Déchets électroniques : Des milliers de tonnes illégales au Nigeria via les voitures d’occasion

Une étude de 2 ans sur les équipements électriques et électroniques usagés (UEEE) envoyés au Nigeria, principalement en provenance de ports européens, a révélé un grave problème de non-respect des règles internationales et nationales régissant ces envois.


Une étude de 2 ans sur les équipements électriques et électroniques usagés (UEEE) envoyés au Nigeria, principalement en provenance de ports européens, a révélé un grave problème de non-respect des règles internationales et nationales régissant ces envois.

Des tests de fonctionnalité limités ont révélé que, sur l’UEEE envoyé au Nigeria en provenance d’autres pays en 2015 et 2016 évalué à environ 60 000 tonnes métriques au cours des 2 années, 15 400 tonnes des équipements ne fonctionnaient pas. Ce volume annuel de déchets électroniques importés, interdit par la convention de Bâle et la directive de l’UE sur les transferts de déchets, est suffisant pour remplir une ligne de 10 kilomètres de camions de 18 tonnes à chargement complet.

40 000 tonnes de déchets électriques dans des voitures d’occasion

L’étude a également révélé que près de 70 %, 41 500 tonnes, de l’UEEE arrivant à Lagos chaque année sont arrivés à l’intérieur des véhicules destinés au marché de l’automobile d’occasion du Nigeria et une c’est voie d’importation jamais évaluée de manière approfondie. 18 300 tonnes supplémentaires sont arrivées dans des conteneurs d’expédition.

Une voiture d'occasion remplie avec des équipements électroniques usagés dont la majorité ne fonctionnent plus - Crédit : UNU & BCCC-Africa

Une voiture d’occasion remplie avec des équipements électroniques usagés dont la majorité ne fonctionnent plus – Crédit : UNU & BCCC-Africa

Co-écrit par le Centre de Coordination de la Convention de Bâle pour l’Afrique (BCCC Afrique) et le Programme des Cycles Durables (SCYCLE) du Vice-Rectorat de l’Université des Nations Unies en Europe, le rapport indique que l’UEEE importé au Nigeria arrive souvent mélangé avec d’autres marchandises comme les bicyclettes, les ustensiles de cuisine, l’équipement de sport et les meubles. Plus de 60 % des UEEE importés dans des conteneurs ont été déclarés dans les documents officiels comme étant des articles ménagers ou des effets personnels. L’UEEE importée dans des véhicules d’occasion était pour la plupart non déclarée. En poids, les téléviseurs LCD et les moniteurs à écran plat constituaient la plus grande catégorie (18 %) d’UEEE importé. Plus de la moitié (55 %) de ces déchets étaient des déchets électroniques non fonctionnels.

Des appareils interdits d’importation

La deuxième catégorie la plus importante, les téléviseurs CRT et les écrans CRT (14 %), est officiellement interdite d’importation. Les machines à photocopier composaient 13 %, les réfrigérateurs 12 %, les processeurs de bureau 7 %, les climatiseurs, les haut-parleurs et les machines à laver, chacun 6 %, les imprimantes 5 % et les DVD 4 %. Parmi les UEEE importés dans des véhicules d’occasion (appelés Ro Ro) parce qu’ils sont transportés sur les navires plutôt que transportés dans des conteneurs, la grande majorité (98 %) provenait de l’Union européenne et le reste vient des États-Unis.

En outre, 18 300 tonnes ont été importées en conteneurs, provenant principalement de ports de l’UE (29 %), de Chine (24 %) et des États-Unis (20 %). Environ 77 % des importations UEEE provenaient de ports de l’UE, principalement d’Allemagne et du Royaume-Uni (environ 20 % chacun) suivis par la Belgique, les Pays-Bas, l’Espagne et l’Irlande (entre 9 % et 6 %). La Chine et les États-Unis représentaient chacun environ 7 % des importations totales.

L’Union européenne, principale source des déchets électroniques au Nigeria

Le rapport note également que certains de ces appareils peuvent être réparés au Nigeria. Néanmoins, l’exportation vers et l’importation d’UEEE non fonctionnel au Nigeria sont illégales en vertu de la Convention de Bâle. En vertu de la Convention, seul l’UEEE fonctionnel et réutilisable peut être expédié. L’étude a également révélé qu’aucune des expéditions illégales n’avait eu de conséquences pour les exportateurs ou les importateurs.

En raison des conditions dans les ports, seuls les tests de fonctionnalité de base étaient possibles indique le rapport. Les volumes réels d’importations UEEE non fonctionnelles sont probablement plus élevés que prévu.

Un conteneur contenant un camion, qui à son tour, est rempli de d'appareils électroniques usagés - Crédit : UNU & BCCC-Africa

Un conteneur contenant un camion, qui à son tour, est rempli de d’appareils électroniques usagés – Crédit : UNU & BCCC-Africa

Le rapport conclut la toute première étude à long terme (16 mois) de conteneurs et de véhicules dans un pays de destination connue pour l’UEEE et les DEEE incluant un examen des documents d’importation. Il a été mené dans deux ports de Lagos dans le cadre du projet Person in the Port (PiP) par le Centre de coordination de la Convention de Bâle pour la région Afrique (BCCC-Afrique) et l’Université des Nations Unies (UNU).

15 000 tonnes d’appareils qui ne fonctionnent plus

L’importation d’UEEE dans les véhicules est économique pour les expéditeurs, car elle remplit un espace précieux lors des expéditions selon le professeur Percy Onianwa, directeur de BCCC-Africa. Mais étant donné que les contenus des véhicules RoRo ne sont pas encore sur le radar pour de tels tests, cette pratique permet d’éviter des inspections et des tests de fonctionnalité sur l’UEEE par l’agence de régulation en entraînant l’arrivée illégale de plusieurs tonnes de déchets électroniques au Nigeria.

Dans le meilleur des cas, notre étude montre qu’au moins 15 600 tonnes métriques d’UEEE non fonctionnel sont importées au Nigeria chaque année. L’UEEE contenant des substances dangereuses, par exemple le mercure et les (H)CFCs, sont parmi les produits qui sont les plus en panne. Presque tous les importateurs ou leurs agents sont des Nigérians dont 80 % sont situés dans la métropole de Lagos selon le co-auteur Olusegun Odeyingbo de l’UNU. Les importations de l’UEEE peuvent générer des bénéfices considérables, surtout si elles peuvent être vendues pour être réutilisées.

Les bénéfices globaux dépendent de la qualité et de la marque de l’UEEE et du taux de change de la monnaie nigériane, le naira, notamment avec le dollar américain et l’euro. Le principal potentiel d’affaires de l’UEEE est la réutilisation, car cela permet une plus grande valeur des ventes. Les importations de déchets électroniques ne rapportent que des bénéfices marginaux basés uniquement sur la valeur matérielle ce qui les rend plus attrayants pour l’importation d’UEEE fonctionnelle ou réparable. En cas de défaillance de l’UEEE, la réparation et la récolte de pièces de rechange offrent des rendements supérieurs avant recyclage.

Selon le rapport : L’application de la réglementation dans les pays d’exportation, principalement dans l’UE et au Nigeria, doit être renforcée et une coopération plus étroite entre les organismes locaux de réglementation et d’application est hautement souhaitable.

Selon Ruediger Kuehr, directeur du programme SCYCLE de l’UNU en charge des déchets électroniques : Les prochaines étapes sont d’imposer des certificats de fonctionnalité sur les exigences de transport des équipements électriques et électroniques usagés ainsi que des tests de fonctionnalité standard acceptés par les exportateurs. En outre, des projets de ce type sont nécessaires dans d’autres parties du monde pour mieux comprendre l’ampleur et la dynamique de ces importations et exportations.

Le matériel électronique et électrique usagé (UEEE) reçu au Nigeria en 2015 et 2016

Par les chiffres :

  • 2 184 véhicules d’occasion (Ro-Ro) inspectés dont 1 195 (55 %) étaient chargés d’équipements électriques et électroniques usagés
  • 201 conteneurs d’expédition inspectés
  • 3 622 documents d’importation inspectés pour UEEE dans des conteneurs
  • Sur les 60 000 tonnes : Poids total des UEEE observés expédiés au Nigeria en 2015 et 2016, environ 41 500 tonnes par an sont arrivées dans les véhicules d’occasion RoRo, plus de 18 300 tonnes par an sont arrivées dans des conteneurs (considéré comme un minimum en raison d’une sous-déclaration suspectée).
  • Environ 77 % des déchets électroniques arrive au Nigeria à partir des ports de l’Union européenne
  • Environ 85 % des déchets électroniques arrivant au Nigeria provient de ports dans seulement huit pays, dont l’Allemagne (20 %), le Royaume-Uni (19,5 %), la Belgique (9,4 %), les Pays-Bas (8,2 %), l’Espagne (7,4 %), la Chine (7,3 %), les États-Unis (7,3 %), l’Irlande (6,2 %).
  • Sur les 41 500 tonnes d’UEEE arrivant chaque année au Nigeria dans les véhicules RoRo, 98 % provenaient de ports de l’Union européenne : 28 % Allemagne, 24 % Royaume-Uni, 13 % Belgique, 12 % Pays-Bas, 9 % Irlande, 5 % Espagne, 7 % autre UE. (2 % provenaient des ports américains)
  • Sur les 18 300+ tonnes d’UEEE par an expédiées en conteneurs, environ 29 % provenaient de ports des États membres de l’UE, 24 % provenaient de Chine, 20 % des États-Unis
  • Sur les 260 tonnes d’appareils CRT expédiés au Nigeria en 2015 et en 2016, bien qu’interdits par le gouvernement nigérian, environ 23 % sont arrivés des ports en Chine, 15 % des États-Unis, 14 % du Royaume-Uni, 14 % d’Espagne, 8 % d’Italie, 4 % de Hong Kong, 4 % des Pays-Bas, 20 % d’autres pays.

Des appareils avec des substances toxiques

  • Environ 2 300 tonnes de réfrigérateurs défectueux et 1 500 tonnes de climatiseurs défectueux qui peuvent contenir des hydrochlorofluorocarbures (HCFC) qui sont dangereux pour l’environnement.
  • 5 900 tonnes de téléviseurs CTR peuvent contenir du mercure dans les rétroéclairages à lampes fluorescentes à cathode froide (CCFL) (ce qui nécessite un traitement spécial).

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

1 réponse

  1. 28 avril 2018

    […] Déchets électroniques : Des milliers de tonnes illégales au Nigeria via les voitures d’occasion. Ce volume annuel de déchets électroniques importés, interdit par la convention de Bâle et la directive de l’UE sur les transferts de déchets, est suffisant pour remplir une ligne de 10 kilomètres de camions de 18 tonnes à chargement complet. 15 400 tonnes des équipements ne fonctionnaient pas. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *