergétique.


La seconde alerte des scientifiques à l’humanité
Le changement climatique, la déforestation, la perte d’accès à l’eau douce, l’extinction des espèces et la croissance de la population humaine menacent gravement le bien-être humain selon les scientifiques, dans la revue BioScience.1 L’article a été signé par plus de 15 000 scientifiques dans 184 pays.

L’avertissement s’accompagne des mesures qu’on peut prendre pour inverser les tendances négatives, mais les auteurs ont suggéré qu’il faudrait une vague de pression publique pour convaincre les dirigeants politiques de prendre les bonnes mesures. Ces activités pourraient inclure l’établissement de réserves terrestres et marines, le renforcement des lois contre le braconnage et la limitation du commerce des espèces sauvages, l’expansion de la planification familiale et des programmes éducatifs pour les femmes, la promotion d’une alimentation et d’énergies renouvelables.

Le World Scientists Warning to Humanity

En 1992, l’Union of Concerned Scientists, avec plus de 1700 signataires, avait publié ce qu’on connait comme le World Scientists Warning to Humanity (l’avertissement des scientifiques du monde à l’humanité) dans lequel ils ont soutenu que les impacts humains sur le monde étaient susceptibles de conduire à une vaste misère humaine et planète qui a été irrémédiablement mutilée.2

Les tendances mondiales se sont aggravées depuis ce premier avertissement de 1992 selon les auteurs. Au cours des 25 dernières années, les tendances dans 9 questions environnementales suggèrent que l’humanité continue à risquer son avenir. Mais l’article signale également que des progrès ont été réalisés dans le traitement de certaines tendances au cours de cette période.

L’article a été rédigé par une équipe internationale dirigée par William Ripple, professeur émérite au College of Forestry de l’Oregon State University. Les auteurs ont utilisé des données des organismes gouvernementaux, des organisations à but non lucratif et des chercheurs individuels pour mettre en garde contre un dommage substantiel et irréversible à la Terre.

Certaines personnes pourraient être tentées de rejeter cet avertissement et penser que nous sommes juste alarmistes selon Ripple. Les scientifiques analysent les données et ils étudient les conséquences à long terme, mais ceux qui ont signé ce second avertissement ne déclenchent pas une fausse alerte. Ils voient des signes évidents que nous nous dirigeons vers une voie non durable. En espérant que notre papier suscitera un large débat public sur l’environnement et le climat mondial.

Les progrès dans certains domaines tels que la réduction des produits appauvrissant la couche d’ozone et l’augmentation de l’énergie produite à partir de sources renouvelables montrent qu’on peut réaliser des changements positifs selon les auteurs. Il y a eu une baisse rapide des taux de fécondité dans certaines régions et on peut l’attribuer aux investissements dans l’éducation des femmes. Le taux de déforestation dans certaines régions a également ralenti.

Les tendances mondiales négatives de ces 25 dernières années

Parmi les tendances mondiales négatives au cours de ces 25 dernières années, on peut citer :

  • Une réduction de 26 % de la quantité d’eau douce disponible par habitant
  • Une baisse de la récolte de poisson sauvage malgré une augmentation de l’effort de pêche
  • Une augmentation de 75 % du nombre de zones mortes océaniques
  • Une perte de près de 300 millions d’acres de terres forestières dont la plus grande partie a été convertie à des fins agricoles
  • Des augmentations significatives des émissions mondiales de carbone et des températures moyennes
  • Une augmentation de 35 % de la population humaine
  • Une réduction collective de 29 % du nombre de mammifères, de reptiles, d’amphibiens, d’oiseaux et de poissons

Sources

1.
World Scientists’ Warning to Humanity: A Second Notice. BioScience. http://dx.doi.org/10.1093/biosci/bix125.
2.
1992 World Scientists’ Warning to Humanity. ucsusa.org. http://www.ucsusa.org/about/1992-world-scientists.html.
N'oubliez pas de voter :
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (4 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...

Faites un don sur notre page Patreon

Quelle est la fiabilité de cette information ou étude ?

Aucun avis particulier

A propos de Jacqueline Charpentier

mm

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d’emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l’actualité scientifique et celle de la santé.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Timber by EMSIEN 3 Ltd BG