Première quantification de l’empreinte carbone du tourisme mondial

Pour la première fois, l’empreinte touristique mondiale a été quantifiée à travers la chaîne d’approvisionnement, des vols aux souvenirs, et s’est révélée être un contributeur important et croissant aux émissions de gaz à effet de serre (GES).


Pour la première fois, l'empreinte touristique mondiale a été quantifiée à travers la chaîne d'approvisionnement, des vols aux souvenirs, et s'est révélée être un contributeur important et croissant aux émissions de gaz à effet de serre (GES).

Les petites îles attirent une part disproportionnée des émissions de carbone, compte tenu de leur petite population, grâce aux arrivées internationales tandis que les États-Unis sont responsables de la majorité des émissions générées par le tourisme dans son ensemble. La recherche, menée par le groupe de recherche sur la chaîne d’approvisionnement de l’analyse intégrée de durabilité à l’Université de Sydney, a montré que l’empreinte touristique mondiale globale des émissions de gaz à effet de serre liées au tourisme est environ 4 fois plus importante que les estimations précédentes et elle est déjà responsable de près d’un dixième des GES mondiaux.

Les chercheurs recommandent que l’assistance financière et technique puisse aider à partager les charges telles que le réchauffement climatique sur les sports d’hiver, l’élévation du niveau de la mer sur les îles basses et les impacts de la pollution sur les destinations exotiques et vulnérables. Une recommandation essentielle : voler moins et payer plus pour la réduction du carbone. Un papier sur les résultats est publié dans la revue Nature Climate Change.1

Les principaux points de l’empreinte carbone du tourisme mondial

  • L’industrie touristique augmente plus vite que le commerce international.
  • L’appétit insatiable pour le voyage de luxe continue d’augmenter avec le revenu.
  • Les principaux pays émetteurs comme les États-Unis sont rejoints par des classes moyennes en croissance en Chine et en Inde.
  • Les principales destinations insulaires comme les Maldives, l’Australie et la Nouvelle-Zélande sont vulnérables aux stress climatiques (élévation du niveau de la mer, réchauffement du ski menaçant, blanchissement des coraux).
  • Dans des pays comme les Maldives, Maurice, Chypre et les Seychelles, le tourisme international représente entre 30 % et 80 % des émissions nationales.
  • De 2009 à 2013, l’empreinte carbone mondiale du tourisme est passé de 3,9 à 4,5 Gt de CO2-e, soit 4 fois plus que les estimations précédentes ce qui représente environ 8 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Le transport, le magasinage et la nourriture sont des contributeurs significatifs.

L’auteur correspondant, Dr Arunima Malik de l’École de physique, a déclaré que la recherche complexe a pris un an et demi pour compléter et incorporer plus d’un milliard de chaînes d’approvisionnement et leurs impacts sur l’atmosphère. Notre analyse est une première mondiale sur le véritable coût du tourisme incluant les consommables tel que les repas et les souvenirs, c’est une évaluation complète du cycle de vie du tourisme mondial pour ne manquer aucun impact.

Cette recherche comble une lacune cruciale identifiée par l’Organisation mondiale du tourisme et l’Organisation météorologique mondiale pour quantifier, de manière exhaustive, l’empreinte touristique mondiale. Le co-auteur, le Dr Ya-Yen Sun, de l’école de commerce de l’université du Queensland et de l’université nationale Cheng Kung de Taïwan, a déclaré qu’une nouvelle réflexion sur le tourisme comme faible impact était cruciale.

Payer plus pour les transports aériens

Étant donné que le tourisme devrait croître plus vite que de nombreux autres secteurs économiques, la communauté internationale pourrait envisager de l’inclure dans les engagements climatiques tels que l’Accord de Paris en liant des vols internationaux à des pays spécifiques. Des taxes sur le carbone ou des systèmes d’échange de droits d’émission de carbone, notamment pour l’aviation, pourraient être nécessaires pour freiner la croissance future non contrôlée des émissions liées au tourisme.

En 2013, les voyages internationaux ont entraîné une empreinte carbone d'environ 1 Gt CO2-e, soit 23 % de l'empreinte carbone mondiale du tourisme. Les flèches pointent dans la direction du flux de carbone incorporé, qui, conformément à la littérature, est la direction du commerce des produits de base et qui est contraire au mouvement des personnes. Les Flèches rouges : Mouvements internationaux bilatéraux appartenant aux 10 % supérieurs du total de 1 Gt de CO2-e Flèches jaunes : Les principaux 10-30 % Flèches orange : 30-50 % Flèches bleues: le reste. Crédit : University of Sydney

En 2013, les voyages internationaux ont entraîné une empreinte carbone d’environ 1 Gt CO2-e, soit 23 % de l’empreinte carbone mondiale du tourisme. Les flèches pointent dans la direction du flux de carbone incorporé, qui, conformément à la littérature, est la direction du commerce des produits de base et qui est contraire au mouvement des personnes.
Les Flèches rouges : Mouvements internationaux bilatéraux appartenant aux 10 % supérieurs du total de 1 Gt de CO2-e
Flèches jaunes : Les principaux 10-30 %
Flèches orange : 30-50 %
Flèches bleues: le reste.
Crédit : University of Sydney

Le professeur Manfred Lenzen, chercheur principal à l’Université de Sydney, a déclaré que le transport aérien était le principal facteur contribuant à l’empreinte du tourisme et que l’industrie carbonée représenterait une part de plus en plus importante des émissions mondiales. Nous avons découvert que l’empreinte carbone par habitant augmente fortement avec l’augmentation de la richesse et ne semble pas rassasier à mesure que les revenus augmentent selon le professeur Lenzen.

Pour les vacanciers, le professeur Lenzen a déclaré que le paiement de la réduction des émissions de carbone pourrait augmenter considérablement le prix d’un voyage en soulignant les recherches précédentes indiquant que les plans de compensation robustes ne constituaient pas de petits changements.

Sources

1.
’The carbon footprint of global tourism. Nature Climate Change. 10.1038/s41558-018-0141-x » target= »_blank » rel= »noopener noreferrer »>http://dx.doi.org/10.1038/s41558-018-0141-x. Published May 7, 2018. Accessed May 7, 2018.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *