Le champ magnétique de la Terre ne va pas s’inverser de sitôt

Une étude des plus récentes inversions du champ magnétique de la Terre par une équipe internationale de chercheurs a conclu qu’il est peu probable qu’un tel événement se produise de sitôt.


L'intensité de la surface terrestre (gauche) et le champ radial au CMB (droite). En haut : La moyenne des excursion de Laschamp. En bas : La moyenne des excursion du lac Mono. Crédit : University of Liverpool
L'intensité de la surface terrestre (gauche) et le champ radial au CMB (droite). En haut : La moyenne des excursion de Laschamp. En bas : La moyenne des excursion du lac Mono. Crédit : University of Liverpool

On a spéculé que les champs géomagnétiques de la Terre seraient sur le point de s’inverser, avec des implications substantielles, en raison d’un affaiblissement du champ magnétique qui s’est produit au cours des 2 derniers siècles, combiné avec l’expansion d’une zone faible identifiée dans le champ magnétique terrestre appelé l’Anomalie de l’Atlantique Sud, qui s’étend du Chili au Zimbabwe.

L’inversion du champ magnétique terrestre

Dans un papier publié dans la revue PNAS, une équipe de chercheurs internationaux a modélisé les observations du champ géomagnétique des deux dernières excursions géomagnétiques, Laschamp, il y a environ 41 000 ans, et le lac Mono, il y a environ 34 000 ans où le champ a failli s’inverser, mais il a récupéré sa structure originale.1

Le modèle révèle des structures de champ comparables au champ géomagnétique actuel il y a environ 49 000 et 46 000 ans avec une structure d’intensité similaire à, mais beaucoup plus forte que celle de l’Anomalie de l’Atlantique Sud (SAA). Leur synchronisation et leur gravité sont confirmées par des enregistrements de nucléides cosmogéniques. Cependant, aucun de ces champs de type SAA ne s’est développé en excursion ou en inversion.

L'intensité de la surface terrestre (gauche) et le champ radial au CMB (droite). En haut : La moyenne des excursion de Laschamp. En bas : La moyenne des excursion du lac Mono. Crédit : University of Liverpool

L’intensité de la surface terrestre (gauche) et le champ radial au CMB (droite). En haut : La moyenne des excursion de Laschamp. En bas : La moyenne des excursion du lac Mono. Crédit : University of Liverpool

Richard Holme, professeur de géomagnétisme à l’Université de Liverpool, a déclaré : Nous avons l’impression que nous sommes sur le point de subir une inversion ou une excursion polaire magnétique, mais en étudiant les deux dernières inversions, nous montrons que les changements actuels dans le champ géomagnétique ne ressemblent pas aux événements de l’inversion et par conséquent, il est improbable qu’un tel événement soit sur le point de se produire.

L’importance du champ magnétique

Notre recherche suggère plutôt que le champ actuellement affaibli se rétablira sans un événement aussi extrême et qu’il est donc peu probable qu’il s’inverse. La force et la structure du champ magnétique terrestre ont varié à différents moments de l’histoire géologique. À certaines périodes, le champ géomagnétique s’est tellement affaibli qu’il a pu échanger les positions nord magnétique et sud magnétique, tandis que le nord géographique et le sud géographique restent les mêmes.

Appelé renversement géomagnétique, un tel événement s’est produit il y a 780 000 ans. Cependant, les excursions géomagnétiques, où le champ est proche de s’inverser, mais retrouve sa structure d’origine, se sont produites plus récemment. Le champ magnétique protège la Terre contre les vents solaires et les rayonnements cosmiques nocifs. Il facilite également la navigation humaine, les migrations animales et protège les systèmes de télécommunication et les systèmes satellitaires. Il est généré au plus profond de la Terre dans un noyau fluide constitué de fer, de nickel et d’autres métaux qui crée des courants électriques qui, à leur tour, produisent des champs magnétiques.

Sources

1.
Earth’s magnetic field is probably not reversing. Proceedings of the National Academy of Sciences. 10.1073/pnas.1722110115″ target= »_blank » rel= »noopener noreferrer »>http://dx.doi.org/10.1073/pnas.1722110115. Published April 30, 2018. Accessed April 30, 2018.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *