Une brève exposition aux particules fines PM2.5 associée à une infection respiratoire chez les enfants

Même une légère augmentation des PM2.5, des particules fines en suspension dans l’air, est associée au développement d’infections aiguës des voies respiratoires inférieures (ALRI) chez les jeunes enfants selon une recherche. L’augmentation des niveaux de PM2.5 a également entraîné une augmentation des visites chez le médecin pour ces infections pulmonaires.


Même une légère augmentation des PM2.5, des particules fines en suspension dans l'air, est associée au développement d'infections aiguës des voies respiratoires inférieures (ALRI) chez les jeunes enfants selon une recherche. L'augmentation des niveaux de PM2.5 a également entraîné une augmentation des visites chez le médecin pour ces infections pulmonaires.

L‘étude est la plus importante à ce jour sur ce problème de santé impliquant plus de 100 000 patients. La recherche a été entreprise par une équipe d’Intermountain Healthcare, Brigham Young University et l’Université de l’Utah et elle est publiée dans l’American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine.

Les particules fines PM2.5

Le résultat le plus important de cette étude est que les processus infectieux des maladies respiratoires peuvent être influencés par la pollution particulaire à divers niveaux selon l’auteur principal Benjamin Horne, PhD, directeur de l’épidémiologie cardiovasculaire et génétique à l’Institut de cardiologie Intermountain Medical Center à Salt Lake City. Les implications biologiques exactes des résultats de l’étude nécessitent une enquête plus approfondie.

Le Dr Horne et ses collègues ont étudié 146 397 personnes qui ont été traitées pour l’ALRI de 1999 à 2016 dans les établissements Intermountain Healthcare dans la région de Wasatch Front de l’Utah. Le Front Wasatch se compose principalement de banlieues, mais comprend également les villes de Salt Lake City, Ogden et Provo/Orem.

Les niveaux de PM2.5 ont été estimés à partir des données provenant des stations de surveillance de la qualité de l’air le long du Wasatch Front où résident environ 80 % de la population de l’Utah. Des mesures ont également été effectuées dans des emplacements secondaires. Les périodes d’élévation de PM2.5 à court terme ont été jumelées au moment de l’augmentation des visites de soins de santé pour les ALRI. L’objectif principal de l’étude était de déterminer s’il y avait une association entre ces particules fines et l’ALRI chez les très jeunes enfants avec un objectif secondaire de trouver les mêmes associations pour les enfants plus âgés, les adolescents et les adultes.

L’équipe de recherche a trouvé que l’ALRI était associée à des concentrations élevées de PM2.5 chez les enfants et les adultes, même chez les nouveau-nés et les tout-petits jusqu’à l’âge de deux ans, qui représentaient 77 % (112 467) des patients.

Une augmentation des infections aiguës des voies respiratoires inférieures

Près de 60 % des enfants américains vivent dans des comtés où les concentrations de PM2.5 dépassent les normes de qualité de l’air. Cette étude a été réalisée dans un endroit où le niveau moyen de PM2.5 par jour est inférieur à celui de Los Angeles et de New York. Mais en raison de la topographie de la région, la pollution de l’air peut être piégée dans les hautes vallées du Front Wasatch, notamment lors des inversions de température, qui surviennent généralement durant les mois d’hiver. Quand les PM 2.5 sont piégées dans les vallées, cela conduit souvent à une forte augmentation des PM2.5 à des niveaux considérés comme dangereux (inférieurs à 35 microgrammes par mètre cube et parfois proches de 100 ug/m3).

Dans de nombreux endroits où les concentrations moyennes de PM 2.5 sont plus élevées, le niveau de PM2.5 ne varie pas autant que celui du front de Wasatch. On ignore comment les résultats de cette étude peuvent être transférés aux endroits où l’exposition à la pollution atmosphérique est plus élevée à long terme, mais les pointes à court terme ne se produisent pas selon le Dr Horne. Il se peut que l’exposition à long terme à la pollution de l’air rende les gens plus vulnérables aux ALRI sur une base régulière même si que des études supplémentaires seront nécessaires pour tester cette hypothèse.

Des impacts secondaires non négligeables

La bronchiolite, une condition dans laquelle de petits tubes respiratoires dans les poumons appelés bronchioles sont infectés et obstrués par du mucus, est l’infection aiguë des voies respiratoires inférieures la plus courante chez les enfants. 50 à 90 % des cas de bronchiolite sont causés par le virus respiratoire syncytial (VRS), qui est la cause la plus fréquente d’hospitalisation au cours des deux premières années de la vie. 64 % des personnes étudiées avaient un diagnostic de bronchiolite.

Dans l’ensemble, il a fallu environ deux à trois semaines pour que les hospitalisations ou les visites à la clinique de l’ALRI se produisent dans cette étude après l’augmentation rapide de la concentration de PM2.5 selon le Dr Horne. Dans une analyse des taux de mortalité parmi la population étudiée, 17 enfants âgés de 0 à 2 ans, 9 enfants de 3 à 17 ans et 81 adultes (âgés de 18 ans) sont décédés dans les 30 jours suivant le diagnostic d’ALRI.

Une diminution de la réponse immunitaire

Théorisant le lien entre les PM2.5 et l’ALRI, le Dr Horne a déclaré : La pollution de l’air peut rendre le corps humain plus vulnérable à l’infection ou elle peut nuire à la capacité du corps à combattre les agents infectieux à cause des dommages possibles aux voies respiratoires, car un virus peut provoquer une infection ou que les PM2.5 altèrent la réponse immunitaire. Le corps réagit moins efficacement à la lutte contre l’infection ce qui pourrait entraîner des périodes plus longues de symptômes d’ALRI. Les périodes d’augmentation aiguë des PM2.5 peuvent aussi conduire les personnes à rester à l’intérieur plus souvent lorsqu’elles sont en contact plus étroit avec d’autres personnes porteuses d’agents infectieux et pouvant transmettre l’infection.

Les véhicules à moteur contribuent à environ 48 % des émissions qui conduisent à la formation de particules fines. La petite industrie et les entreprises telles que les stations-service et les nettoyeurs à sec ainsi que le chauffage domestique émettent environ 39 % de toutes les particules fines. Les grandes usines de fabrication représentent 13 %.

Les implications pratiques pour la prévention des ALRI et l’amélioration des symptômes incluent que lorsqu’une augmentation aiguë du niveau de PM2.5 se produit, les gens puissent prévenir les infections ou diminuer la gravité ou la durée des symptômes d’ALRI en réduisant leur exposition à la pollution atmosphérique selon le docteur Horne. En outre, une élévation substantielle des PM2.5 peut également servir de signal qui rappelle aux gens d’éviter les zones et les activités où d’autres personnes peuvent partager une infection et de ne pas toucher leur visage avec les mains sales, d’être vigilant lorsque c’est possible et d’adopter d’autres comportements préventifs connus pour réduire le risque d’infection.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de vote)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *