Gaspillage alimentaire : Les Américains jettent quotidiennement 150 000 tonnes de nourriture

Les Américains gaspillent près de 500 grammes de nourriture par personne et par jour, mais la quantité exacte de nourriture jetée diffère selon la santé de l’alimentation. Les régimes sains, riches en fruits et légumes, sont les plus gaspillés à cause du manque de connaissance dans la conservation.




De 2007 à 2014, les consommateurs américains ont gaspillé près de 150 000 tonnes de nourriture par jour, soit près de 422 grammes de nourriture par personne et par jour. Les chercheurs estiment que le gaspillage alimentaire correspondait à l’utilisation de 30 millions d’acres de terre chaque année (7 % des terres cultivées totales des États-Unis) et de 4,2 billions de gallons d’eau d’irrigation chaque année.

Selon l’étude, publiée dans PLOS ONE, la quantité de nourriture gaspillée équivaut à environ 30 % des calories quotidiennes moyennes consommées par tous les Américains, soit plus de 320 millions de personnes. Alors que la plupart des gens veulent mieux manger, en mettant plus de fruits et de légumes dans leurs assiettes, l’étude a révélé que les régimes alimentaires de qualité supérieure étaient associés à des niveaux plus élevés de gaspillage alimentaire.

L’étude, menée par des chercheurs du Agricultural Research Service de l’USDA, de l’Université du Vermont et de l’Université du New Hampshire, est la première à explorer les liens entre la qualité du régime alimentaire, le gaspillage alimentaire et les impacts environnementaux.

Les régimes sains et déchets alimentaires

Parmi les 22 groupes alimentaires étudiés, les fruits, les légumes et les plats mixtes de fruits et légumes (39 % du total) étaient les plus gaspillés suivis des produits laitiers (17 %) et des plats de viande et de viande mixte (14 %).

Les régimes de meilleure qualité, contenant plus de fruits et de légumes, sont gaspillés en plus grande quantité que d’autres aliments selon Meredith Niles, co-auteure, professeure adjointe à l’Université du Vermont. Manger sainement est important, et apporte de nombreux avantages, mais comme nous poursuivons ces régimes, nous devons penser beaucoup plus consciemment au gaspillage alimentaire.

L’étude a également révélé que des régimes alimentaires plus sains utilisaient moins de terres cultivées que des régimes de moindre qualité, mais entraînaient une augmentation des déchets dans l’eau d’irrigation et les pesticides, utilisés en moyenne plus élevée pour la culture des fruits et légumes. La plupart des recherches existantes ont examiné les émissions de gaz à effet de serre ou l’utilisation des terres et leur lien avec différents régimes selon Niles, chercheur à l’Institut Gund de l’environnement et au Département de nutrition et sciences alimentaires de l’UVM. Cette étude est la première à considérer le gaspillage alimentaire comme une autre composante importante des différents résultats de régime.

Les chercheurs ont estimé que les déchets alimentaires consommés par les consommateurs correspondaient aux récoltes produites avec l’utilisation de 350 000 tonnes de pesticides et de 800 000 d’engrais azoté chaque année. Les deux représentent des coûts importants pour l’environnement et les agriculteurs qui consacrent des terres et des ressources à la production d’aliments destinés à être consommés.

Une nourriture imparfaite

Les chercheurs estiment que l’éducation sur la préparation et le stockage des fruits et légumes frais et la connaissance de la différence entre l’abrasion et la détérioration est critique. D’autres efforts de politique en cours vont de la révision des dates de péremption et des étiquettes pour la cohérence, la planification alimentaire et la formation préparatoire.

Niles souligne les efforts pour réduire le gaspillage alimentaire incluant la campagne pour les fruits et légumes moches (inglorious fruits and vegetables) de la marque Intermarché, qui favorise la cuisson de l’aubergine déformée, de la carotte laide et d’autres produits sains, mais superficiellement endommagés.

La campagne pour les fruits et les légumes "moches" de la marque Intermarché
La campagne pour les fruits et les légumes “moches” de la marque Intermarché

Le gaspillage alimentaire est une question qui se pose à différents niveaux et les considérer globalement deviendra de plus en plus important pour trouver des moyens durables de répondre aux besoins d’une population mondiale croissante selon Zach Conrad, chercheur principal à l’ARS de Grand Forks, Dakota du Nord.

Le contexte d’étude

Les chercheurs ont recueilli des données sur l’apport alimentaire et la qualité de l’alimentation à partir de l’Index santé 2015 et de la base de données What We Eat in America (WWEIA) de l’USDA ainsi que des données disponibles sur les déchets alimentaires.

Les chercheurs ont calculé la quantité de terres cultivées utilisées pour produire de la nourriture gaspillée en utilisant une modélisation de simulation biophysique. En utilisant des données provenant de diverses sources gouvernementales américaines, les chercheurs ont estimé la quantité d’intrants agricoles incluant l’eau d’irrigation, les pesticides et les engrais qui sont utilisés pour produire des aliments non consommés.

Tandis que les régimes de mauvaise qualité peuvent produire moins de gaspillage alimentaire, ils sont accompagnés avec une gamme d’impacts négatifs selon les chercheurs. Cela inclut une faible valeur nutritionnelle et des taux plus élevés de terres cultivées gaspillées. L’étude note que plusieurs pays, dont le Brésil, l’Allemagne, la Suède et le Qatar, ont adopté des directives alimentaires qui intègrent la durabilité environnementale, mais aucune n’inclut le gaspillage alimentaire comme un facteur.

N'oubliez pas de voter :
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de vote)
Loading...

Rejoignez :


Soutenez-nous financièrement.

Même 1 dollar peut nous aider !

About Jacqueline Charpentier

mm
Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *